Confinement aux Brouzils

Sœur Marie-Henriette nous a indiqué le lever avec cette phrase tout à fait d’actualité : « Quand tu entres dans l’épreuve, pense à la sortie : Dieu est fidèle. » Saint Augustin.

Au début, je n’ai vu que des inconvénients, mais puisque je n’ai pas le choix, autant rendre ces jours agréables.

J’ai commencé par me faire « un planning.»  J’aimerais :

  • Écouter RCF avec les nouveaux horaires
  • Faire des mots fléchés faciles
  • Marcher dans le jardin Saint Joseph
  • Prier avec les sœurs à l’Escale (salon du 3ème étage
  • Aller écouter les informations
  • Prier à mon coin-prière et écrire quelques mots qui m’ont marquée
  • Nous mangeons plus tôt, alors j’écoute sur RCF des sujets que j’apprécie. Dimanche 26 avril, c’est la Père Florent MURZEAU qui a parlé ; il a noté que c’était le jour anniversaire de la mort du Père MONNEREAU ; ensuite, l’émission portait sur Saint Christophe du Ligneron avec beaucoup de détails sur la vie du pays : le nombre d’habitants augmente, il y a du travail il y a de la vie !
  • J’ai suivi aussi une émission sur les apiculteurs du coin : en plus du miel, ils font des tas de produits qui se vendent bien.

C’est un peu comme une retraite, le couloir est silencieux, et entre nous, c’est agréable, on peut compter sur les autres.

Mais, à quand la fin ?

Sœur M. M

 

Ô toi dont la beauté rayonne de clarté

Au seuil du mois de mai, mois où nous sommes particulièrement invités à contempler la Vierge Marie j’ai aimé écrire ces lignes  dans la foulée de la belle hymne « Ô toi dont la beauté ».

Comment parler de ta beauté Marie
alors que nous ne possédons ni photo, ni description de ton aspect physique.
Les Évangiles sont bien silencieux à cet égard, comme ils le sont pour ton Fils Jésus.

La beauté offrirait-elle d’autre voie de contemplation
que celle qui consiste à apprécier les mensurations et autres critères des canons en cours ?

Au jour de l’Annonciation, à travers ce » OUI » confiant que tu prononces, tu es belle Marie !
Tu consens à devenir la mère de Jésus, sans savoir où cela te mènera.
En toi, en silence,  « le Fils est ensemencé… »

Il est une beauté qui  émane du dedans de ta personne.
Tu apprends que ta cousine, à un âge avancé, attend un enfant… tu t’élances,
ta visite ne s’inscrit pas dans l’intermittence…
tu demeures autant que ta présence est nécessaire.
Tu es belle Marie dans ton ouverture de cœur, dans  ta visitation !                            

Celui que tout le monde attend, tu lui as donné vie.
C’est dans une crèche que tu l’as  couché… Mystère de Dieu qui se fait chair !
Aux  bergers, premiers visiteurs  simplement tu le dévoiles…
Tu es belle Marie  dans ta maternité !                                                     

Jour de noces à Cana !
Tu es invitée avec Jésus, mais vite tu pressens qu’une situation embarrassante se profile
car ils n’ont plus de vin…
O Marie comme tu es belle dans la délicatesse de ton cœur
qui perçoit nos besoins et les confie à Jésus !

Tu avais pensé tout bas : « Peut-être qu’ils respecteront mon  Fils. »
Au pied de la croix, tu ne larmoies pas, tu n’invectives pas.
Tu es belle, ô tu es belle Marie  dans ce silence de pudeur où tout est dit.

Sœur Jacqueline Page

Confinées à Doix

Alors que nous vivons à 3 dans notre communauté de Doix depuis l’accident de notre sœur  Georgette le 12 février dernier, mais que nous allons avoir la joie d’accueillir le jeudi 30 avril, nous avons appris par notre responsable de Congrégation, le confinement qui attendait chaque français…
Personnellement, je n’ai rien changé à mon emploi du temps de la journée, vivant comme mes sœurs, dans une grande sérénité et aussi confiance. En communauté nous nous sommes organisées pour l’entretien de notre grande maison et pour les courses : le pain à Fontaines, et Fontenay, en plus pour chercher le linge de notre sœur hospitalisée avec celui de sa voisine dont la fille habite la Mayenne.
 
