Royan

C’est la période des vacances, et toutes les soeurs qui le peuvent aiment prendre quelques jours de dépaysement, pour continuer ensuite la route.

Il existe un lieu très agréable, pas très loin (de la Vendée au moins) avec la mer, la forêt tout près et une communauté très accueillante. C’est Royan !

Plusieurs possibilités. Pour une soeur, il est possible de loger à la communauté, une petite chambre au deuxième étage tout près de l’oratoire (avec toilettes et douche à proximité). Une deuxième solution, pour deux soeurs par exemple, à « l’abri des pèlerins ». Deux chambres avec cuisinette au milieu donc les vacancières peuvent faire leur cuisine. Ces chambres sont intégrées aux salles paroissiales, tout près de la maison des soeurs « Castel Parc ».

Royan est une ville touristique très belle pour qui aime la mer. Une piste cyclable et pour piétons longe la mer, du port de plaisance à St Georges de Didonne et au-delà. On peut aussi marcher sur la plage ou dans la mer, ou faire « trempette ». Cela fait beaucoup de bien. La contemplation est facile : les bacs font la traversée Royan/Soulac pour les voyageurs intéressés. Les voiliers multicolores voguent tranquillement sur l’océan. Les apprentis baigneurs s’exercent au bord et les expérimentés profitent à plein des plaisirs de la mer. Notre Dame de Royan, imposante église de béton, domine toute la ville. Le « petit train » sillonne gentiment les rues. Et tout cela à 5 minutes à pied de la communauté. La forêt de St George/Meschers est à proximité aussi. L’Eucharistie est célébrée tous les soirs, en changeant de clocher : Médis, Saint Georges, Saint Pierre, Notre Dame, Saint Palais; et le samedi : Saint Jean ou Meschers. Et bien sûr : de belles rencontres.

Je vous assure que l’on passe de très belles vacances à Royan. Bel été !

Sr Marie-Thérèse Dupé

Date : 18 août 2020

Vacances…

Un temps pour découvrir,  respirer,  rencontrer,  admirer…  Tel fut ce moment  que nous avons passé à Brignogan-Plages dans le nord du  Finistère, chez les Sœurs de l’Immaculée de St Méen.

Cette « Côte des légendes » nous a vraiment émerveillées  en particulier avec ses énormes rochers. Ils sont partout : dressés majestueusement en bord de mer,  posés dans les champs ou  près des maisons.  Ils intriguent par leurs dimensions. Ils amusent aussi avec  leurs formes surprenantes et se prêtent de bonne grâce aux escalades pour la joie des petits et des grands. En même temps, ces mastodontes de granit imposent le respect.  Ils semblent veiller sur les plages de sable blanc et sur les eaux claires de turquoise et d’émeraude des étendues marines. On se croirait à la genèse du monde…  Devant cette beauté sauvage monte tout naturellement l’hymne de la création.

C’est un des aspects de nos vacances que nous aimons vous partager.

Monique, Colette, Jeanne-Marie

Date : 17 août 2020

Vacances dé-masquées

Vallée d’Azun

Vacances ! En saison estivale, voilà bien un mot qui flotte et claque à tous les vents, dans les échanges quotidiens et sur la planète médiatique. Si l’on s’en tient seulement aux journaux télévisés du 20 H, on constate que les séquences sur les vacances se taillent une bonne place au sein des “nouvelles”, trop souvent (hélas !) dramatiques.

D’emblée, précisons que ce bref “reportage” sur nos propres vacances rime avant tout avec partage. Exercice à la fois facile et délicat parce que tant de gens ne partent jamais en vacances et qu’en bénéficier constitue déjà un privilège. Un privilège qui serait pur égoïsme s’il n’y avait pas une perspective de fécondité, un “projet” tacite et modeste qu’on pourrait formuler ainsi (après expérience) : engranger dans ce “vide” d’activités habituelles une réserve d’énergie renouvelable pour nous-mêmes et pour nos sœurs et frères qui croiseront notre chemin demain.

