Résidence l’Issoire

L’Issoire, ce joli nom qui fait lever des sourcils interrogatifs, c’est celui de la rivière qui coule à Mormaison tout près de la Maison mère des sœurs des Sacrés-Cœurs. C’est donc tout naturellement celui que les sœurs ont choisi de donner à leur nouvelle résidence de personnes âgées. Un bâtiment flambant neuf inauguré et béni ce vendredi 10 mai. Inauguration, en présence d’Yves Auvinet, Président du Conseil départemental et de nombreux autres représentants des collectivités territoriales, des administrations sanitaires et sociales, de sœurs et de résidents

Dans son discours sœur Nadia Brianceau, Provinciale de France(1), a retracé l’histoire de la Congrégation des sœurs des Sacrés-Cœurs et sa tradition d’accueil dans laquelle s’inscrit tout naturellement ce projet de résidence ouverte à des laïcs. Suite à une décision du Département et de l’Agence Régionale de Santé, la Congrégation a dû réorganiser la prise en charge des sœurs âgées. Un bâtiment devenu libre mais vétuste a pu être reconstruit et aménagé en résidence autonomie. L’originalité du projet est que ce bâtiment de 4 étages accueille des sœurs mais également des laïcs. En plus des sœurs, sept personnes se sont installées à la résidence l’Issoire depuis son ouverture en janvier dernier.

La présence d’une communauté religieuse, le soutien de la prière, le climat fraternel, les propositions diverses, la sécurité qu’offre la présence d’un personnel qualifié sont la particularité que cherchent et apprécient les résidents qui gardent toute leur liberté et la possibilité de recevoir famille et amis. Le prix de pension, calculé au plus juste, reste modique afin de favoriser l’accueil de personnes aux revenus modestes.

Monsieur Yves Auvinet, « heureux d’être là ce soir« , a souligné que cette résidence pérennise la présence des sœurs de Mormaison en Vendée et dans le monde et poursuit leur tradition d’accueil. Il a remercié la Congrégation pour l’accueil de la fermeture de cet EHPAD afin de permettre un redéploiement des lits ailleurs.

Cette inauguration a été marquée par un geste symbolique : la plantation d’un magnolia. Le premier arbre à offrir ses fleurs au printemps nous explique Monsieur Eric Mahot, directeur de la résidence l’Issoire, symbole, pour la Congrégation, d’un lieu où l’on cultive la vie jusqu’au bout. Et chacun a pu y aller de sa pelletée de terre au pied du magnolia.

L’abbé Jean Bondu, vicaire général, délégué par Mgr François Jacolin empêché, a béni ce nouveau lieu de vie ainsi que les résidents et visiteurs présents ce soir.

Une nouvelle forme de présence au monde nous est offerte en vivant le grand âge avec des laïcs, qu’ils soient résidents ou personnel à notre service. Quel que soit l’âge continuer à être témoin de l’amour de Jésus-Christ pour chacun. Missionnaire jusqu’au bout !

Sœur Emmanuelle BERTHO

(1) Provinciale de France = responsable des sœurs de la Congrégation en France

D’autres photos ici : https://photos.app.goo.gl/ZK1    gMZty5EGyEYCX9

Pèlerinage interdiocésain pour les vocations

Ce pèlerinage pour les vocations, une première pour les cinq diocèses de l’Ouest, à l’initiative de leurs évêques. Une journée pour rendre grâce pour le OUI donné, pour prier afin que chacun réponde librement à sa vocation et que les familles soient le terreau où germeront de nouvelles vocations.

Rendez-vous était donné ce 1er mai à St Laurent-sur-Sèvre, un des hauts lieux spirituels de l’Ouest, avec pour thème de la journée une phrase de St Louis-Marie Grignion de Montfort : « qu’on me fasse un chemin nouveau pour aller à Jésus-Christ« .

Pas de pèlerinage sans marche. C’est donc ainsi qu’a commencé la journée pour un grand nombre de pèlerins. Au départ de Treize-Vents, pour les vendéens, et après la prière de Tierce, les pèlerins ont marché jusqu’à St Laurent au rythme des Ave Maria et des chants mais aussi avec quelques espaces de conversation libre. A peine 2 heures de marche et c’est l’arrivée au Lycée St Gabriel où convergent les cinq chemins des diocèses, accueil par un apéritif géant, joie de se retrouver.

