Merci Marie-Edith ! (France)

Vitrail de la salle à manger

Ce lundi 4 octobre, la sonnerie des cloches de la Maison Mère nous appelle à nous rassembler à la chapelle : temps de louange  et d’Action de Grâces. Alors, résonnent ces paroles : « Tenons en éveil la mémoire du Seigneur ; Alléluia ! Bénissons-Le ! Oui, merci Seigneur pour ces quatre années vécues avec Marie-Edith comme responsable de la communauté.

Puis c’est le moment du partage autour de la table de la salle à manger ; toutes les soeurs sont réunies, toutes grâce aux personnes salariées qui accompagnent les plus fragiles d’entre nous. Moment de joie et de fraternité. C’est à l’heure du dessert que nous exprimons notre merci à Marie-Edith par un chant « fait maison » : « Aujourd’hui toutes unies, avec un coeur sincère, nous te disons grand MERCI. Quelques cadeaux expriment notre reconnaissance et chacune continue son chemin…

Chanson pour Sr Marie-Edith

Merci à toutes les personnes qui nous ont permis de vivre ce temps convivial et fraternel.

Et à toi, Marie-Edith, nous disons : « Que le Seigneur comble tes jours de bonheur ! »

Bon vent Marie-Edith

Sr Marie-Paule

Air « l’eau vive »

Chez nous depuis 4 années, tu conduis le navire.

Tu te donnes sans compter pour nous aider à vivre.

Marcher, foncer, malgré les difficultés

De tout ton coeur, tu cherches à donner du bonheur

.

Ah ! combien d’évènements dans notre Maison-Mère !

Parfois des déchirements, pourtant il faut le faire…

Mais dans la foi, tu nous entraines avec toi

Dans la gaité et dans la fraternité.

.

Aujourd’hui toutes unies avec un coeur sincère,

Nous te disons grand MERCI avec notre prière.

Que le Seigneur comble tes jours de bonheur.

Avec entrain, poursuivons notre chemin.

Un été rajeunissant… (Canada)

L’été a mis beaucoup de temps à pointer son joli nez… Après la fonte des neiges, la température froide s’est prolongée en retardant l’explosion de la verdure printanière. Les tulipes à peine écloses, se sont retrouvées dans la neige jusqu’au cou. La rhubarbe en feuille et les bleuets en fleurs ont gelé en mai. Il en a fallu de la patience pour atteindre le jour sans vent du nord où l’on pourrait aller profiter du soleil dans les balançoires extérieures.
L’arrivée de nos chères Sœurs étudiantes, Alexise Maevasoa et Bernadette Rakotondrafara, le 9 juin au matin, est venue apporter un chaud parfum de jeunesse pour notre petite communauté.
À peine installées, elles ont repris le travail sur zoom, car des sessions étaient à l’ordre du jour. On se voyait aux repas et de multiples questions se posaient afin de connaître mieux Madagascar, ses habitants, sa végétation, son économie et ses traditions, etc… Sans se lasser, nos Sœurs ont donné réponse à notre curiosité. Je n’ai pas tout retenu, mais j’ai apprécié savoir comment vivent les habitants de ce pays et les différences qui existent selon la région où ils habitent. Au moyen de vidéos, Alexise nous a fait voir les célébrations du 200ième anniversaire de Fondation, avec les diverses danses qui les ont accompagnées. Nous avons fait un bout de chemin en taxi-brousse… incroyable !!! Par chance, les paysages d’une rare beauté ont fait oublier l’état de la piste… Les lémuriens à la longue queue sont jolis à voir, chacun selon son espèce…
Puis il y a eu une période de congé et alors, on a pris du temps pour faire des travaux de couture. Alexise et moi avons adapté certains vêtements à sa taille, et à celle de Bernadette. J’ai pu admirer la rapidité de son travail et ses goûts pour les tons de bleu. C’était comblant de pouvoir rendre service en bonne compagnie.

Premier couvent de Senneterre, 1936

D’autre part, Sr Pauline Massé a organisé des sorties pour visiter la région et diverses attractions touristiques. Elles ont visité Senneterre pour voir notre ancien couvent. La présence de nos étudiantes aux temps de prière a permis d’entendre de doux chants en langue malgache, toujours harmonisés. Durant la veillée, le jeu de cartes a rassemblé ses adeptes jusqu’à l’heure du téléjournal. La salle était pleine de rires pour les gagnantes et le déboire des perdantes était visible…

À la fin d’août, Alexise est repartie sagement vers Montréal pour une dernière année de formation. Elle devait changer de résidence. Pendant ce temps, Bernadette se préparait à rejoindre le Congo pour sa nouvelle mission : visa, billets d’avion et d’autobus, vaccins, passeport vaccinal; les journées ont filé très vite. Après un bref séjour à Montréal pour récupérer ses effets personnels et faire ses adieux aux anciennes compagnes d’étude, elle s’est bien rendue à Brazzaville, puis à Kinkala ou trois novices l’attendaient.
Depuis leur départ, la maison est bien grande et les joyeux éclats de rire de Bernadette nous manquent. Seuls nous restent les heureux souvenirs de cet été rajeunissant. L’action de grâce monte dans nos cœurs, avec l’espoir de revoir Sœur Alexise au congé de Noël, et d’autres étudiantes le moment venu.

