Un Avent pour tracer un chemin de fraternité…

Comme nous y a déjà invité le pape François dans Laudato Si et le Chapitre général, nous intensifions notre « veille » . La première semaine nous avons commencé à veiller les unes sur les autres : chacune a tiré le nom d’une autre sœur sur laquelle elle est invitée à veiller, incognito. La deuxième semaine nous avons pris  en charge  toutes les communautés de la Congrégation : chacune a reçu mission pour une communauté particulière de chacun de nos pays. La troisième semaine nous élargirons notre veille au monde entier, chacune choisira dans les évènements un pays à prendre en charge.

Nous concrétisons notre veille en habillant peu à peu la crèche, la première semaine nous y avons déposé tous nos noms, dimanche dernier nous avons ajouté les noms de toutes les communautés de la congrégation et un objet de chaque pays, dimanche prochain nous apporterons le globe, le dernier dimanche nous offrirons les pays pour lesquels nous allons prier et nous porterons la colombe de la paix.

A notre manière nous vivrons le déplacement de Marie et Joseph en quittant notre salle à manger provisoire pour rejoindre la nouvelle encore un peu en chantier.

A tous les jours où nous nous croisons sur le chemin.

Sr Eliane Morin, Maison mère, Mormaison

Quelques flashes sur notre vie communautaire à l’Epiardière

   TEMPS DE L’AVENT

Comme tous les chrétiens, à cette époque, nous vivons dans l’attente de Noël. Et nous essayons de nous y préparer ensemble en ce temps de l’AVENT.
Pour nous y aider, nous avons pour chaque semaine, un petit feuillet en lien avec les textes du dimanche :

VEILLER :  » Veillez et priez… »                                                  
PRÉPARER :  » Préparez les chemins du Seigneur … »                                                                                   
SE  RÉJOUIR :  » Soyez dans la joie, le Seigneur est proche »
LIRE  LES  SIGNES : « Le Seigneur lui-même vous donnera un signe.

Ces mots sont aussi affichés chaque semaine à la chapelle. Et nous essayons d’y revenir lors des prières communautaires.

PARTAGES d’ÉVANGILE

Au cours de ce trimestre, nous avons inauguré, pour les volontaires, le partage d’Évangile. Nous sommes deux groupes de 6 et 7 sœurs ; chaque groupe choisit un texte d’Évangile et se retrouve pendant une heure à la date fixée. Chacune s’exprime très librement sur le texte choisi, et le partage est enrichissant pour chacune. Nous sommes bien décidées, les unes et les autres à poursuivre l’expérience.

BRIN DE CAUSETTE

Ce n’est pas spécial à l’Avent… C’est une habitude depuis plusieurs années ; tous les 15 jours, 12 à 15 sœurs volontaires se retrouvent pour un « brin de causette ». Nous partageons les évènements communautaires, paroissiaux, ou autres…Celles qui ont participé à certaines rencontres, conférences, visites, sorties, etc. partagent ce qu’elles ont vécu, et chacune réagit librement. C’est un enrichissement mutuel, tout simple.

ATELIER TRICOT

Il n’y a pas que le cerveau qui travaille… il y a aussi les mains (ce qui n’empêche pas les langues de bouger elles aussi)  Un mardi dur deux, les volontaires se retrouvent, sous la houlette de Sr Madeleine Barré, pour tricoter. Elles font des écharpes, ou des carrés pour des couvertures, etc. les couvertures  sont envoyées à l’ Association  « Cœur du monde » qui les réparties, selon les besoins au Sénégal, à Madagascar, à Haïti.

Le résultat de cet humble travail  est  est non seulement beau à voir, mais   il permet de fournir une occupation pour des sœurs, et surtout d’apporter  de la chaleur à ceux qui en ont besoin.

Joyeux Noël à toutes !

Pour la communauté, Sr Gaby Rézeau.