Le pique-nique dans le parc du Lycée St Gabriel fut un joyeux rassemblement : des chemins qui s’étaient éloignés après un bout ensemble et qui, à cette occasion se croisent à nouveau. Des vocations qui se sont épanouies, confirmées au fil des années, des engagements approfondis. Joie de se retrouver. Le pique-nique, ainsi que la messe de clôture, deux moments qui ont rassemblé tous les pèlerins, de tous âges et de toutes provenances. Un temps de louange animé par Steven Riche et son groupe de musiciens a fait la transition entre le repas et les activités de l’après midi.

Après déjeuner un grand nombre d’ateliers étaient proposés pour les enfants, les jeunes, les adultes, avec diverses approches des vocations et de leur accompagnement ainsi qu’une conférence de Mgr Le Saux (évêque du Mans) sur « l’appel à suivre le Christ » et pour qui « il n’y a pas de crise des vocations mais une crise de la vie chrétienne« .

Dernier temps fort de la journée, la messe de clôture à la basilique soudain devenue trop petite pour accueillir les quelques 1 500 pèlerins. Action de grâce pour cette belle journée, prière pour les vocations mais aussi, sur une suggestion de Mgr Delmas dans son mot d’accueil, un merci reconnaissant et fraternel aux prêtres, que l’assemblée a spontanément exprimé par une salve d’applaudissements. Beaucoup d’émotion dans ces longs applaudissements, expression d’amitié, de reconnaissance, de fraternité pour les prêtres en ces temps troublés. Enfin je ne saurais oublier l’animation de la messe par la chorale « Haut les Chœurs » des étudiants de l’ICES.

Magnifique journée, parfaitement organisée, pour laquelle on n’en finit pas de dire MERCI, au cœur de notre unique vocation de baptisés, dans la complémentarité de nos vocations personnelles vécues en Église. Puisse-t-elle susciter de nouvelles vocations dans nos Églises diocésaines.

Sr Emmanuelle Bertho

Clins d’œil du Seigneur sur mon dernier parcours

Je vis toujours en compagnonnage chez les gens du voyage. Je suis leur sœur manouche. Je veux rendre grâce au Seigneur pour les belles choses qu’il m’envoie.

Avec un fourgon école aménagé nous allons sur les terrains pour un éveil pédagogique. Ma joie d’aujourd’hui c’est de voir qu’une équipe de 6 femmes a pris l’affaire en mains. Elles y mettent beaucoup de cœur et de savoir faire.

Le fourgon sort le mercredi pour Vaux sur Mer et le samedi pour la Puisade. Un autre jour, elles prennent Schanon a tour de rôle pour la préparer à entrer en 6ème. Danièle va chez Océane pour les devoirs du CNED. Elle n’hésite pas à aller à la maison même si c’est loin de son cadre habituel. Claude, le chauffeur du bus a pris Benji en amitié et veut lui apprendre à lire. Benji a 13 ans. Dans ce climat de gentillesse, il commence à déchiffrer.

Après le goûter prévu par les dames je donne le billet de sortie : une sucette ou un bonbon.

Je crois que je suis un peu la grand-mère que tous viennent saluer et embrasser. Merci Seigneur pour toute cette joie !

Sr Marie-Josèphe (Royan)

Week-end « Cap sur l’amour », ils l’ont vécu

Le week-end « Cap sur l’amour » a eu lieu les 9 et 10 mars à Bourgenay (Talmont St Hilaire). Ils l’ont vécu et témoignent pour nous :

« Dans ma vie bien chargée, c’était une petite parenthèse pour me retirer, me reposer en présence du Seigneur, et partager avec des frères et sœurs la foi et la gratitude de l’Amour du Père et de sa présence aimante.

Un partage en toute simplicité et convivialité.

J’ai apprécié la prière et la gestuelle du Notre Père; nous sommes corps et âme; simplicité et profondeur. L’amour joint la parole au geste.