“Tant de mains pour transformer le monde 

et si peu de regards pour le contempler.”

Julien Gracq

                Cette citation, découverte au cours de nos vacances, évoque notre intention, non pas de transformer le monde, loin s’en faut, mais de contempler les beautés naturelles à portée de regard : la montagne et ses lacs, les prairies verdoyantes et les fleurs, les oiseaux et les “bêtes des champs”…   C’est aussi respirer la douceur du climat et du relief … dans cette vallée pyrénéenne d’Azun, à proximité de Lourdes. Dans de telles conditions, comment ne pas penser spontanément à Laudato sì’ !

Au programme du séjour : marche, petite ascension, pèlerinage à Lourdes et à Sainte Anne de Pouey-Laün, jeux de scrabble et de belote, lectures personnelles et… fidélité à un rite établi depuis plus d’une décennie, à savoir la lecture collective d’un livre récent. Cette année, un ouvrage au titre étonnant a suscité un véritable intérêt en chacune de nous et nous a ouvertes à de multiples facettes inattendues de la Beauté. Nous connaissons tous et toutes ce mot célèbre : “La beauté sauvera le monde”. Mais le monde a bien changé depuis la parution de “L’idiot”, l’œuvre de Dostoïevski d’où cette citation est tirée. Pendant ces vacances 2020, c’est Jean-Claude Guillebaud qui nous a fait plonger dans un défi majeur en publiant : “Sauver la beauté du monde”. En douze chapitres, il aborde des domaines très divers où on n’imaginerait pas les nuances infinies de la Beauté qui s’offrent généreusement aux regards. On y a appris également beaucoup de choses dont on ne se souviendra pas pour les raconter, mais le cœur et l’esprit ont été touchés, et c’est bien l’essentiel. Une manière comme une autre d’être transformées et donc de transformer le monde … un peu, peut-être !

Voilà donc pour vous, malgré les exigences sanitaires, nos vacances dé-masquées.

                Sœurs Marie-Henriette Sachot, Louise Nobiron, Marie Griffon

Date : 14 août 2020

Concert « A coeurs ouverts le 18 août à Bourgenay !

La communauté de Bourgenay (rue Notre Dame à Bourgenay-Talmont st Hilaire-Vendée) accueillera le 18 août 2020 à 21h une soirée de prière en musique avec « A cœurs ouverts » :

  • Des textes axés sur la tendresse de Dieu et son amour inconditionnel
  • Des musiques dans des styles actuels (pop, rock, folk…)
  • Un climat où se mêlent convivialité et ferveur

La congrégation est heureuse d’accueillir cette veillée prière et chants dans la ligne de notre charisme !

Pour découvrir le teaser de la soirée en vidéo : https://youtu.be/TnJH-wB8Ap4

La soirée est ouverte à tous les publics – entrée gratuite

Plus d’infos sur la page facebook.com/acoeursouverts.info

Date : 24 juillet 2020

Travail en équipe

Le travail en équipe est toujours bénéfique et c’est ce que le chapitre nous demande. Des grosses pierres sont restées longtemps dans la cour de la clinique FANANTENANA.

Un samedi après-midi, toute la communauté s’est investie  pour enlever ces blocs. Le travail a été vite fini. La cour est en ordre. Les roches se sont mises le long de la chapelle, pour fortifier la fondation qui est bâtie dans une partie de la rizière. Grace à la volonté de chacune, la communauté n’a pas  dépensé un sous pour finir ce travail. Tout le monde a travaillé de bon cœur et nous sommes très contentes.

