Evangélisation de rue

Dans le cadre du Chemin Néo-catéchuménal, le samedi 1er Février 2020, des familles d’ Orléans, de Bourges et de Strasbourg s’étaient donné rendez-vous à Varennes Vauzelles pour une évangélisation de rue. En tout, 80 personnes dont la moitié de jeunes et enfants.
Après avoir prié les Laudes, les catéchistes nous envoient en mission, à 2 ou 3 pour inviter les gens à une catéchèse pendant 2 mois , 2 soirées par semaine.
Je me retrouve avec Thérèsine, et nous sommes les premières à partir avec notre feuille de route pour deux heures. Nous commençons par la rue la plus éloignée; elle est bordée de belles maisons, toutes barricadées… Nous sonnons à tous les portails. Un seul homme a daigné venir à notre rencontre… il a refusé notre proposition. Ensuite, nous entrons plus profondément dans le quartier. Ce sont de petites masures, très pauvres. Très novices en la matière, nous changeons notre discours à tout bout de champ pour chercher à accrocher les gens. Nous présentons le flyer (Christ Ressuscité avec la parole de Jn 1,38). A peine nous commencions à parler ou à montrer le flyer, les gens nous coupaient la parole et fermaient la porte. «ça ne nous intéresse pas!». Nous avons aussi rencontré quelques chrétiens de la paroisse. Malgré la pluie fine, la joie ne nous a pas quittées et le chant montait spontanément de nos cœurs quand nous allions d’une maison à l’autre.
Après le repas, partage du vécu comme les apôtres au retour de leur mission. En général, tous avions tous vécu la même chose: beaucoup de rejet. A un endroit même, un homme a pris une photo car il pensait avoir affaire à des malfaiteurs qui venaient repérer les lieux. Un autre homme a dit: «Eh bien, je vous souhaite beaucoup de courage; vous êtes dans une ville communiste!» Malgré les refus, tous ceux qui avaient fait le «porte à porte» étaient rentrés joyeux.

L’après-midi, autre expérience! Rendez-vous à l’église St Pierre à Nevers et nous sommes partis en procession tout en chantant. A quatre reprises , nous nous sommes arrêtés pour écouter un témoignage de jeune ou d’adulte; ils disaient comment ils avaient rencontré Jésus, comment la Foi change la vie et rend heureux. Puis, danse en cercle ! Les gens étaient étonnés de nous voir si joyeux. Des personnes de connaissance se sont jointes à nous.

Sœur Chantal Lebouteiller

La Rizière d’Amborovy (Madagascar)

Depuis quelques années des étudiantes en médecine de l’université de Mahajanga ont l’habitude d’aider les communautés des sœurs des Sacrés-Cœurs. Elles sont originaires de Fénérive-Est, de Mananara, de Maroantsetra.

La rizière des soeurs à Amborovy

Le 14 janvier elles étaient trois à venir repiquer le riz de la communauté  d’Accueil à Amborovy. Pour elles c’est une bonne détente et pour les sœurs, c’ est un grand soutien. L’eau est abondante cette année, nous espérons une bonne récolte au mois de mai.

 

Un après-midi de danse à l’Épiardière

Mais oui, on danse à l’Epiardière !

Dans la famille de Nicolas, notre cuisinier, il y a la maman et  la sœur … elles  font partie d’un groupe de danses folkloriques,  renommé en Vendée : le groupe Folka-Danse de Chavagnes en Paillers. 

Chaque année, à cette époque, le groupe vient passer un après-midi à la communauté, pour notre plus grande joie. S’ils ont du plaisir à danser, de notre côté, on en a beaucoup à les regarder. Et puis, non seulement on les regarde, mais au bout d’un moment, voilà que nous prenons part à la danse… toutes les volontaires y sont invitées, et le groupe s’agrandit avec les danseuses improvisées.

On s’essaie tant bien que mal aux pas de danse. Les danseurs sont très accueillants et ouvrent facilement la danse à toutes celles qui se présentent. Même les fauteuils sont admis dans le circuit !

Enfin, pour clore la fête, Nicolas nous régale de ses bons petits gâteaux maison dont il a le secret.

Un joyeux après-midi de joie partagée.

VIVE LA DANSE ET LES DANSEURS !

13 janvier 2020.

Pour la communauté : Sr Gaby Rézeau

Nouvelles de Madagascar

Bonjour et Bonne Année 2020.

