Le nouveau lycée St François d’Assise

Des nouvelles de la Pastorale au Lycée Saint François d’Assise

L’année 2021 a bien démarré avec l’emménagement dans des locaux tout neufs. Les espaces de pastorale des anciens sites ont été déménagés le mardi 5 janvier et la première messe a été célébrée le vendredi 8 janvier : jour de la prérentrée des professeurs. Trois jours plus tard, les Premières et les étudiants ont été accueillis. Après le discours de M. Potier, les élèves ont tous eu l’occasion de découvrir l’établissement – dont l’aumônerie – grâce à un grand jeu qu’avait organisé un éducateur. Ce jeu leur a permis de se déplacer dans les différents espaces et d’appréhender de façon ludique leurs nouveaux lieux d’apprentissage et de vie au lycée.

Ces passages à l’aumônerie ont permis aux jeunes de poser toutes leurs questions :

« C’est quoi cette salle toute ronde ? Elle sert à quoi ? »

« Et vous madame, êtes-vous prêtre ? »   

« Je ne suis pas croyant mais je me pose des questions… je peux revenir discuter à un autre moment ? »

Etc…. autant d’occasions d’échanges intéressants.

L’architecture très originale du lieu, situé au cœur du lycée et très identifié, ne laisse personne indifférent.

Nous avons la chance de pouvoir nous recueillir dans l’oratoire pourvu de la présence réelle.

Depuis début janvier, nous avons repris les débats du vendredi midi, les préparations aux sacrements (cette année baptêmes, première Eucharistie et Confirmation), les messes hebdomadaires, les rencontres de l’équipe d’animation pastorale et les échanges informels des lycéens qui viennent pour discuter.

Une grande chance pour la pastorale : être tous réunis sur un seul site, permettre à tous ces jeunes de découvrir de nouvelles réalités. L’équipe pastorale va aussi s’enrichir de nouvelles personnes, nous sommes sensibles au fait que toutes les filières soient prises en compte dans nos futurs projets.

Notre enracinement ? Le Christ d’abord, qui nous invite à porter sur chaque personne le regard d’amour du Père, puis le binôme en sainteté Saint François et Sainte Claire d’Assise, ils ont beaucoup à nous apprendre pour relever les défis de notre époque. Nous n’oublions pas nos racines : l’héritage des sœurs de Mormaison : « transmettre la tendresse de Celui qui nous a aimés le premier » et des frères des écoles chrétiennes.

Soyez les bienvenus en ces lieux si vous le souhaitez.

Pour l’équipe pastorale, Laure Pichot

Le nouveau St François d’Assises – Premiers jours vus par un élève

Je suis arrivé sur le nouveau site du lycée avec un bus bondé d’élèves de Saint-François. Depuis le Bourg/La Roche, par la place Nap’, 30 minutes de bus. Je suis rentré dans le lycée que j’ai trouvé tout d’abord super attrayant avec l’entrée en face, une grande salle de sport à droite et des ateliers avec des voitures plus loin ; ça m’a donné aussitôt envie d’en voir plus.

Je suis rentré dans le hall ou il y avait mes copains et j’ai trouvé ça super beau et grand. J’ai pu voir l’aumônerie tout en bois au milieu du hall et ça rend vraiment bien. Ça change du « petit » lycée de ville et ses 800 élèves entre 4 murs.  On a été accueilli par le directeur, Monsieur Potier, puis dispersés dans nos classes. Ensuite un jeu de piste nous a été proposé pour parcourir le lycée et c’était très intéressant de découvrir tous les endroits du lycée. Que ce soient les classes, les salles thématiques, l’internat, le CDI, jusqu’à la salle de sport, en passant par les différents ateliers. C’est très différent du lycée précédent d’avoir ces lieux juste en dessous de l’étage de nos classes.

Mis à part le fait que je me suis souvent perdu dans les couloirs, le lycée est quand même très beau. J’ai été « choqué » par la taille du lycée notamment quand j’ai vu qu’on avait un amphithéâtre. L’espace de restauration est clairement plus grand que le self qu’on avait dans l’ancien lycée. Le lycée est immense et super cool. Évidemment c’est un peu perturbant de se retrouver avec autant de jeunes mais ça a ses bons côtés car on peut voir maintenant tous les jours des copains de l’autre site (ex St Louis technique) On est loin du centre et nos habitudes changent mais on sera quand même proches des Flâneries.

Maxime.