Ce temps de repos et prière est propice à retrouver son énergie vitale, le don de Dieu.

Je rends grâce au Seigneur, et encore merci à chacun. » Joseph

« Respiration, Solitude, Amitié, Simplicité, Mer agitée, Bienveillance, Relaxation, Rires, Regards, Repos, Convivialité, Ecoute, Liberté

Si je devais retenir quelque chose de ce weekend, je l’exprimerai par ces mots.

Si je devais le résumer en gardant quelques mots : simplicité et écoute sous le regard aimant de Dieu.

Quand une amie m’a demandé où j’avais passé mon weekend, je lui ai répondu dans un petit coin de paradis.

Ce paradis non pas perdu mais caché, discret en bord de mer.

Merci pour ce temps partagé. » Bénédicte

Une journée pour Madagascar

Toute l’équipe « d’Une Pierre Pour Madagascar » (UPPM) s’est réunie le 17 février 2019 pour une journée d’action de grâce.

D’abord à la messe de 11h, à la paroisse du Saint Esprit (Paris),  où Soeur Anne-Lise (animatrice de chant) et Agnès BENSOUSSAN (violoniste) ont soutenu des jeunes chanteuses de 15 ans et  la présidente d’UPPM, fières de chanter pour des enfants du bout du monde. Après les lectures et l’ eucharistie, enchanté par le duo orgue et violon (« jésus que ma joie demeure »), le père Thomas a uni l’assemblée dans la « prière de l’écolier ».

Un chant à Marie, nous a envoyé en mission: faire connaître notre association, récolter des fonds, trouver des parrainages pour les enfants de l’école Victoire Rasoamanarivo située dans la ville de Fianarantsoa à Madagascar et prier pour lutter contre la pauvreté et donner l’accès à l’éducation pour tous.

Puis, à la sortie de la messe, la vente de gâteaux préparés par de généreux cuisiniers a permis de récolter une partie des fonds nécessaires à l’avancement des travaux d’un terrain de sport pour l’école.

Enfin, c’est en musique que les danseurs de soir de bal professionnels et amateurs ainsi que des paroissiens ont valsé dans la grande crypte pour clôturer le budget du terrain de sport (Projet 2018) mais aussi un petit plus nous permettant d’envisager le projet 2019 : construction d’un Château d’Eau pour amener l’eau courante à l’école.

L’ensemble de l’équipe d’UPPM vous remercie de votre soutien.

Marylise et Patrick BERROY GAUCHOT (Une pierre pour Madagascar)

Après-midi jeux avec les enfants du Conseil Municipal

Le 13 février dernier, le Conseil Municipal des enfants de Montréverd, accompagné de leur animatrice, Pauline, est venu pour un temps récréatif dans l’après-midi à la Maison-mère…

Qu’est ce que le Conseil Municipal des Enfants (CME) ?

Le Conseil Municipal des Enfants de Montréverd est composé de 15 jeunes issus de classes de CM1 et CM2 du territoire, élus par les autres enfants pour un mandat d’un an. Cette équipe de conseillers se réunit 2 à 3 fois par trimestre. La réunion des conseillers municipaux permet l’échange, les réflexions et la mise en place de projets. Tout au long de l’année, cette équipe de 15 conseillers est animée par les élus de la commission en charge du CME et l’animatrice jeunesse de Montréverd.  Il est également fait appel à d’autres personnes extérieures.

Quel est son rôle ?

    • Améliorer la vie des habitants de Montréverd – Faire et apporter des choses à la commune – Penser aux autres
    • Exprimer, écouter, trouver des idées à proposer à la commune
    • Apporter du soutien aux autres qui sont en manque – Faire attention aux autres – Aider les autres
    • Organiser et planifier des projets

Quels sont ses projets ?

Les deux thématiques choisies pour l’année 2019 sont l’aide à la personne, avec la mise en place d’une collecte ; et l’environnement avec la création d’un jardin partagé, jardin des saveurs.

      • Jardin : c’est un jardin où l’on cultive et aménage des fruits, des légumes – présents sur les 3 communes déléguées
      • Collecte : c’est une collecte de vêtements, chaussures, jouets pour donner ensuite à une association qui les donnera aux personnes pauvres.