Goline et toute la communauté de la clinique FANANTENANA , Madagascar

Date : 20 juillet 2020

Le cycle Sainte Thérèse

C’est à Luçon, les 13 et 14 juin, que s’est terminé le cycle Sainte Thérèse 2019-2020 qu’une vingtaine de jeunes femmes étudiantes ou professionnelles ont suivi, accompagnées par une équipe diocésaine (mères de famille, consacrées et prêtres). Quelle joie de nous retrouver après les mois d’interruption pour cause de crise sanitaire afin de reprendre et finaliser la démarche de ce parcours ! Elles s’étaient mises en route depuis octobre dernier pour approfondir leur foi, désireuses de découvrir leur vocation c’est-à-dire le chemin de bonheur auquel Dieu les appelle pour porter du fruit. Quel projet… Vous imaginez bien que cela fait naître beaucoup de questions, de désirs et de peurs… Il leur a fallu avancer avec confiance et patience…

En tant qu’accompagnatrice, j’ai été touchée par la sincérité et l’investissement de chacune pour se rendre disponible, prendre les moyens de faire la lumière dans sa vie et ainsi avancer dans la vérité et la liberté. J’ai eu beaucoup de joie à les accompagner et à voir le beau chemin qu’elles ont fait ! Nous savons combien ces années d’études et de début de vie professionnelle sont importantes et combien les jeunes cherchent le sens de leur vie. Continuons à prier pour que chacun trouve la manière dont il pourra se donner au monde, aux autres et à Dieu. Continuons à prier pour toutes les vocations (mariage, vie consacrée, sacerdoce) et pour que des jeunes femmes répondent à l’Amour de Dieu qui est toujours premier.

Sœur Anne-Lise Jamin

Date : 07 juillet 2020

Bon anniversaire tante à ciel !

Quand on a 100 ans !

“Vieillissant, il fructifie encore, il garde sa sève et sa verdeur pour annoncer :  “Le Seigneur est droit…!”   (Ps 91)

                        À la Maison mère des sœurs de Mormaison, atteindre l’âge de 100 ans n’est pas rarissime. Pour sœur Agnès Griffon, ce samedi 27 juin était le Jour-J. Avec la communauté, elle célébrait la grâce inouïe d’avoir traversé un siècle. Sa naissance à la Boissière de Montaigu le dimanche 27 juin 1920, dans l’après-midi, a été saluée par les cloches de l’église qui annonçaient en même temps les Vêpres. CoIncidence ou … présage d’une longue existence ? Les deux, bien sûr !

Le samedi 27 juin 2020 fut donc un jour de fête simple et joyeuse, à l’image de sœur Agnès. Messe d’action de grâce à 11 H. Imaginez une centenaire entrant dans la chapelle de la Maison mère, une rose à la main et précédant le célébrant, avec comme seul support des pieds en bon état de marche !… La célébration s’est déroulée avec une assemblée “aérée”, respectant ainsi les règles sanitaires. Contraintes, désormais presque naturelles, qui ne semblent pas avoir troublé le climat d’une communauté priante et chantante.

Quant au repas qui a suivi, il a fait le bonheur des convives. Fraternel, délicieux à bien des égards : le menu (pas menu), le service souriant derrière les masques, la chanson ad hoc, le “discours” simple et chaleureux de la centenaire…

Une BELLE et BONNE journée qui a certainement gommé pour quelques heures des mois de confinement.

Sr Marie G

Bon anniversaire tante à ciel !

Ces vœux d’un petit neveu de sœur Agnès n’ont pas manqué de retenir mon attention ! Tante à ciel, qu’est-ce qui a bien pu provoquer ce surnom ? Agnès est une religieuse avec le témoignage chevillé au cœur, et n’a jamais dû prendre son engagement à la légère, elle aurait mérité le ciel ? Et plus loin : « 200 ans,  légendaire ! » et encore plus loin « du champagne ? »

Sr Agnès (100 ans) et Sr Anne-Marie (105 ans)

Tout cela est bien de la terre ! Si la bouteille a été bonne tout laisserait à penser que tante Agnès puisse entrer dans la légende… les idées fusent encore, et aussi vite que le bouchon de la bouteille, l’œil est bien allumé, de multiples centres d’intérêts, toujours un petit sentier vers l’autre… Autrefois, on chantait « la vie commence à 60ans ! » Là elle ne commence pas mais elle continue de s’épanouir. Et Agnès aime à redire    avec le poète  Tagore  « de nouvelles mélodies ont éclaté  dans mon cœur, et là où les vieux sentiers s’effacent, une autre terre merveilleuse apparaît ».