Sœurs et associés, une nouvelle étape

Dans l’élan du Concile Vatican II, notre Congrégation de Sœurs des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie a entendu le désir des laïcs de partager notre charisme, notre source spirituelle. En France, depuis l’an 2000, un grand nombre d’associés reconnaissent et vivent de notre trésor, richesse qui redonne saveur d’évangile à leur vie de baptisés.

Pour mieux servir la vie, nous sommes appelés aujourd’hui à entrer, ensemble, sœurs et associés, dans une nouvelle étape qui conduira le groupe des associés vers une plus grande autonomie.

Lors de l’Assemblée Annuelle des Associés en octobre dernier, sœur Nadia Brianceau, provinciale de France, a nommé Madame Nicole Blanchard coordonnatrice du groupe des associés en France, et Monsieur Jean-Pierre Rottier assistant.

Avec l’équipe de coordination, ils auront à cœur de réfléchir à une nouvelle organisation et à un nouveau mode de fonctionnement de leur groupe pour construire la fraternité au cœur du monde (Actes du Chapitre 2019).

Comme Marie, tenons-nous sous l’ombre de l’Esprit afin qu’Il fasse toute chose nouvelle.

Des nouvelles de Fenomanana (Madagascar)

Srs Ratancia, Charlène, Fara, Marie Jo, Monita, Ursule, Justine, M Louise, Joséphine

Nous sommes 9 sœurs dans la communauté de Fenomanana à Antananarivo. 6 sont étudiantes ou en formation inter-juniorat.   La communauté est pour les étudiantes. Pour nous tenir dans la vie de prière nous avons organisé notre temps : une fois par semaine : adoration, chapelet de la miséricorde,  partage de foi, oraison ensemble mais personnelle…

Malgré le temps très chargé de certaines sœurs, la communauté participe activement à la vie de la paroisse St Louis de France ou la vie des quartiers. En communauté nous avons décidé d’aller voir le chef quartier pour réfléchir sur l’insalubrité de notre quartier. Avec des jeunes nous avons pris le temps de lire une lettre de nos évêques sur le message du Pape François. Protection de la planète. La prochaine fois nous lirons des extraits de Laudato Si. Vous voyez sur la photo que nous avons encore beaucoup de chemin à faire mais on est confiant.

Nos bananiers

Notre maison est fondée sur des rochers, mais nous arrivons à faire pousser des choses. C’est notre contribution à l’environnement.

Les sœurs de la communauté de Fenomanana sont heureuses de vous souhaiter : une bonne route vers Noël !

Soyez toutes missionnaires !

En cette fête de St François Xavier, patron des missionnaires, réentendons la voix du Père Monnereau : « Soyez toutes missionnaires ! »

Nos sœurs malgaches en mission en France regardent un peu en arrière, ces mois de rentrée qui leur ont donné l’occasion de la rencontre, au gré des occasions et nous redire notre mission de baptisé.e.s comme disciples missionnaires.

Je leur laisse la parole.

                                                                                              Sr Anne

Dimanche 22 septembre : fête de la Paroisse Pierre Monnereau.

Les chrétiens de Mormaison, l’Herbergement, St Sulpice le Verdon, Rocheservière, St André Treize Voies et St Philbert de Bouaine se sont réunis à la Salle Concorde pour célébrer ensemble le début d’année pastorale.

Notre curé, le Père Bernard Lucas a invité ses paroissiens à aller à la rencontre de Jésus à travers les autres.

« Nous sommes des disciples de Jésus , envoyés en mission : ce qui nous donne la joie, confiance car Jésus ne nous laisse pas seuls», dit-il.

Sœurs des Sacrés Cœurs, nous vivons cette fraternité avec les frères et sœurs de notre paroisse qui porte le nom de notre fondateur !

