Une semaine de vacances à Bourgenay

Bourgenay est un très beau site, tout près de l’océan . Ce nom évoque une grande propriété : « La Solitude », avec une chapelle et un  « château » qui ont toute une histoire, un lieu de pèlerinage à Notre-Dame et une maison de repos pour les sœurs des Sacrés-Coeurs ou d’autres congrégations, et aussi pour des amis laïcs. L’ensemble est situé dans un parc avec des arbres où se cachent des écureuils, au bord d’un lac d’où viennent des canards, parfois un ragondin… ; sur l’autre rive du lac, le village « Pierres et Vacances » très animé en été…..

La semaine du 10 au 17 juin, aussitôt la fête de la clôture de l’année jubilaire du bicentenaire de la congrégation, a été particulièrement mouvementée. Ont été hébergés par la communauté des sœurs, pour un séjour de trois à dix jours : six associés ou amis (dont un prêtre) « dominicains » : venant de République Dominicaine et parlant espagnol ; deux canadiennes du Québec, avec leur accent typique ; une dame vendéenne et sa sœur religieuse en communauté à Etampes ; deux lycéennes de la Roche s/Yon venues faire des révisions de bac, accompagnées par une animatrice, puis visitées par deux responsables de l’aumônerie ; cinq sœurs des Sacrés-Coeurs de différentes communautés.

Tout ce monde-là se retrouvait aux repas, festifs parfois, se prolongeant souvent, avec des conversations sur des sujets très variés, échanges riches avec éclats de voix ou de rire !Le tout se terminait par un minimum de participation au rangement de la salle à manger. Il y avait aussi dans l’enclos des allées et venues ponctuelles : des visites de la chapelle, un concert donné par une chorale locale, une eucharistie en espagnol, et une autre avec comme concélébrant un archevêque émérite, des participants à la prière des sœurs, des visites reçues, des touristes qui passent… Entre temps, les vacancières organisaient leur séjour selon les goûts et les possibilités de chacune, seules ou en groupes : repos, prière, promenades à pied ou en voiture, lecture, jeux de société, télévision….

Dimanche 17 juin, jour de départ pour un certain nombre, celles qui avaient la chance de rester ont participé à la messe inter-paroissiale à Jard ; l’église était pleine. Puis le repas a été pris en commun avec les sœurs de la communauté qui sont très accueillantes et auront besoin de vacances, elles aussi.

Le lendemain commencera une autre semaine, riche de nouvelles rencontres, de nouvelles surprises, avec l’arrivée de sœurs de la  «  Providence de la Pommeraye ». Si vous en avez la possibilité , n’hésitez pas à venir en vacances, vous aussi, à « La Solitude de Bourgenay » ; vous ne le regretterez pas !

 

Sr Marie-Thérèse Gantier

 

Fête du Bicentenaire en Vendée (10 juin 2018)

« Je suis dans la joie, une joie immense…[1] » ce refrain qui ponctuait les animations du matin exprime parfaitement ce qui habitait mon cœur tout au long de cette belle journée de clôture du bicentenaire… et maintenant encore !

J’ai été très touchée par la présence des sœurs et associés des différents pays, par leur témoignage et les photos qui nous permettaient de découvrir chaque réalité. J’ai ainsi mieux perçu le « corps congrégation » riche de toutes nos cultures. C’était donc normal que notre louange éclate lors de la célébration pour rendre grâce au Seigneur des merveilles qu’il a fait pour nous depuis 200 ans ! Quelle joie d’être rassemblés en Eglise diocésaine et universelle, sœurs, associés, familles, amis, prêtres ; tous appelés et envoyés pour témoigner de la bonne nouvelle du Christ.