Pour Agnès ce 27 juin fut vraiment un beau jour pour naître au reste de sa vie ! Merci Agnès pour la joie partagée, la joie du don !

Sr Eliane M

Date : 01 juillet 2020

19 juin 2020 – Fête du Cœur de Jésus

Cette fête,  nous,  les sœurs de la paroisse St Jean XXIII de la Roche sur Yon,  nous avons voulu  qu’elle soit marquée au niveau paroissial  dans l’église principale du Sacré-Cœur.

Avec « cœur », nous nous sommes mobilisées pour inviter les autres communautés religieuses, les associés, les amis, les chrétiens de la paroisse. Nous voulions que ce soit un moment de joie dans l’action de grâce pour l’Amour de Celui  qui livre sa vie pour la nôtre.  Le choix des chants, la musique (orgue et flûte) ont contribué à ce climat joyeux dans  l’écoute de la Parole de Dieu et dans l’accueil du mystère de l’Eucharistie.

Un peu frustrées de ne pas pouvoir prolonger ce moment par un verre d’amitié avec la centaine de personnes présentes (mesures de déconfinement obligent !),  nous avons symboliquement offert la « douceur » d’un bonbon enveloppé… .  Un signe… .. qui peut nous inviter aux petits signes  de cordialité au quotidien.

                                                                                  Les Sœurs de la communauté de la Louisiane

Date : 30 juin 2020

Échos de la fête des Sacrés-Cœurs à Mahajanga

« Auprès du Cœur du Christ, le cœur humain reçoit sa capacité d’aimer » Saint Jean-Paul II.

De coutume, et pour appliquer ce que le chapitre nous dit ; les Sœurs des Sacrés-Cœurs de Mahajanga- ville et deux sœurs d’Ambatoboeny et Mandritsara ont fêté ensemble les Sacrés-Cœurs, dans la dignité et dans la joie, ici à Amborovy. Malgré le confinement qui continue à Madagascar, Sœurs, Associés et Personnels d’Amborovy ont été conviés à cette fête. Nous étions nombreux dans la chapelle de la communauté d’accueil, sauf quelques-unes qui assuraient la permanence à la clinique et à l’école. Nous étions dans la chapelle de l’Accueil, car il y avait déjà une retraite dans la grande chapelle. Tout le monde a bien participé à la cérémonie et a bien mis son uniforme.

Chaque communauté a apporté son repas du midi. Les membres du personnel étaient avec la communauté d’Accueil et la communauté de la province.

La liturgie de la messe a été préparée par nos jeunes en formation religieuse (Novices et Postulantes). Nous avons des jeunes qui chantent bien et juste. Quelles magnifiques voix. L’orgue a été joué par Monsieur Gilbert de l’École Notre-Dame. La cérémonie était belle et priante.

C’était le père JAOVORY, curé de la paroisse d’Amborovy, qui a célébré la messe. Il a insisté sur l’importance de cette rencontre entre famille des Sacrés-Cœurs. Il a parlé aussi du partage et de la solidarité envers les autres, surtout en ce moment de la pandémie. « Confinés comme nous sommes, nous sommes attirés vers la source ineffable de notre salut : les Cœurs de Jésus et de Marie. Même la mort ne peut pas avoir d’emprise sur nous, car elle a été vaincue sur la croix. L’amour que nous avons reçu de Dieu doit se traduire dans des actes de miséricorde que nous destinons à nos frères et sœurs, surtout envers ceux et celles qui sont les plus vulnérables ».

Aussitôt la messe, tout le monde a été invité à prendre le repas dans le réfectoire des sœurs. Des sourires et de joies animaient le monde. Merci pour les beaux gâteaux et la participation massive.

Carole, une sœur des Sacrés-Cœurs à Madagascar

Date : 29 juin 2020