Date : 03 février 2021

La « sainte rencontre » du 2 février au monastère de la Visitation

Même s’il fait gris, même s’il faut sortir masquées, nous voici ce 2 février avec nos yeux et nos voix dans la chapelle des sœurs de la Visitation pour la fête de la « sainte Rencontre » comme l’appellent nos frères orthodoxes.

Ah oui, pouvoir se rencontrer parce que rassemblés par un même appel à consacrer notre vie à Celui qui a tout partagé de notre humanité.

Il y a les sœurs et les communautés que nous connaissons … et les nouvelles : c’est bien court l’échange de quelques mots mais ils aident à patienter !

Et puisque les défis lancés par le pape François pour l’année de la vie consacrée, sont toujours d’actualité, Mgr Hubert Barbier-qui fut évêque de Bourges- nous les rappelle dans son homélie et pour l’envoi.

« Regarder le passé avec reconnaissance

Vivre le présent avec passion

Embrasser l’avenir avec espérance »….

A la saison nouvelle, nous aurons des fleurs et des fruits à nous partager… et la rencontre « de visage à visage » aura bien quelque chose de ressemblant avec ces rencontres vécues un jour au Temple de Jérusalem.

Sr M.Thérèse Charrier, Ursuline de Jésus, communauté 20 rue Pierre Olliveau, La Roche sur Yon

Date : 03 février 2021

Concert ONPL du 26 janvier aux Brouzils

Ce mardi 26 janvier 2021, la salle de restauration s’anime pour une première chez nous.

Notre EHPAD Maison Esther BLÉ a été retenu cette année pour recevoir l’Orchestre National des Pays de la Loire. Covid oblige : seuls, les instruments à corde sont autorisés.

Un quatuor de violoncellistes va nous charmer en un concert varié pendant 45 mn, suivi d’un temps d’échanges avec les artistes. Ceux-ci, privés de public depuis plusieurs mois,  éprouvent un réel bien-être à jouer pour nous et notre auditoire, sensible à la beauté malgré ses handicaps, est ravi d’éprouver un tel bonheur en ce temps de confinement.

Notre salle offre une bonne acoustique et nous serions enchantées de revivre un tel moment.

 Sr Marie-Henriette Sachot

Date : 02 février 2021

Journée de vaccination à l’EHPAD maison Esther Blé-Les Brouzils

Le vendredi 22 janvier 2021, 8 heures du matin !

Toute la communauté des Brouzils est déjà en mouvement. Que se passe-t-il donc ? la 1ère vaccination contre la Covid19. Dans les ascenseurs, des affiches indiquent l’heure et l’ordre du passage (par bâtiment et étage).

Sarah, infirmière, a prévu minutieusement comment organiser la salle de Télé en salle de vaccination avec un parcours à sens unique.

A l’entrée, des chaises pour les personnes qui arrivent : nom et n° de passage sont alors épinglés à leur vêtement. Trois isoloirs sont dressés au long d’un mur : l’un pour le Docteur Joyau (médecin coordonnateur à la retraite), le suivant pour un second médecin et le 3ème pour les infirmières.

Quelques fauteuils accueillent les personnes vaccinées qui vont attendre ¼ d’heure pour le suivi de leurs réactions. Une infirmière prend la tension. Si tout va bien, la patiente est libérée.

Pas de foule, pas de bruit. Tout se passe dans le calme, sans stress. 108 personnes, dans la journée, ont ainsi reçu leur première dose de vaccin.

Bravo Sarah ! Un si grand nombre de vaccinées et si peu de bruit.

Sœur Paulette Benoit

http://www.sacrescoeursmormaison.org/wp-content/uploads/2021/01/20210122_083204.jpg
http://www.sacrescoeursmormaison.org/wp-content/uploads/2021/01/20210122_084003.jpg
http://www.sacrescoeursmormaison.org/wp-content/uploads/2021/01/20210122_084008.jpg
http://www.sacrescoeursmormaison.org/wp-content/uploads/2021/01/20210122_084013.jpg
http://www.sacrescoeursmormaison.org/wp-content/uploads/2021/01/20210122_084229.jpg
http://www.sacrescoeursmormaison.org/wp-content/uploads/2021/01/20210122_084459.jpg

Date : 02 février 2021

Fratelli Tutti

Notre curé, le Père Jean Bondu, nous a demandé de faire connaître comment nous avions reçu l’encyclique du pape françois «FRATELLI TUTTI»*