C’est la période des cyclones à Madagascar. Le vent souffle très fort au moment de l’écriture de cet article. La classe est de nouveau interrompue car nous avons eu une note du Préfet de la ville hier matin : il n’y a pas de cours jusqu’à nouvel ordre. Les enfants sont contents de rester chez eux mais le programme scolaire n’avance pas…

A cause du mauvais temps, internet fonctionne mal et je n’ai pas pu envoyer ces nouvelles la semaine dernière à cause d’une coupure. Nous avons eu de grands orages la semaine dernière et Majunga a été très touchée. La plupart des appareils sont abimés.

Voila donc quelques nouvelles depuis le début de l’année scolaire dans la province de Madagascar.

La première photo (à gauche) nous montre les quatre postulantes de Madagascar: Tinà, Fàfà, Néhémia et Fanilo. Elles  sont sept dans leur communauté : trois  sœurs (Francine RAVAO, Renée BROCHARD, Christine RAZANADRATSIMA) et les quatre postulantes.

La deuxième photo (à droite) présente le bâtiment rénové de la  maison d’accueil à Amborovy. C’est une maison flambant neuve et elle a déjà accueilli des vacanciers  lors de son inauguration le 31 décembre dernier.

La troisième photo a été prise lors de la fête de fin d’année et l’inauguration du bâtiment  rénové  avec toutes  les sœurs  de  Majunga-Ville. Chaque communauté a préparé un numéro : danse, chant ou sketch le 31 décembre 2019. Il y a aussi des échanges de cadeaux (dont le prix avait été fixé auparavant ensemble). C’était marrant et magnifique.

Nous avons commencé la journée par une messe animée par les postulantes et les novices à 10heures. C’était le père JAOVORY, curé de la paroisse d’Amborovy qui l’a célébrée .Nous avons pris le déjeuner aussitôt de la messe. Chaque communauté a apporté son repas du midi et nous les avons mis en commun.  Les sœurs de la province et de l’accueil ont préparé le jus et le dessert. Les numéros et les échanges de cadeaux ont été faits pendant le repas. Bonheur !

Le chapitre nous met en solidarité. Il nous pousse à marcher ensemble. Le but étant de tisser de plus en plus de liens entre les membres de la congrégation et l’Église. Ça  s’est bien passé dans le nouveau bâtiment.

Sortie de promotion, Institut Catholique Notre-Dame

La quatrième photo marque la sortie des promotions de l’Institut Catholique Notre-Dame. 10 étudiants en Études Françaises et 8 en Droit ont fini leurs études à l’ICND de l’année académique 2018 – 2019. La cérémonie se déroulait dans la cour de l’école avec la participation de tous les élèves de l’école Notre-Dame, les étudiants, les instits, les parents d’élèves, les familles des sortants, les invités, les prêtres et diacre, les séminaristes. La messe a été  présidée par Monseigneur Gustavo Bombin ESPINO, Administrateur Apostolique du diocèse de Mahajanga, concélébrée par son Délégué Apostolique, le Père Jean Norbert RANDRIAMIAVO.  Les deux promotions ont été parrainées par l’Épouse du Chef de la Région Boeny qui est avocate. C’est pour cette raison qu’elle a été choisie comme marraine des deux promotions. C’était une belle cérémonie. Parmi les invités, il y avait nos sœurs des Sacrés-Cœurs qui étaient nombreuses ainsi que des sœurs et frères d’autres congrégations.

La cinquième photo montre la fête du nouvel an avec toute la famille de l’école Notre-Dame: l’APEL, les profs de l’ICND et de l’école Notre-Dame et Sainte Marie. La salle polyvalente était pleine (nous étions aux alentours de 150 personnes) et l’ambiance était au top. Chaque année, toute la famille se réunit pour fêter le nouvel an.

Les deux dernières photos montrent le reboisement national à Madagascar. L’état malagasy fait des efforts pour inciter les gens à planter des arbres. Nous l’avons commencé depuis des années mais le résultat est aujourd’hui encore insuffisant. Il manque de l’entretien aux  jeunes pousses. Les gens continuent  à faire du feu de brousse et ça ne sert à rien. Mais dimanche dernier, nous étions à peu près 7000 personnes à Berivotra, à 25 km de Mahajanga  pour reboiser un grand terrain de l’État.