Pour moi, ce fut une chance de coordonner cette année jubilaire, de travailler avec l’équipe de pilotage, Comédie Musicamp et bien d’autres au service de projets signifiants. Joie de voir les initiatives locales organisées par les sœurs et toutes les rencontres qui ont ainsi été vécues. Le bicentenaire nous a permis de faire mémoire de notre histoire et nous a donné de l’élan pour poursuivre la route dans l’espérance… comme le disait le chant final de la célébration : « Allez, Dieu vous envoie, vous êtes dans le monde les membres d’un seul corps[2] ».

Sr Anne-Lise Jamin

1 : chant de Glorious

2 : chant de la communauté du Chemin Neuf


« Un an et demi d’aventure pour retracer 200 ans de vie

Voilà la réflexion portée depuis septembre 2016 par l’équipe de pilotage du bicentenaire des Sœurs de Mormaison. Conviée à y participer, j’ai rapidement accepté et en fut enchantée. Le premier jour, on m’a demandé comment j’avais connu la congrégation, comment je la voyais, comment je la qualifierais… Vivant dans une commune où les Sœurs sont présentes et étant entre autres partie à plusieurs pèlerinages diocésains à Lourdes avec notamment Sœur Marie-Paule, je côtoie la congrégation depuis longtemps.

Du haut de mes 21 ans, les Sœurs m’avaient appelée pour mettre un grain de jeunesse dans l’équipe…mais en avaient-elles besoin ? Lorsque je les vois, elles me paraissent plus dynamiques que moi ! Infatigables, pleines d’énergie, toujours souriantes, avec l’envie de bien faire et de rassembler tout le monde, elles sont époustouflantes !

Ma présence, malgré qu’elle soit irrégulière, m’a permise de rencontrer de nouvelles personnes, que ce soient des Sœurs, des associés à la congrégation et au-delà. Elle m’a aussi permise d’en apprendre davantage sur la congrégation et ses actions. Ce furen t de belles rencontres et l’occasion de souder un peu plus toutes nos relations autour de la congrégation.

Le 10 juin dernier lors de la fête de clôture du bicentenaire, étaient présentes des Sœurs de tous les pays où la congrégation est. Par les témoignages et l’ambiance, nous avons appris la culture de chaque pays et je dirai qu’il ne nous reste plus qu’à aller les découvrir par nous-mêmes !

Un grand merci aux Sœurs pour leur dynamisme et leur joie de vivre communicante ! »

Séverine Enfrein

Fête du Bicentenaire à Paris

Dimanche 6 mai, la paroisse du Saint Esprit à Paris (12e) a célébré le bicentenaire des sœurs des Sacrés Cœurs. Prêtres et fidèles étaient heureux d’entourer les sœurs pour la messe et le repas partagé. Une occasion de marquer aussi les 10 ans de présence de la communauté dans ce quartier.

 

La journée était placée sous le signe de la joie et de la fraternité. Plusieurs étudiants de la Formation des Formateurs Religieux qui se préparent à devenir maîtres et maîtresses de novices dans leur institut étaient présents. Ils répondaient à l’invitation de Sr Eurelice, originaire de République Dominicaine, qui suit cette formation depuis septembre dernier.

L’après-midi s’est poursuivi en musique grâce à l’association « Une pierre pour Madagascar » qui organisait un concert « familial » mettant en avant de jeunes talents français et malgaches. Les fonds récoltés seront envoyés à l’école de Fianarantsoa pour aider à la scolarisation des élèves.

Témoignage de Marylise et Patrick Gauchot Berroy, association « Une pierre pour Madagascar » Paris 12e

Lorsque nous avons préparé la journée du 6 mai en action de grâces avec les sœurs des Sacrés Cœurs, nous ne pensions pas que cela allait être un si grand moment de partage. « Une pierre pour Madagascar » a regroupé des bénévoles qui voulaient donner aux sœurs les moyens de pouvoir avancer dans un projet concernant des enfants pauvres du bout du monde. Tous remplis de l’amour de Dieu nous avons chanté avec notre cœur en français, anglais, espagnol, roumain, malgache… Les différentes ventes de gâteaux ont mobilisé une chaîne de solidarité nous réjouissant tous d’une joie fraternelle.