Quelle joie pour nous, l’encyclique Fratelli tutti nous rejoint au coeur de notre vie fraternelle en communauté. C’est le Christ qui «nous rassemble et nous constitue soeurs les unes des autres.» (Règle de vie) Le pape Francois nous le confirme  « Jésus nous disait: «Tous vous êtes des frères.» n° 95

C’est un appel à «prendre soin les uns des autres» n° 57, au sein de notre communauté et aussi avec les soeurs des autres pays «Nous voyons ainsi semée la vocation à former une communauté composée de frères et soeurs qui s’accueillent réciproquement, en prenant soin les uns des autres.» n° 96. Ce prendre soin implique un partage afin que «chaque personne vive dans la dignité et ait les opportunités pour son développement intégral.» n° 118

Cette encyclique consonne avec notre envoi en mission : «Vivre la fraternité, telle est notre mission aujourd’hui : une fraternité ouverte, accueillante, vivante sous la lumière de la Parole de Dieu, solidaire des femmes et des hommes de ce temps.». C’est ce que nous essayons de vivre dans nos relations de congrégation, de famille, de quartier, dans notre paroisse et dans la société. Étant donné nos âges cette solidarité se vit de plus en plus par la prière, avec et pour les personnes rencontrées. Cette prière s’élargit aux événements de l’Église et du monde, elle est offrande, ouverture, communion. Gardons l’espérance, elle se fera «audace» missionnaire !

Soeurs Héléna, Marie Thérèse, Bernadette, Christiane, communauté de Challans (Vendée)

*Paru au bulletin paroissial de janvier 2021

Date : 26 janvier 2021

RCF Vendée, l’actu du jour : la chapelle de Bourgenay

Partons à la découverte de la chapelle Notre-Dame de l’Espérance à Bourgenay près de Talmont-Saint-Hilaire. Une chapelle atypique à la recherche de fonds permettant sa rénovation…

La chapelle appartient à la Congrégation des sœurs de Mormaison. C’est la famille de Beaumont qui l’a fait construire sur les ruines d’un ancien prieuré bénédictin au XIXe siècle, puis léguée au début du XXe aux sœurs des Sacrés-Coeurs. Avec le temps, l’intérieur de la chapelle s’est détérioré. La Fondation du Patrimoine a alors sélectionné l’édifice et estimé le coût des rénovations à un peu moins de 200 000 euros. Petite visite guidée avec Martine Chaillot, supérieure générale de la congrégation.

Date : 25 janvier 2021

Départ des Sœurs de Vouillé

Sœur Colette et Sœur Marie

C’est une page qui se tourne. Présente depuis près d’un siècle, la communauté des Sœurs de Mormaison quitte définitivement Vouillé les Marais.

Mercredi 13 janvier, à l’heure du goûter, un aurevoir avait lieu à l’EHPAD Saint Denis avant leur départ pour Mormaison, l’occasion de rappeler l’importance de leur présence dans la paroisse et à la Maison de retraite.

« La présence des Sœurs de Mormaison à Vouillé les Marais est une longue histoire.

Créée en 1818 aux Brouzils par le Père Monnereau, la congrégation se voulait dès l’origine au service de la population, lui apportant l’éducation, la santé et la pastorale. Progressivement les Sœurs de Mormaison se sont implantées dans de nombreuses communes de Vendée mais aussi bien au-delà, puisque l’on compte des communautés en Normandie, Poitou, Auvergne mais aussi en Afrique et en Amérique.

Selon les informations récoltées par Sœur Marguerite, les Sœurs seraient arrivées à Vouillé vers 1928. Elles y étaient déjà bien ancrées lorsqu’en 1946 Mme Denis leur fait don de sa maison pour qu’y soit créé un lieu pour accueillir les personnes âgées et isolées de Vouillé et des environs.

Cette maison, modeste au départ, a bien grandi.

En 1969, l’Association Saint Denis est créée pour seconder la congrégation pour la gestion de la maison. En 1995, la Congrégation confie la charge de cette maison à une direction laïque, Mme Guilbaud en devient la 1ère directrice, mais les sœurs restent bien présentes dans la vie quotidienne.

Les dernières sœurs résidant à Vouillé, Sœur Marie et Sœur Colette, se sont inscrites dans la continuité de l’œuvre de leurs aînées en assurant un accompagnement spirituel dans la paroisse et aussi auprès de nos résidents, notamment les plus fragiles et en fin de vie. Mais elles ont fait plus encore en étant fréquemment bénévoles pour des ateliers sur place ou l’accompagnement lors de sorties extérieures. Elles l’on fait avec simplicité et dévouement, ne comptant ni leur temps, ni leur peine.