Sr Marie-Paule Laflamme, Amos

« Communiquer l’espérance » ! (France)

C’est ce thème qui avait été choisi pour la deuxième université des Communicants en Eglise les 22, 23 et 24 septembre à Lisieux sous la protection de Ste Thérèse !

Emmanuelle Bonnery, secrétaire de la Province France, Sr Emmanuelle Bertho conseillère provinciale de France et moi-même du Conseil général avons participé à cette rencontre avec 230 professionnels de la communication au service de l’Église. Nous avons avons décidé de participer comme responsables et techniciennes pour le site internet de la congrégation, lettre d’information mensuelle. Ce temps ensemble de formation nous permettra de poursuivre le travail commencé et de nous élargir à une équipe de soeurs et associés – relais internationaux dans nos différents pays….

Avec les trois dimensions qui parcouraient l’Université : recevoir, prier, se former, notre ‘délégation’ des soeurs des Sacrés Coeurs s’est enrichie par les rencontres diverses, avec deux jours d’ateliers, de plénières et d’offices vécus entre religieux et laïcs.

Avec le père Lombardi, invité d’honneur qui a partagé son expérience au Vatican comme communicant, nous sommes revenues avec des outils et des idées à poursuivre pour communiquer l’espérance et la joie de l’Evangile, au coeur de notre monde qui en a tant besoin !

Sr Anne Vion

Cérémonie de fin d’études (France)

Dans la maison du 27 rue Boileau à La Roche sur Yon, nous accueillons depuis deux ans des jeunes guinéens en études à l’école de production de l’ICAM à La Roche-sur-Yon. En un ou deux ans, ils apprennent le métier de monteur-assembleur en mécanique. Cette année, nous avons eu la joie de les accompagner lors de la cérémonie de fin d‘études où ils ont reçu leur diplôme. Quelle reconnaissance pour ces jeunes aux parcours difficiles ! Il y avait de la fierté et du bonheur dans leurs yeux, et le désir de partager cela avec les professeurs et les amis qui les ont soutenus tous ces mois.

Leur galère de papiers n’est pas terminée. Certains ont eu l’autorisation de rester sur le territoire pour un an avec le droit de travailler. D’autres sont en attente de réponse. Mais une chose est sûre, ils veulent vivre libres dans un pays en paix.

Pour les sœurs et les salariés de la rue Gouvion, cet accueil a ouvert nos horizons de manière incroyable. Ouverture à une autre culture, une autre manière de penser, de vivre les relations. Ils nous éveillent à la souffrance que traversent toutes les personnes migrantes, mais aussi à leur désir de vivre et leur espérance en Dieu. Oui, la vie est forte mais elle a besoin d’être accompagnée.

Ils découvrent qui nous sommes, des religieuses, cela n’existe pas dans leur religion. Mais un profond respect les habite, comme Lanzo qui nous demande la permission de pouvoir prier dans sa chambre à sa manière car il est musulman.

De part et d’autre, nous apprenons à nous connaitre. Connaître, c’est « naître avec ». Oui, ensemble, nous faisons route pour un monde plus humain, plus fraternel. « Le Royaume de Dieu est tout proche de vous. » (Lc 10,9)

Sr Nadia Brianceau

Un nouveau défi à la Maison Mère (France)

Le 21 septembre 2021, les sœurs de la Maison Mère ont accueilli Madame Thomas, assistante laïque de communauté. C’est la première fois qu’une dame va coordonner et animer la vie et la mission d’une communauté dans la congrégation. Quel changement ! Le Seigneur nous entraîne sur des chemins nouveaux. Nouveauté, mouvement, VIE.

Après un an de réflexion, nous entrons sur ce chemin avec confiance et espérance. Je suis émerveillée du chemin qu’ont fait les sœurs de la communauté. Après avoir partagé leurs peurs, leurs doutes, leurs questions, elles sont entrées avec foi, confiance et abandon dans cette aventure. Car c’est un vrai défi : tout est à construire, ensemble, les sœurs avec Madame Thomas et les salariés.