Sr Marie-Francine, en communauté pour la mission,

au Centre Pierre-Monnerau, Epiardière

Le mois d’octobre 2019 est le mois missionnaire extraordinaire ! La maison du diocèse de Luçon nous a demandé, à quelques sœurs des Sacrés Cœurs, de décorer la vitrine du hall d’entrée…

Nous avons mise la cuve baptismale et l’eau en signe de notre baptême. Des rubans aux cinq couleurs des continents. C’est pour dire que nous sommes baptisés et envoyés pour témoigner de l’Evangile et de l’amour de Dieu dans le monde entier, là où nous sommes.

Nous tous.tes, disciples de Jésus, nous sommes responsables de la vie de l’Eglise en marche :

« Comme tu m’as envoyé dans le monde, Je les ai envoyés dans le monde. » Jn 17,18

Sr Marie-Jérôme, en communauté pour la mission

A la Louisiane, La Roche Sur Yon

De Ste Marie Faustine Kawalska,

Aide-moi, Seigneur, pour que mes yeux soient miséricordieux, pour que je ne soupçonne jamais ni ne juge d’après les apparences extérieures, mais que je discerne la beauté dans l’âme de mon prochain et lui vie nne en aide.

Aide-moi, Seigneur, pour que mon oreille soit miséricordieuse, afin que je me penche sur les besoins de mon prochain et ne reste pas indifférente à ses douleurs ni à ses plaintes.

Aide-moi, Seigneur, pour que ma langue soit miséricordieuse, afin que je ne dise jamais du mal de mon prochain, mais que j’aie pour chacun une parole de consolation et de pardon.

Aide-moi Seigneur, pour que mes mains soient miséricordieuses et remplies de bonnes actions, afin que je sache faire du bien à mon prochain et prendre sur moi les tâches les plus lourdes et les plus déplaisantes.

Aide-moi, Seigneur, pour que mes pieds soient miséricordieux, afin que je ressente moi-même les souffrances de mon prochain.

…Si je ne peux témoigner la miséricorde ni par l’action, ni par la parole, je le pourrai toujours par la prière.
Que ta miséricorde repose en moi, ô mon Seigneur.

« Marchons ensemble, en prenant soin les uns des autres, mais aussi de la Création, notre maison commune . « 
Ce qui était wai pour Ste Faustine au XXème siècle, l’est encore pour nous aujourd’hui !

Les Associés du groupe « la Croix Carron »

Nouvelles de Madagascar

Rentrée scolaire 2019-2020

La plupart de nos écoles ont fait leur rentrée le 14 octobre 2019  selon le calendrier scolaire établi par la DINEC (DIrection Nationale de l’Enseignement Catholique) de Madagascar.  Pour Notre-Dame et Sainte Marie, le collège et le lycée ont commencé leur classe le 14 octobre et le 15 octobre pour la maternelle et le primaire.

L’effectif augmente dans ces deux écoles. Nous avons ouvert  une classe de 5ème au collège et une classe de 12ème  à la maternelle à Notre-Dame et  1  classe de 10ème et  9ème à Sainte Marie. Le nouveau bâtiment est bien arrivé pour Sainte Marie car les parents demandent de plus en plus de places dans nos écoles.

Nous tenons à remercier  l’Association « Cœur du Monde » dirigée par Monsieur Patrick PADIOU et ses membres pour la construction de ce nouveau bâtiment.

Un très grand MERCI aussi à notre fidèle entrepreneur Monsieur Denard qui a travaillé jour et nuit dans une courte durée pour pouvoir faire la rentrée à terme. Ils ont fini les deux salles de classes en un mois et demi. BRAVO.

Le résultat est bon pour la plupart de nos écoles des sœurs des sacrés-cœurs à Madagascar. La plupart ont de bons pourcentages de réussite au CEPE . Pour Notre-Dame et Sainte Marie, 100% de réussite au CEPE (Certificat d’Études Primaires Élémentaires) et 75 % au BEPC (Brevet d’Études du Premier Cycle) -contre 27% dans tout  Majunga – et 85% pour le BAC.

Juste après le discours de la directrice, le Père Abdon a béni le nouveau bâtiment. La cour est trop petite pour les 600 élèves. Chaque classe  a donc son tour pour la récréation mais tout le monde est prêt pour la nouvelle année scolaire.