Ce fut aussi pour moi une découverte de la nature : chaque matin, grâce à ce très beau printemps cette année, j’ai pu admirer, de mon bureau, l’apparition des premières feuilles et fleurs des arbres, entendre le chant des oiseaux, en particulier de celui qui chaque matin chante  » Tut, Tut, Tut » sans discontinuer : quelle persévérance… mais quel est son nom ? J’ai vu la prairie toute blanche avec les pâquerettes, passer au vert après la tonte des ouvriers. Voir la progression des quelques cerises que nous aurons la joie d’apprécier à la mi-mai… Et quelle surprise de voir de beaux et gros oiseaux blancs dans notre parc : aigrettes, et même héron je pense.
 
Au niveau de la communauté, j’ai pu voir des signes tangibles d’une fraternité qui se construit aussi dans l’épreuve. Prévenance et délicates attentions de la part de mes sœurs,  un coup de main pour la vaisselle, du bon bouillon de légumes prêt pour le repas que j’avais à préparer etc. Des signes qui ne trompent pas et qui sont plus parlants que des paroles en l’air sans suite dans le quotidien.
 
Au cœur de ce confinement, la Semaine Sainte vécue au mieux en suivant les célébrations du diocèse dans notre oratoire en union avec tous les chrétiens du monde.
Pâques, fêté en suivant la messe du pape et recevant ensemble sa bénédiction, puis en partageant le repas avec une table bien décorée, et recevant de nos voisins de l’Ehpad une missive avec une vingtaine de mots ou signatures à laquelle nous avons répondu le jour-même par la remise d’une carte pour tous.
 
Mais le plus dur à vivre, c’est de se sentir orphelines des relations familiales, amicales et fraternelles de toutes ces personnes que nous avons l’habitude de côtoyer au quotidien pour certaines, dans la commune, dans les 4 Ehpad pour la messe, et le dimanche dans les célébrations, comme dans les réunions et activités diverses. Mais cela ne nous a pas empêchées de garder les liens qui nous unissent à ces personnes par l’envoi de cartes, mails, SMS, et coups de téléphone… et tout cela tant apprécié par les destinataires !
 
Ma peine aussi, être privée de la nourriture eucharistique au quotidien même si nous avons la chance d’avoir la présence réelle dans notre oratoire où nous nous réunissons matin et soir en communauté. Nous y portons, dans notre prière, tous ceux et celles que nous aimons et aussi pour toutes les personnes qui souffrent de cette pandémie sans oublier celles qui les soignent et sont au chevet de nos frères et sœurs aînés, malades ou rendus fragiles à cause de ce confinement.
 
Mais aussi joie de re-découvrir la parole de Dieu proclamée, expliquée par de nombreux médias et sites (merci à la paroisse de Benet).
 
Un immense merci aux personnes qui travaillent pour notre nourriture au quotidien : pain matériel, mais aussi spirituel et en particulier RCF- KTO- TV le dimanche et surtout nos responsables de Congrégation et notre doyen François dont le texte quotidien reçu par plus de 450 familles et que j’envoie chaque jour à plus de 50 personnes ! Que de réactions positives de reconnaissance. Une amie de la région parisienne écrit : « Je vois que l’activité religieuse de votre région est toujours bien vivante. C’est vivifiant. Je suis en communion spirituelle avec vous »… Et bien d’autres réactions de ce style !
 
Alors, oui, merci Seigneur de ce temps si spécial, éprouvant parfois que nous vivons, mais nous nous savons accompagnées par toi au quotidien!  Donne-nous la grâce d’en sortir vivifiées et fortifiées pour vivre au mieux l’après confinement avec tous ceux que nous rencontrerons et que nous confions à Marie.
 
Et pour terminer, je reprends l’enseigne des vendéens que m’a rappelée une amie d’enfance : « Haut les cœurs ».
Sœur Marie-Gabrielle Gaillard

Confinement à Varennes Vauzelles

Plusieurs sœurs se sont inquiétées pour nous deux, Thérésine et moi. Même la mairie et 2 personnes de notre HLM ont téléphoné pour savoir si nous avions besoin de quelque chose. C’est ainsi que les rôles sont inversés ! Bien sûr, nous les avons tout de suite rassurées. Nous sommes deux et avons une voiture.

Pour nous, ce temps passe très vite. D’abord, il y a eu la semaine Sainte, les offices  retransmis à partir de la Maison du diocèse où 7 personnes étaient confinées ensemble dont l’évêque et 2 séminaristes. Nous prenons davantage de temps pour prier, lire, nettoyer, ranger, classer, coudre… et surtout téléphoner.