En ce jour de la Saint Matthieu, nous avons entendu fortement : « Suis-moi » (Mt 9,9). Cela nous donne l’audace de continuer de suivre le Christ sur cette route nouvelle qui s’ouvre à nous.

Sr Nadia Brianceau

Noviciat à Madagascar

Remise de la Croix

Sœurs, jeunes  et Associés étaient nombreux,  aux rentrées des postulantes et des novices : le samedi 18 septembre 2021 pour le postulat (voir l’article précédent),  et le dimanche 19 septembre 2021, pour le noviciat.

Sr Emilienne, provinciale, leur a remis la croix que toutes les novices des Sacrés Coeurs portent pour ces deux ans de formation fondamentale.

Pour les novices de première année, Niry, Iando, Brigitte et Rova ont fait leur ‘rentrée’.

Les novices en deuxième année ont vécu leur retraite à Amborovy dans la première quinzaine de septembre. Elles sont en stage depuis le 21 septembre 2021.

Les premières années feront leur retraite le 23 septembre prochain et commenceront ainsi leur année canonique ! Deo gratias !

Sr Carole Solofonirina, Madagascar

Rentrée à la communauté du postulat (Madagascar)

les quatre jeunes postulantes avec les soeurs Julia, Emilienne et Lucile à droite

La rentrée des postulantes pour l’année de formation 2021-2022 s’est vécue le samedi 18 septembre passé. Elles sont au nombre de quatre : Onja Raissa Sandra NIALISOA, Rodine RAHARIMALALA, Harisoa Sianne NOMENJANAHARY, Lalaina Agathe HOBINIAINA.

Pour la prière de d’entrée au Postulat, elles ont choisi la parole de Dieu : « Qui nous séparera de l’amour du Christ ? «  Rm 8,35

Elles sont heureuses de  nous partager leur joie et leur courage pour commencer cette formation et elles comptent beaucoup sur notre prière .

Bonne mission à toutes !

Soeur Lucile, responsable du postulat à Antanimalandy

Joie au Congo !

Ce samedi 25 septembre, la joie et les chants de fête montaient sur la colline de l’évêché à Kinkala et plus particulièrement de la chapelle des Soeurs des Sacrés Coeurs !

En effet, Mercia B, Augustha S., Merci Didiette M. entraient au noviciat. Une belle célébration a permis aux sœurs du Congo, à Sr Bernadette Rakotondrafara de les accueillir comme maîtresse des novices en présence de Sr Marie-Esther Rakotoarivelo, assistante générale.

Prions avec elles pour leur chemin qui s’ouvre pour s’attacher davantage à Jésus Christ et à accueillir librement la volonté du Seigneur pour elles !

Sr Anne Vion, avec les photos de Sr Noëlle B.

Soeur Charlène s’exprime après ses voeux définitifs (Madagascar)

« Mon âme exalte le Seigneur, Exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur «  c’est par ce cantique de Marie que nous venons rendre grâce au Seigneur pour le bien qu’il nous a fait.

Il a posé son regard sur nous afin de répondre de manière définitive à son appel d’amour. Pour le Christ, nous avons tout laissé, car « il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » Jn 15, 13.

discours des 2 soeurs

Notre oui définitif a été et reste un moment de grâce parce que le Seigneur continue d’agir,  continue  de nous inviter à répandre la semence de la foi qu’il est venu insuffler dans chaque cœur qui veut miser sur lui pour le suivre sans craindre.

Merci à la congrégation et à la province de Madagascar qui ont bien accepté ma demande de faire mon engagement définitif dans mon deuxième pays qui est bien Madagascar. Je suis très heureuse pour cette grâce que j’ai reçue. Merci pour les sœurs de Madagascar qui m’ont bien accompagnées. Leur mobilisation et leur soutien m’ont beaucoup aidée à répondre à l’appel du Christ, merci infiniment pour cette belle fête. Merci à tous ceux qui m’ont donné la bénédiction, une deuxième famille que Dieu m’a donné, aux sœurs de la congrégation, les prêtres et autres qui m’ont bien entourée. Merci aussi à ma famille biologique qui était bien présente. Je n’oublie pas toutes les sœurs du Congo et à tous ceux qui ont pensé à nous : que Dieu vous comble de ses grâces.

Je voudrais ainsi dire aux jeunes de ne pas craindre mais d’aller de l’avant car DIEU est amour et celui qui nous appelle.  A travers ce oui ma vie prend racine et trouve son épanouissement.

Avec toi Seigneur je suis heureuse et ma vie missionnaire prend racine. Cœur Sacré de Jésus j’ai confiance en toi ! Vive le Madagascar,  vive le Congo!!!!