Les instits de nos deux écoles ont eu une formation sur la psychologie de l’enfant avec Madame Margot, une pédagogue, psychologue et conceptrice de programme scolaire. Elle travaille avec la Direction de l’Enseignement Catholique de Madagascar. A la fin de son séjour à Notre-Dame, elle a fait l’école des parents. Ils étaient à peu près 1200. La cour de Notre-Dame était pleine pendant 3heures de temps. Comme elle fait une émission à la radio sur l’éducation des jeunes, les parents sont restés  et ont respecté l’organisation.

LES VŒUX PERPETUELS

Jacqueline, Stella, Ida et Blandine sont désormais membres définitives de notre congrégation. Elles ont prononcé leurs vœux perpétuels le 20 octobre dernier  à l’Eglise Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus à Amborovy. Notre Administrateur Apostolique étant absent,  la cérémonie a été présidée par l’Archevêque  du diocèse de Diégo-Suarez Monseigneur RAMAROSON Benjamin.  Comme de coutume, nous avons eu une veillée de prière et une bénédiction des parents  à l’Eglise Victoire Rasoamanarivo de Tsararano.

Parents, amis et sœurs des sacrés-cœurs, sœurs des autres congrégations étaient nombreux durant ces deux jours festifs. Elles ont pris comme thème : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime ».Jean 21,17.

4 sœurs aussi ont fêté leur jubilé de 25 ans de vie religieuse durant  cette messe : Léonie, Marie-Madeleine,  Clairine et Vincenette. Les autres sœurs comme Florentine, Geneviève et Odile ont déjà fêté ailleurs. Elles sont sept dans cette promotion. Les sept sont encore toutes dans la congrégation et  au boulot. BRAVO.

L’Assemblée provinciale de la zone une

Notre assemblée de la zone une se déroulait les 22, 23 et 24 octobre dernier. Nous étions 60 sœurs et 5 novices. Chaque matin, la journée  a débuté dans le silence et par le partage de Foi. Le petit déjeuner aussi était en silence. Tout le monde a apprécié le silence. Elles ont dit : «  nous n’avons pas eu cette idée avant, que c’est beau ! Ce n’est pas fatiguant ».

Le premier jour a été marqué par le rapport moral de Sœur Madeleine  suivi par des débats dans des petits groupes selon les activités des sœurs,  à propos de notre vie des sœurs des Sacrés-Cœurs. Après il y avait des remontées suivies d’autres débats.  Il faut oser parler pour pouvoir arranger des choses. Tout le monde a bien participé.

Chaque groupe avait une capitulante. Cela facilite l’organisation. Tout le monde a bien apprécié aussi la présence de Marie-Louise pour animer le débat et le travail du groupe.

Le deuxième jour a été basé sur les actes du chapitre général. Nous avons  travaillé avec une dizaine d’associés.

Il y avait des partages, des témoignages  de Sœur Pierrette du Congo et Monsieur Raphael, représentant des associés malagasy au chapitre.

Le troisième jour a été réservé à la conférence et débat avec Monsieur CAMARA. Il travaille dans le Ministère des Domaines et des Affaires Foncières.

L’objectif était de renforcer nos petites capacités en termes de Domaines et des affaires Foncières à Madagascar, source des conflits et de la pauvreté dans toute l’île. Aider les paysans par des petits moyens pour réduire leurs charges. La plupart ne savent ni lire ni écrire.

Lors du repas du midi, nous avons fêté encore les 80 ans des sœurs Félicité et Augustine, les départs d’Esther et Alexise , la fin du mandat de Madeleine et l’arrivée d’Emilienne. Le nouveau conseil a eu la bénédiction par le Délégué de l’Administrateur Diocésain durant la messe d’action de grâce.

La journée a été clôturée par la suite de cette conférence et la prière des vêpres.