Grâce à la technique moderne, nous avons écouté le message pascal de Kiko, le fondateur du Chemin Néo-catéchuménal, à 118 foyers à la fois. Nous pouvions nous voir et même à la fin, nous interpeller pour se souhaiter de joyeuses fêtes de Pâques.

Deux semaines de suite, le mercredi, nous avons prié les vêpres à 6, toujours par zoom. La semaine dernière, Thérésine et moi, avons préparé la prière avec Hedwige à distance et le jour venu, mardi dernier, nous étions 14 à y participer. Le thème était : le désert.

Plus que jamais, nous apprécions la TV et l’ordinateur pour participer au chapelet et à la messe, le dimanche  dans le studio du Jour du Seigneur et les autres jours à la grotte de Lourdes. Nous avons à l’église un ciboire d’hosties presque plein mais par solidarité, nous ne communions pas sacramentellement.

En outre, avec l’accord du prêtre administrateur qui n’habite pas sur place, nous avons pris l’initiative d’ouvrir l’église paroissiale qui est toujours fermée habituellement 1h par jour pendant 5 jours. La permanence est assurée par 5 personnes dont nous deux. Nous avons essayé de la rendre un peu plus chaleureuse : affichage de belles images avec des paroles fortes, cierge allumé, fleurs… et bien sûr le Saint Sacrement y est présent.

Un constat : dans la rue, jamais les gens n’ont été aussi abordables que depuis le confinement.

                                                                                                            Chantal Lebouteiller

 

Confinement, confinement…

Ce mot répété souvent,
n’a rien d’encourageant,
et ne va guère avec soulagement.

Ici ,au Parc, nous le vivons comment ?
Pas toujours facilement
mais chacune indépendamment
et le soleil aidant
fait des efforts surprenants.
Reste dans sa chambre bien sagement,
se promène de temps en temps,
dans un parc qui se pare du printemps,
lit le journal quotidiennement
prie devant le Saint Sacrement,
pendant une heure journellement,
et ceci depuis le début du confinement.

La séparation demandée instamment,
autant que possible, est accomplie respectueusement.
Les rencontres se font gentiment,
avec discrétion et joyeusement.

A table ne sommes que 3 seulement
et les conversations se font moins bruyamment,
un ange passe souvent
le silence se fait automatiquement.

Pour les offices : la technique aidant
nous les suivons à la TV en regardant
mais aussi, à notre manière, en participant…
la Semaine Sainte se passe sereinement
les offices, autrefois, préparés avec énervement
cette année se vivent calmement.
RCF – KTO – YOUTUBE nous aident au recueillement.

Voilà, en partageant,
quelques morceaux de vie donnés spontanément.

Les sœurs de la Communauté de la Porte du Parc (Coutances)

Le Centre spirituel Pierre Monnereau, au temps du COVID-19

Un grand silence ! comme celui d’une retraite  spirituelle, où l’Esprit saint  rejoint chaque personne dans ses profondeurs !

Pas de voitures dans l’allée, pas de jeux d’enfants dans le parc, chambres , cuisines et salles à manger vides…  Seules, trois personnes circulent : sœurs Marie-Jeanne, Louise et Jacqueline.  Les journées sont moins bousculées, laissant libre champ à la lecture, aux visites à domicile via internet. Mettre de l’ordre dans les placards, profiter du beau temps  pour accorder les plantes à l’heure printanière… Manière d’ anticiper sur  « l’après » proche ou lointain !

Pour le préparer, rien de meilleur que de vivre aujourd’hui, ici et maintenant ! Le centre est fermé depuis le 14 mars et comme tout le monde, nous sommes « confinées ».   Toujours en respectant la distanciation demandée « 1,50m » ! Chaque jour nous nous retrouvons pour les temps de prière : à  9 h, nous sommes à l’oratoire pour chanter les  Laudes (prière du matin) et le soir à 18 h 30 pour chanter les Vêpres. Nous prions aussi avec les célébrations que nous propose la chaine de TV, KTO : 10 h  la messe et 15 h 30 le chapelet médité, à Lourdes. Comme nous l’avons vécu pour le dimanche des Rameaux, transmis de la cathédrale de Luçon. Le vendredi saint à 17 h,  nous serons à Rome pour la célébration de la Passion du Seigneur. Nous recevons aussi des demandes de prières,  demander à Dieu, à Jésus ressuscité, la grâce nécessaire pour vivre  des  moments éprouvants, maladies, enfants, familles en difficultés… Nous sommes unies à vous tous, dans les paroisses, doyennés, diocèse, familles… et toutes nos sœurs en  congrégation, qui fêtons en ce jeudi saint, l’anniversaire de notre fondation.