Les membres du CME vont également s’associer au Conseil Municipal des Adultes pour la réflexion autour de l’installation de nouveaux jeux sur la commune, comme la disposition d’un city stade sur la commune.

Ce que les enfants ont retenu de la rencontre du 13/02

Sur le lieu :

      • « C’était grand, comme un labyrinthe. Ambiance très sympa où tout le monde avait le sourire. »

Sur la journée :

      • « Tout d’abord, chaque élu s’est présenté. On a dit de quelle commune on venait. On a expliqué les jeux puis on a mis en place des groupes et on a joué et enfin on a pris le goûter. L’après-midi s’est très bien passé, tout le monde a passé un bon moment. Nous serions intéressés pour le refaire mais ce serait aux sœurs cette fois-ci d’apporter des jeux. Si on devait le refaire, ce serait bien de le faire sous forme de pique-nique

Vie au foyer de la Louisiane

26 filles sont hébergées cette année au Foyer de la Louisiane. Venant de 19 départements, elles étudient dans les facultés de la Roche/Yon. La proximité de notre communauté permet les rencontres naturelles de voisinage mais aussi quelques moments privilégiés comme le repas de Noël  auquel nous étions invitées, les temps où Sr Marie-Jérôme assure la vaisselle du soir au Foyer, l’Eucharistie mensuelle dans notre oratoire à laquelle quelques filles participent, etc…

Pour manifester notre accueil et ouvrir nos portes, nous les avons invitées à la communauté pour un dîner malgache, avec la directrice et la cuisinière (nous avons une grande salle à l’étage) : une manière de concrétiser « l’Hôtel du Cœur ». Nous avons entendu certains de leurs projets, accueilli leurs rires et leurs histoires sans tout comprendre… Nous avons voulu aussi leur parler de nous… et nous avons visionné le diaporama-quiz utilisé au moment du Deudeuche-tour : « Qui connaît la vie consacrée par cœur et par le cœur ?». Des bonnes réponses… quelques réactions personnelles après coup.

Nous étions contentes d’avoir vécu ce projet de rencontre, mais un peu fatiguées !

Les soeurs de la communauté de la Louisiane – La Roche sur Yon

Nouvelles de Madagascar…

Voilà les dernières nouvelles de l’école Notre-Dame (Madagascar) depuis le nouvel an jusqu’à maintenant.

Chaque année, l’école Notre-Dame célèbre sa fête-patronale « le 11 février », jour de Notre-Dame de Lourdes. Cette année, nous n’avons pas pu fêter « Marie » ce jour là car la préparation n’était pas faite. La célébration a donc été déplacée au 18 février, mémoire de Sainte Bernadette. Comme de coutume, toute célébration se fait pendant une messe en invitant les prêtres, les religieux, religieuses responsables d’écoles catholiques à Majunga ville, les autorités de l’État, les amis de Notre-Dame, les responsables de l’enseignement supérieur, les membres de la DIDEC, le comité scolaire, toutes nos sœurs de la ville,  les parents des étudiants et nos 2 700  élèves, étudiants ainsi que leurs instituteurs et professeurs.

La cérémonie a été  marquée par la sortie de la première promotion de fin d’études en vue de l’obtention de la licence en Lettres Françaises, promotion  » LES PIONNIERS » de l’Institut Catholique Notre-Dame et l’inauguration des infrastructures : un espace pour la maternelle, deux salles d’informatique et un laboratoire de langues.

Sept étudiants ont fini leurs études en Lettres : 1 garçon et 6 filles. Quatre ont déjà trouvé du travail dont deux travaillent à Notre-Dame comme professeur de français ou aide au laboratoire de langues.

Le Père Norbert, Délégué de l’Administrateur Apostolique et ceux qui ont pris la parole ont bien souligné la nécessité de l’apprentissage de la langue étrangère. Madagascar est une île. La nouvelle technologie aussi ne cesse d’évoluer et cela nous demande d’utiliser au moins la langue française et/ou la langue anglaise.  La devise du nouveau président de la République, et de l’école Notre-Dame est l’ouverture au monde. Ceux qui ont fait les discours nous ont encouragés à parler même s’il y a des fautes.