Nous remercions l’ancien conseil  provincial qui a travaillé jusqu’au bout de leur mandat pour le bon déroulement de l’assemblée, spécialement Madeleine, Alexise, Justine, Lidwine et Emilienne. Nous  comptons aussi  sur le nouveau conseil pour la suite. Nous disons MERCI à Esther pour  son dévouement et son investissement pour la mission des sœurs à Madagascar. Gracias.

Prions pour nos missions et marchons ensemble dans les cœurs de Jésus et de Marie.

Sr Carole, soeur des Sacrés Coeurs à Madagascar

Halloween

Halloween est au départ une fête celtique, d’origine irlandaise, appelée le Nouvel An Celtique !  Il y a environ 3000 ans, le calendrier celte ne se terminait pas le 31 décembre, mais le 31 octobre.  Et cette dernière nuit de l’année était la nuit du dieu de la mort (Samain ou Samhain).

En octobre, les nuits se rallongent et la légende raconte que les fantômes en profitaient pour rendre visite aux vivants.  Alors pour éviter que les fantômes ne viennent les hanter, les Celtes avaient quelques rituels dont celui de s’habiller avec des costumes terrifiants pour faire peur aux fantômes et de se réunir pour faire la fête le soir du 31 octobre.  Ce sont les immigrés irlandais qui ont apporté avec eux la tradition d’Halloween aux États-Unis !

D’OÙ VIENT LE MOT « HALLOWEEN » ?

Avec l’arrivée du christianisme, les catholiques décidèrent à partir du IXème siècle de fêter la Toussaint (« tous les saints »), le 1er novembre.   Et si on regarde de plus près le mot anglais Halloween, c’est une sorte de raccourci de l’expression « All Hallows Eve », qui signifie « le soir de tous les saints », c’est-à-dire la veille de la Toussaint, le 31 octobre !

ET POURQUOI DES CITROUILLES ?

À l’origine, le symbole d’Halloween était… un navet !  Issu de la légende de Jack-o’-lantern (Jack à la lanterne, le personnage qui a inspiré l’Étrange Noël de Mr Jack !), condamné à errer éternellement dans l’obscurité entre l’enfer et le paradis en s’éclairant d’un tison posé dans un navet sculpté.   Aux états-Unis, le navet a progressivement été remplacé par la citrouille qui pousse en octobre et qui est bien plus facile à sculpter !  C’est donc la citrouille qui a donné sa couleur orange à la version actuelle d’Halloween

QUE SE PASSE-T-IL À HALLOWEEN ?

Aux Etats-Unis, Halloween se prépare pendant tout le mois d’octobre.  C’est une fête aussi importante que celle de Noël.  Les maisons sont décorées aux couleurs d’Halloween et on a déjà réfléchi aux costumes que porteront tous les membres de la famille le soir du 31 octobre.  Parmi les déguisements les plus populaires on trouve des déguisements de sorcières, de fantômes mais aussi d’autres monstrueux personnages.  C’est un véritable concours d’horreur !  Mais les américains font également preuve d’originalité et c’est à celui qui sera le plus inventif.  C’est évidemment le 31 octobre, jour d’Halloween que la fête bat son plein avec le « passage de l’Halloween ».  Ce sont les enfants déguisés qui vont de porte en porte pour réclamer des friandises.  Ils crient « Trick or treat ! », qui veut dire « des bonbons ou un mauvais tour ! ». Certains déguisements sont complètement dingues…

Dans certaines régions du Québec, la récolte des citrouilles donne lieu à diverses activités récréatives : Concours de la plus lourde citrouille, concours familial de sculptures de citrouilles lors du congé de l’Action de grâce, publications de recettes variées qui invitent à se procurer et à consommer ce volumineux légume.  Certains en font une lanterne pour décorer leur domicile.

À Amos, comme dans la plupart des villes du Québec, lorsqu’arrivent les nuits sombres de la fin d’octobre on remarque que plusieurs maisons de la ville sont décorées d’objets lugubres, pour ne pas dire horribles…  sorcières, squelettes, pierres tombales, et tout ce qui peut donner des frissons dans le dos.