Le plus éprouvant pour nous, c’est de n’être pas admises à visiter nos sœurs  de la communauté Notre Dame  et celles de l’EHPAD. « Le p’tit machin » pourrait s’infiltrer !

Cependant, nos  repas, toujours appréciés,  sont préparés et servis par la cuisine commune .

C’est à ce moment-là que nous échangeons entre nous trois les nouvelles qui nous arrivent de l’extérieur, journaux, internet  etc.

Nous sommes très privilégiées, par notre parc, qui nous permet de faire au moins 1 km  tout en restant « chez nous ».  Les parties de belote (même à trois) et le scrabble, sont les bienvenues  à certaines heures !

Nous souhaitons que ces fêtes pascales ravivent,  en chacun d’entre nous  la foi, l’espérance et l’AMOUR.

Les sœurs de la communauté du Centre Pierre Monnereau

On a fait la Joséphine

Qu’est-ce que La Joséphine ? C’est cette course solidaire au profit de la Ligue contre le cancer, 100 % féminine, qui se déroule tous les ans en septembre à La Roche sur Yon depuis 2015.

Pour cette 5ème édition, 12 883 femmes ont répondu à l’invitation, transformant les rues de ville en un immense ruban rose, de la couleur du T-shirt règlementaire.

Dans une ambiance bon enfant et joyeuse nous étions huit sœurs des Sacré-Cœurs à prendre part à cette marche de 5 km autour de La Roche sur Yon, en solidarité avec les autres femmes. Aucun esprit de compétition, aucune récompense, rien à gagner, juste marcher ou courir avec d’autres pour une bonne cause et dans la bonne humeur.

Sur le parcours de nombreux supporters étaient venus encourager les marcheuses, et la gent supportrice était essentiellement masculine… 😃

Un chèque de 74 352 € a été remis à la Ligue contre le cancer.

Rendez-vous dans un an, pour la 6ème édition, venez nous rejoindre.

Sœur Emmanuelle

La photo ci-dessous, en plongée est de David FUGÈRE… au bon endroit au bon moment ! Cherchez bien nous y sommes toutes les 8.

Chapitre, « Allez, Dieu vous envoie… »

Sr Catherine Ryan

Lundi 15 juillet, dernier jour de travail avec le vote par les Capitulantes des Actes du Chapitre, c’est-à-dire la mise en œuvre de l’orientation générale avec des pistes d’action ; l’évaluation proposée par Sœur Catherine, notre accompagnatrice ; et la clôture du Chapitre après un mot de conclusion par Sœur Martine Chaillot, nouvelle Supérieure générale.

Quatre lignes seulement qui résument un temps court mais intense  empreint de fraternité et d’émotion.

Avec le vote des Actes du Chapitre nous avons ratifié le travail fait, les propositions que nous voulons vivre et concrétiser au cours des six prochaines années, entre nous et avec les associés et plus largement avec tous nos frères, sur nos différents lieux d’insertion, en France, au Congo, en République Dominicaine, à Madagascar, au Canada.

L’évaluation de ces quinze jours a dégagé la joie d’avoir prié et travaillé ensemble avec une méthode constructive et dynamique, d’avoir expérimenté l’interculturalité, d’avoir consolidé des liens. Occasion aussi de remercier Sœur Catherine Ryan qui nous a accompagnées avec compétence et fraternité. Encore un immense merci à elle  !

Merci également au personnel du Centre spirituel, aux sœurs et associées qui se sont relayées pour la prise en charge du quotidien et rendre notre séjour agréable.

 

Mardi 16 juillet avait lieu la messe d’action de grâce et de clôture du Chapitre à l’église des Brouzils, lieu de fondation et où se trouve le tombeau du Père Monnereau notre fondateur. De nombreuses sœurs de France, des associés, amis, prêtres, sœurs d’autres Congrégations nous ont rejointes pour cette messe présidée par le Père Ephrem Tenaud, délégué épiscopal à la vie consacrée.