A Majunga, beaucoup d’écoles ont besoin de relève pour les cours de français. Les professeurs de cette langue sont assez âgés. Il faudrait avoir une école capable de l’enseigner et de la pratiquer sérieusement. Le problème pour l’ICND est le manque d’effectifs. Nous avons peu d’étudiants en cette filière car ils ont peur de parler et de l’enseigner. Ils préfèrent faire de la gestion, de l’informatique, du droit ou du paramédical pour avoir vite de l’argent.

Si des couples retraités souhaitent venir ici l’enseigner, ce serait génial. Nous sommes prêts à les accueillir.

Cette messe était aussi une action de grâce dédiée aux bienfaiteurs de l’école et à ceux et celles qui ont beaucoup donné pour nos enfants malagasy.

L’espace des classes maternelles a été réalisé grâce à la cotisation des parents d’élèves et à l’argent économisé par l’école depuis plusieurs années. Le laboratoire a été donné par l’Église Épiscopale Italienne par le biais du défunt Monseigneur Rakotondrajao Roger Victor. La bibliothèque numérique a été offerte par l’ancien ministre des postes et télécommunications, ancien élève de l’école Notre-Dame. L’autre salle informatique a été équipée par l’école et l’Association AFMV (Association France Madagascar Vendée), dirigée par Christiane Soulard et son équipe. Nous remercions spécialement Jacques et Jeannette Joubert, membres de cette association qui ont récolté ces ordinateurs en Vendée pour Madagascar. Quatre sur les treize donnés ne fonctionnaient pas au début et nous avons été obligés d’acheter des pièces de rechange sur place.Comme ils venaient de loin et que ce sont des occasions, c’est normal.

Nous remercions Dieu pour tous ses bienfaits. Nous remercions la Congrégation qui est à nos côtés par ses précieux conseils. Nous te louons Seigneur pour la joie et la vie que tu nous donnes.

Que Dieu nous bénisse.

Quelques photos de la fête : photo de la Promotion avec la Directrice et l’Économe, le laboratoire de langues avec les élèves, l’espace de la maternelle, encore le laboratoire de langues.

Vous avez déjà appris que le bloc opératoire de la Clinique et Maternité FANANTENANA fonctionne maintenant. Voici donc quelques photos prises lors de l’inauguration : une plaque où les noms des donateurs sont écrits et les matériels des différentes salles.

Sr Carole

La FRATERNITÉ en prison…

Le 11 février nous étions 14 des 2 équipes d’aumônerie des prisons de Fontenay et de la Roche pour un temps de récollection sur le thème de la FRATERNITE avec l’accompagnement du Père Clément Picheau.

Fraternité parfois difficile à vivre dans notre monde : les gilets jaunes, l’Europe, la France divisée où le dialogue est difficile. C’est aussi cette rencontre du Pape François à Abou Dhabi où une « déclaration commune sur la fraternité humaine pour la paix dans le monde et la coexistence commune » a été prononcée.

La fraternité c’est bien s’intéresser à ceux que l’on rencontre sur nos propres chemins, prendre soins de chacun sans distinction parce qu’il est aimé de Dieu et qu’il est mon frère en Jésus, y compris dans nos rencontres à la prison.

Entre eux dans les cellules, la fraternité s’impose dans le partage de ce qu’on a « cantiné », dans les colis reçus de la famille, dans la lecture du courrier du codétenu qui ne sait pas lire ;

Fraternité avec nous, dans les rencontres de groupes ou les célébrations, chacun est accueilli, écouté, peut vivre un moment de respiration où la libération de la parole se fait dans le respect.

Fraternité dans la visite en cellule où nous devenons leurs hôtes.

Fraternité qui se ressource dans la relecture d’équipe, la prière, l’eucharistie. En rencontrant l’autre en lui donnant un peu de notre temps nous devenons le Christ pour l’autre, le serviteur.

Avec nos communautés d’aumônerie de prisons, continuons de tisser des liens de fraternité avec ces frères qui nous sont donnés.