Les écoles catholiques étaient représentées par les lycéens et leurs professeurs. L’équipe du service Eaux et Forêt  partageait les gens par parcelle. Ainsi, les élèves et les enseignants s’occupaient de la parcelle n°19. Le service des Eaux et Forêt avait déjà préparé les pépinières et les bois pour la plantation. Un tracteur était passé labourer la terre mais les trous n’étaient pas profonds et la terre est pleine de cailloux. Nous avons eu du mal à travailler mais voilà un premier pas pour conserver la nature. Espérons que se développe une forêt verte après quelques années.  Nous ne cessons de faire la sensibilisation à l’école, à l’église, partout… Les gens  étaient motivés car c’était une journée récréative aussi pour eux. Les boissons coulent à flot.  Les aliments sont abondants entre service et établissement. Voilà, au moins une journée inoubliable et créative. Veloma.

Carole, sœur des sacrés-cœurs, Madagascar

« Gardons au cœur le souvenir de ses merveilles »

Ce dimanche 19 janvier, nous avons vécu l’eucharistie célébrée à la chapelle de l’Union chrétienne à 9h en communion toute particulière avec Sr Marie-Gabrielle*.

Nous désirions réunir ceux avec qui elle a tissé des liens dans le Sud Vendée, à l’aumônerie de l’hôpital, en équipe ACO, au sein de notre quartier de Charzais pour une messe souvenir à Fontenay.

Nous étions également en communion de prière avec son équipe FEDEAR. Le chant d’entrée nous a d’emblée rassemblés et tournés vers Celui qui éclaire nos cœurs : « Nous sommes le corps du Christ… Dieu nous a tous appelés à tenir la même espérance…» Le père F. Bessonnet a accueilli tout spécialement les nombreuses personnes ayant répondu à notre invitation. La première lecture a résonné pour moi comme un reflet de la vie de foi de notre sœur (Isaïe 49, 5). La bénédiction de Saint Paul d’un souhait de grâce et de paix a été source de consolation. L’homélie du prêtre m’a fait penser à ce qu’a été le témoignage de Marie-Gabrielle, humble et fécond.

La messe s’est suivie d’un temps convivial agrémenté des beaux rayons de soleil, qui toutefois n’avait pas chassé l’air frais de saison.

A la Sainte famille, nous avons partagé une bonne galette briochée et échangé avec ceux qui nous ont fait l’amitié d’être présents après avoir chanté le refrain : Tenons en éveil la mémoire du Seigneur, gardons au cœur le souvenir de ses merveilles. Comme l’a dit Marcelle, cette rencontre fraternelle s’est faite Parole incarnée de l’amour de Dieu, vécu par la fraternité cultivée par Marie-Gabrielle au fil du quotidien. Un parfum d’Evangile s’est répandu. Elle était au milieu de nous et elle demeure dans chacun de nos cœurs. Que ce qu’elle nous a apporté continue d’être semence de joie, d’annonce de la Bonne Nouvelle et d’action de grâce.

Sr Isabelle, avec Sr Marcelle et Sr Christiane (communauté du 12 avenue Pompidou – Fontenay le Comte)

* Sr Marie-Gabrielle Douillard, décédée en octobre 2019

Une Halte pour l’accueil d’urgence à La Louisiane

L’histoire : A l’extérieur de notre bâtiment d’habitation, dans l’alignement des garages, il y avait une petite pièce avec douche, WC. Nous avons complété avec un mobilier simple  pour en faire un petit studio complet pour une personne.

Sachant que des femmes dorment dans la rue,  et avec l’encouragement de Sr Nadia,  nous avons pris contact avec le 115 : c’est le n° de téléphone qu’appellent les personnes sans domicile pour trouver un hébergement d’urgence. Notre proposition a été agrée par la Préfecture de la Vendée au début de l’année 2019.

Contrat passé avec le 115 : Le studio est mis à disposition pour des femmes et ce, pour 3 nuits par semaine. Si le WE est dans la suite des 3 nuits, la personne hébergée peut rester jusqu’au lundi matin (donc de 3 à 5 jours).

Concrètement. Quand le 115  reçoit une demande, il prend contact avec la communauté  pour savoir s’il lui est possible de recevoir quelqu’un à partir de 17h00.  A l’arrivée de la personne, nous prenons un temps pour l’accueillir. Les repas du soir sont apportés par la communauté et par des bénévoles qui jouent la solidarité avec nous. Le studio est remis en état après chaque passage et nous essayons de le rendre accueillant.