La préparation des crêpes

Leur départ définitif de Vouillé doit être pour nous l’occasion de repenser l’accompagnement spirituel dans cette maison. Les échanges d’expérience avec les autres établissements d’Alliance Mormaison devraient pouvoir nous y aider.

En ce jour empli d’émotion, les résidents, les salariés, les administrateurs, les bénévoles, tous les membres de l’EHPAD Saint Denis, ont tenu à dire aux Sœurs combien ils ont été heureux de les côtoyer et les remercient très chaleureusement pour tout le bonheur qu’elles ont donné. »

M Gérard Marionneau

(extrait du site : https://stdenisvouille.wordpress.com/2021/01/14/depart-des-soeurs-de-vouille/)

Date : 22 janvier 2021

Nouvelles de Madagascar – Janvier 2021

Echos des fêtes

Nous avons bien fêté Noël à l’école Notre-Dame. Cette année, chaque classe l’a fêté extraordinairement à cause de la Covid 19. Pour le goûter de Noël, les enfants étaient vêtus en rouge et blanc. Des robes de princesse pour les petites filles et des pantalons blancs pour les garçons. Chaque classe de la maternelle et primaire a préparé un numéro. Ils étaient beaux et adorables.

Les sœurs de Mahajanga-ville aussi ont fêté ensemble la nouvelle année 2021, le 08 janvier dernier. Comme de coutume, chaque communauté est invitée à la messe d’action de grâce. Ce jour-là, la célébration a été marquée par l’inauguration des bâtiments  rénovés : celui des sœurs ainées et celui qui est baptisé « Sacrés-Cœurs » : il y a la salle de réunion, la grande chapelle, les chambres,  et le hall. Chaque communauté aussi a préparé des danses et des chants. Tout le monde a mangé dans le hall rénové. Il y a bien sûr eu des échanges de cadeaux. Chaque communauté a acheté des choses qui sont utiles et indispensables. Merci pour le bon moment vécu !

 

Changement climatique aussi à Mada !

L’eau manque partout à Madagascar. La chaleur monte jusqu’à 38° à Mahajanga. Nous vivons vraiment le changement climatique. C’est maintenant que la population parle de cette situation. Des reboisements étaient faits chaque année, mais il n’y a pas de soins et de suivis pour les jeunes pousses. Rien n’a été fait. Il y a aussi le feu de brousse dans la partie ouest de Madagascar. Pour les chrétiens du diocèse de Mahajanga, nous allons faire du reboisement à Berivotra, à 40 kilomètres de la ville mais chaque paroisse va se responsabiliser, chacune à son tour pour les suivis des jeunes plants.

Sensibilisation contre les violences aux enfants et aux femmes : la parole se libère

Nous avons eu une sensibilisation, de la part de la police nationale de Mahajanga, par rapport aux « violences » envers les enfants et les femmes, pendant le mois de décembre dernier. Les classes de 6ème    jusqu’en terminale ont bénéficié de cette formation. Premièrement, ils ont abordé les   « droits fondamentaux » des enfants  : droit de jouer et de se vêtir, droit d’avoir une famille, une éducation  et une alimentation saine. Après le confinement, la vie de famille change pour la plupart.

Les enfants ont beaucoup souffert de la prostitution de leurs mères ou eux-mêmes. Il y en a qui quittent les écoles pour  travailler. Des jeunes filles se marient  précocement. Le  tourisme sexuel s’accentue, surtout avec les étrangers. Des petites filles et des petits garçons ont été violés ou abusés par ces gens là…

Nous avons encouragé ces agents de continuer cela car les femmes et les enfants ont peur de dire la vérité, c’est tabou pour la plupart, de parler de sexe à la maison. Les policiers ont continué  leur sensibilisation dans des boites de nuits, des bars et dans des salles de jeux.  Après cela, nous avons vu quelques arrestations. Ils étaient plus nombreux aussi à oser parler de leur situation. 3 enfants ont subi des violences dans leur maison et dans notre école et ils étaient  écoutés et aidés par ces policiers.

Et la covid 19 ?

Par rapport au confinement et au virus COVID et selon leur compte-rendu, Majunga a 48 cas. Ce sont tous des étudiants de l’université. Ils ont renforcé la barrière sanitaire pour que le virus ne se propage pas vite. Les gens reviennent à mettre leur cache-bouche. Par contre, les églises sont bondées, les gens continuent leur vie normale…

Carole, une sœur des Sacrés-Cœurs à Madagascar.

Date : 21 janvier 2021