  Comme nos célébrations durant le Chapitre celle-ci était aux couleurs de nos pays par les chants, la procession des offrandes, des bougies de couleurs différentes symbolisant les cinq pays où nous sommes. Prenant la parole en fin de célébration sœur Martine a résumé le chemin parcouru, inspirée par un verset de psaume qui l’habite depuis quelques jours : « avec Dieu nous ferons des prouesses » (Ps. 60). Ferons-nous des prouesses, nous ne savons, mais nous avons déjà commencé à en faire au cours de ces quinze jours à travers une expérience humaine et spirituelle de discernement vécue avec nos diverses cultures. Arrivées au Chapitre avec une question nous en repartons avec une orientation en 3 points :

Pour nous aimer à la manière de Jésus, et ainsi construire la fraternité au cœur du monde

  • prenons soin de notre « maison commune »
  • intensifions notre attachement à Jésus-Christ,
  • consolidons les liens de la « famille des Sacrés-Cœurs.

Sœur Martine a ensuite invité les conseillères élues et présentes à la rejoindre : ensemble elles auront à cœur de mener à bien cette orientation. Le Père Tenaud, les a bénies et envoyées en mission avant de donner la bénédiction finale à toute l’assemblée.

Les cinq bougies aux couleurs de nos pays ont ensuite été remises par sœur Martine aux représentantes de ces pays : elles sont signe de la flamme vivante de la fraternité et de l’amitié entre nous.

Cette fraternité nous l’avons vécue pendant deux semaines, prouesse à poursuivre…

Un verre de l’amitié à la Maison des Aires a permis de poursuivre ce temps de fête. Les photos parleront d’elles-mêmes et bien mieux que les mots…

Aujourd’hui la plupart des capitulantes françaises sont de retour dans leurs communautés respectives, les sœurs des autres pays quittent la France en fin de semaine. Une belle expérience se termine, une page se tourne, une belle aventure s’ouvre devant nous :

Allez Dieu vous envoie,
vous êtes dans le monde
les membres d’un seul corps

 

15ème jour de Chapitre

Dimanche 14 juillet – 15ème jour de Chapitre

Après plusieurs jours de silence, voici à nouveau quelques nouvelles.

Cette semaine a donc été surtout un temps de discernement en vue de l’élection de la Supérieure générale et de son Conseil. Vous avez pu en voir le résultat dans les articles précédents. Comme le demandent nos Constitutions l’élection de la Supérieure générale était présidée par Mgr Jacolin, évêque de Luçon. Le Père Ephrem Tenaud, délégué épiscopal à la vie consacrée, était également présent.

Lorsque le nouveau Conseil général a été composé nous l’avons béni et envoyé en mission avec des refrains dans les quatre langues des capitulantes et une bénédiction prononcée toutes ensemble.

Allez, Dieu vous envoie,
vous êtes dans le monde les membres d’un seul corps.

Les élections terminées nous avons poursuivi notre travail sur l’orientation à retenir pour les prochaines années et les pistes de mise en œuvre. Les trois rédactrices ont beaucoup travaillé pour nous proposer les textes que nous devrons voter avant de nous quitter. Ce soir même elles étaient dans leurs papiers tandis que commençait la soirée festive. Heureusement elles nous ont rejointes avant la fin !

Aujourd’hui dimanche et 14 juillet, deux raisons de se reposer… nous avons travaillé l’après midi. Mais nous savons aussi faire des pauses et nous détendre, donner une note festive aux événements joyeux. Ainsi en a-t-il été après chaque élection, et ce soir pour marquer la fête nationale. Les photos parleront d’elles-mêmes !

Album photos

Election du Conseil général

Réunies en Chapitre général nous avons la joie de vous annoncer l’élection du Conseil général des 10 et 12 juillet 2019

Sœur Martine CHAILLOT (française), Supérieure générale
Sœur Marie-Esther RAKOTOARIVELO (malgache), Assistante générale
Sœur Altagracia ORTIZ MENA (dominicaine), Conseillère générale
Sœur Anne VION (française), Conseillère générale

Nous confions à votre prière la mission de la Congrégation, en particulier la mise en œuvre des orientations que nous aurons définies au cours de ce Chapitre.

La messe d’action de grâce et de clôture du Chapitre sera célébrée mardi 16 juillet à 10 h en l’église des Brouzils.

Sœur Martine, Sœur Marie-Esther, Sœur Anne. En médaillon, Sœur Altagracia