Cet accueil  nous sensibilise  à une réalité vécue aujourd’hui par des femmes (même si nous restons discrètes sur leur histoire). Pour celles qui sont accueillies,  c’est aussi l’occasion d’une relation humaine, d’un lien social qui n’est pas d’ordre administratif.  Apporter un repas, c’est plus que le repas…

Une femme accueillie devant le studio

Depuis l’ouverture de la Halte, en février 2019,  nous avons reçu une quarantaine de personnes. Elles viennent de la migration souvent, de nationalités, d’âges et de religions différentes.

On peut penser qu’un accueil de quelques jours c’est peu, bien sûr.  Nous sommes un petit maillon d’une chaîne avec d’autres services sociaux, d’autres Haltes, au service de « sœurs » en difficulté.

                                                                                  La communauté de la Louisiane à la Roche sur Yon

« Noël, rumeur d’enfance au cœur de l’homme….   Noël, rumeur d’enfance au cœur de Dieu… »

Il y avait de cela à Aizenay le jeudi 19 décembre 2019, dans la salle St Benoît. Et pourquoi donc ?  C’est que les associé(e)s du groupe de vie de Challans ont eu l’idée géniale de fêter Noël avec les communautés des sœurs de Challans et de la Louisiane,  communautés de proximité pour les uns ou pour les autres.

Nous sommes 18. Le Père Monnereau,  vicaire à Aizenay avant d’arriver aux Brouzils, trouve une place dans la salle évidemment ! Temps de prière, échanges, repas festif exquis, visite du curé de la paroisse… Puis, surprise… Tandis que les bûches arrivent sur la table, voilà que des chœurs angéliques se manifestent précédés par le Père Noël dont la hotte est lourdement chargée. « Glo-o-o-o-o…ria in excelsis Déo et paix sur la terre… ».  On s’y croyait presque avec les robes blanches, les auréoles et les ailes ! Joie sur terre… Rumeur d’enfance au Cœur de Dieu… Un vrai moment de fraternité !

                                                                                                                             Sr Jeanne-Marie Baudin

Noël à la Maison mère

Après une veillée évoquant la longue marche du peuple croyant, le déplacement de Marie et de Joseph vers Bethléem, nos propres déplacements, Jésus naît…Nous étions toutes rassemblées, randonneuses de l’ordinaire aux pieds légers ou claudiquant, aidées de cannes, véhiculées en  3 ou 4 roues. Nous avions toutes notre place près de la crèche où Dieu lui-même s’est déplacé pour nous rencontrer au plus près. Joie !

Nous ne l’avons pas reçue  dans nos souliers près de la cheminée ! Mais nous y avons mis nos pieds pour Noël et nous étions de nouveau toutes rassemblées. Avec un déjeuner animé de nos chants et de nos poésies, elle a été bien étrennée ! Bien sûr vous avez reconnu que nous parlions de notre salle à manger rénovée. La fraternité y est semée elle fleurira tout au long de l’année.

Un Avent pour tracer un chemin de fraternité…

Comme nous y a déjà invité le pape François dans Laudato Si et le Chapitre général, nous intensifions notre « veille » . La première semaine nous avons commencé à veiller les unes sur les autres : chacune a tiré le nom d’une autre sœur sur laquelle elle est invitée à veiller, incognito. La deuxième semaine nous avons pris  en charge  toutes les communautés de la Congrégation : chacune a reçu mission pour une communauté particulière de chacun de nos pays. La troisième semaine nous élargirons notre veille au monde entier, chacune choisira dans les évènements un pays à prendre en charge.

Nous concrétisons notre veille en habillant peu à peu la crèche, la première semaine nous y avons déposé tous nos noms, dimanche dernier nous avons ajouté les noms de toutes les communautés de la congrégation et un objet de chaque pays, dimanche prochain nous apporterons le globe, le dernier dimanche nous offrirons les pays pour lesquels nous allons prier et nous porterons la colombe de la paix.

A notre manière nous vivrons le déplacement de Marie et Joseph en quittant notre salle à manger provisoire pour rejoindre la nouvelle encore un peu en chantier.

A tous les jours où nous nous croisons sur le chemin.

Sr Eliane Morin, Maison mère, Mormaison