Misaotra, Matondo.

Sr Charlène D’Avila

Quel mois d’août chez nos sœurs à Madagascar !

Assemblée dans la grande salle rénovée

Depuis le 10 août 2021 des sœurs commencent à venir à Amborovy. D’abord pour la retraite spirituelle entre sœurs des Sacrés-Cœurs, du 14 au 22 août elles étaient 40 sœurs. Le 24 et 25 août l’assemblée provinciale qui a rassemblé toutes les sœurs sauf 2 étudiantes et une autre. L’assemblée s’est bien déroulée. Nous étions heureuses de nous retrouver. L’équipe du conseil provincial a bien préparé cette assemblée et a animé les travaux de groupe.

La Provinciale a donné son rapport moral ainsi que l’Econome dès le premier jour. Le centre de nos discussions et réflexions était surtout la participation de chaque communauté à la vie économique et financière de la province. Nous avons pu réfléchir sur nos manières de vivre la mission devant des difficultés financières généralisées dans le pays. Nos communautés ont sa part de joie et des problèmes de leur population. C’était aussi de temps fort spirituel et de partage fraternel. Nous sommes convaincues de la présence de l’Esprit Saint. Nous comptons toujours sur son aide, sa force. Quelques unes des sœurs ont célébré leurs anniversaires de naissance et de profession religieuse.

réception icône de st Joseph à la cté Notre Dame

Comme chaque année, après l’assemblée, des équipes se rencontrent pour discuter autour de leurs responsabilités : les responsables de communauté, responsables de formation première, accompagnatrices des associés… C’est aussi un temps fort. Nous avons pu partager nos soucis pour la formation des jeunes et des moins jeunes et pour l’avenir. Dans le parc d’Amborovy de petits kiosques sont construits et ils servent pour les travaux de groupe, la méditation personnelle… Le parc est très beau. La grande statue du Sacré-Cœur est toujours là pour accueillir ceux qui y rentrent.

Marie-Félicité et Zita, voeux temporaires

Le 26 et 27 août, la préparation des vœux nous a beaucoup occupées. Les parents des 2 novices et des 2 sœurs des vœux perpétuels arrivent. Il fallait les accueillir tous à Amborovy. Heureusement que la province a de grands et de petits bâtiments. Le 27 août à 9 h, les 2 novices ont échangé avec leurs familles de ce qu’elles ont découvert de la vie religieuse, suivi d’une cérémonie de bénédiction. Ce moment est toujours très important pour les parents. Ils posent des questions à leurs filles. Le lendemain, la profession religieuse a eu lieu à la Chapelle de la communauté à Amborovy.

La bénédiction de la famille nombreuse

Le même jour mais à 18 h c’était le tour des sœurs Fara et Charlène de partager leur témoignage. Chacune a eu la bénédiction des membres de sa famille. Pour sœur Fara, ses deux parents et ses frères étaient présents et même une délégation de sa paroisse d’origine.

Pour Charlène qui est de Brazzaville, cela était autrement. Vive la technologie ! De Paris un de ses frères a pu participer à la prière et lui donner sa bénédiction. Nous l’avons écouté parlant à sa petite sœur. C’était très heureux. Finalement Charlène a eu plusieurs personnes qui lui ont donné des bénédictions : les anciennes missionnaires du Congo, un prêtre trinitaire qui a travaillé 10 ans à Brazzaville a fait le déplacement de loin pour soutenir Charlène, ainsi qu’un jésuite du Bénin de Tananarive. Et on ne parle pas de tous ses amis à Mahajanga. Elle a « une nouvelle famille et une 2ème patrie». C’était beau, fraternel et spirituel. La joie et le bonheur se voyaient sur les visages de nos sœurs et de nous tous.

Voeux perpétuels

Le 29 août à la paroisse Sainte Thérèse d’Amborovy l’eucharistie pour les vœux perpétuels a rassemblé beaucoup de monde. Plusieurs prêtres-religieux, religieuses sont venus mais il n’y avait pas d’évêque. Le diocèse n’a pas encore son pasteur…

Un grand gâteau pour tout le monde

Après l’eucharistie qui a duré plus de 3 h avec les discours, tous les invités se dirigeaient vers Amborovy Sacrés-Cœurs pour le repas et les festivités. Les familles des 4 sœurs ont préparé des chants et danses pour marquer leur joie. Les communautés ont aussi présenté leurs talents.

Le deuxième groupe de retraite a commencé le 5 septembre.

Voilà comment je peux vous donner un aperçu de ce que nous avons vécu ce mois d’août.

Au nom de toutes mes sœurs

Sœur Marie Louise SOAVILOMA (Antananarivo)