Le dernier soir d’octobre, les enfants de tous âges s’affublent de déguisements amusants ou menaçants et munis de calebasses en forme de citrouille parcourent les rues pour recueillir des bonbons en grande quantité.  Les maisons décorées les invitent à sonner à la porte pour montrer leur déguisement et se faire récompenser pour leur audace.

Dès la fin des classes, vers 15 heures 30, les plus jeunes costumés en Princesses ou Chevaliers, Reines des neiges, Super Héros ou Arlequins, parcourent la ville, accompagnés des parents.  Après le souper, ce sont les ados qui exhibent leurs masques terrifiants, sous la surveillance des pompiers volontaires ou des policiers municipaux.

Les maisons non décorées ne sont pas visitées.

De retour à domicile, on explore les contenants de bonbons et les parents négocient avec leurs enfants sur la quantité quotidienne de sucreries à consommer…  pas toujours facile…

Dans un Québec laïcisé, la fête de la Toussaint passe inaperçue pour la plupart des citoyens mais celle de l’Halloween est une autre façon de penser aux fins dernières et aux esprits tout en profitant aux commerçants de costumes et de friandises.

Dans son Paradis, le Père éternel doit regarder avec compréhension le détour pris par ses enfants pour évoquer la VIE après la vie.   Joyeuse Halloween !

Marie-Paule Laflamme, soeur des Sacrés Coeurs à Amos (Québec).

Partage des associés du groupe « l’Anneau de la Forge »

Quatre asssocié(e)s du groupe l’Anneau de la Forge avaient déjà partagé des week-ends en groupe de vie, et souhaitaient revivre ces moments de réflexion, de partage et de convivialité.
Les 21 et 22 septembre 2019, c’est à l’Abbaye Notre Dame de La Coudre à LAVAL, que grâce à Elisabeth, le groupe a partagé avec les Moniales les prières qui ponctuent leur vie quotidienne.
Seule Solange n’était pas du voyage, en revanche, une invitée Marie-Hélène Grimaud qui est en communauté de proximité avec quatre associées du groupe.
A l’Abbaye elles sont une quarantaine de soeurs qui suivent la règle de saint Benoît.
Les moniales prient huit fois par jour (premier office à 4h ! Bravo la courageuse qui a fait sonner son réveil pour rejoindre les soeurs à la chapelle) et travaillent le reste de la journée de leurs mains pour assurer leur subsistance.
Les soeurs de l’abbaye Notre-Dame de la Coudre sont connues pour leur travail du cuir, l’affinage du fromage et leur spécialité : les préparations pour flan. (Vous pouvez en trouver à Siloé).
Une vidéo nous a permis de découvrir leur travail et nous avons pu échanger avec Sr Marie-Noëlle et Sr Pascale qui s’occupent de l’accueil, sur notre engagement d’associé(e)s à la congrégation.

Le jour de l’AAA en partageant sur les orientations du chapitre, comment ne pas faire le lien avec ces moments forts vécus en groupe et l’invitation à réveiller notre enthousiasme et faire grandir notre fraternité et consolider les liens et notre attention aux autres.
Les moments de prières et d’échanges que nous avons vécus ensemble, quelle joie ! Ces jours passés à la Coudre, resteront, inoubliables. Nous rendons Grâce à Dieu.

Groupe l’Anneau de la Forge
Octobre 2019

♪♫ Pom, pom, pomme, pommes…. ♫♪

Ce matin, vendredi, si vous aviez ouvert la porte de la salle à manger du 9, rue du Roc: vous auriez découvert un atelier fraternel: des Sœurs affairées manient avec application et cœur , un couteau bien aiguisé.

Eh oui ! c’est la saison des pommes et celle de la compote, à déguster cet hiver avec satisfaction  » miam, miam  »

Sr Jeanne Rochereau