Fête du Bicentenaire au Congo

Les fêtes se sont enchaînées ces derniers jours au Congo :

vendredi 27 avril : fête du bicentenaire à l’école Angélique Massé;

dimanche 29 avril : grande célébration à Charles Lwanga patron de la paroisse de Makélékélé. Les évêques de Brazzaville et Kinkala, le secrétaire de la Nonciature, ainsi que de nombreux prêtres de Kinkala – paroisse et évêché – ont célébré avec la participation de la chorale grégorienne et la chorale paroissiale. Sr Marie-Louise (Supérieure générale de la Congrégation) a ouvert la célébration après la salutation de Mgr Milandou, Sr Victorine (coordinatrice pour le Congo) a conclu et remercié. Les enfants ont également participé à plusieurs reprises.

Cette série de fêtes a demandé une grande énergie aux soeurs et associés ainsi qu’aux enseignants de l’école Angélique Massé et de la Case Monnereau. Les jeunes femmes et filles du Centre Monnereau ont fait vendredi un superbe défilé de mode; robes et coiffures étaient d’une grande élégance. Et les jeunes ont reçu des applaudissements nourris. Tous pouvaient se réjouir d’avoir réussi une belle organisation et une belle fête pleine de joie et aussi pleine de recueillement et de prière quand c’était l’heure de la prière.

Lundi 30 avril à 10h. Le calme est revenu à Makélékélé. Les gens de Kinkala viennent de partir ; camionnette bondée de gens et de choses. Hier soir nous avons prié en plein air entre la maison et le kiosque.Les Associés de Brazzaville et Kinkala ainsi que toutes les soeurs étaient là. Nous avons dansé après. C’était vraiment une belle fraternité !

Sr Odile actuellement en visite au Congo

Une soirée « Sœurs des Sacrés Cœurs » à la Paroisse St Pierre l’Abbaye

A l’occasion du bicentenaire de la Congrégation, le P. Louis Marie Fillon nous a proposé de réserver une soirée de Carême pour présenter la vie de la Congrégation. Nous avons donc préparé en communauté ce temps de rencontre qui a eu lieu le 8 mars. Nous avons fait appel aux moyens de la congrégation pour présenter les grandes lignes de notre histoire et la mission que le Père Monnereau voulait pour les Sœurs, avec la vidéo « Pierre Monnereau et les Sœurs des Sacrés Cœurs » qui permet de rejoindre l’aujourd’hui.
Puis les panneaux de nos implantations dans les différents pays de mission, et, « la Famille des Sacrés Cœurs » avec en premier les fusions. Très important pour nous qui sommes à Doix où il y a toujours eu des Sœurs de L’Union Chrétienne. Nous avons aussi parlé de toutes les associations qui ont pris le relais des Sœurs et qui continuent à vivre des mêmes valeurs. Nous avions invités nos 3 associés de Fontenay, qui se sont présentés et, ont parlé de leur vie d’associés.
Un temps de partage en groupes a permis aux participants de faire part de leurs découvertes sur la vie religieuse et de poser leurs questions auxquelles nous avons essayé de répondre.
Cette rencontre s’est vécue dans un climat fraternel et s’est terminée par un temps de prière et par un repas de Carême : riz-compote.

10 mars 2018 : « la fête des soeurs, c’est aussi la vôtre ! »

Ce samedi 10 mars à la salle de la Pastourelle aux Brouzils, c’est l’effervescence… Les soeurs ont invité les associés, salariés et collaborateurs de la Congrégation à partager leur joie de ces 200 ans de fondation. Une bonne centaine de personnes ont répondu à l’invitation… C’est l’occasion de découvrir « la grande famille des soeurs » : les maisons pour personnes âgées fondées par les soeurs (aujourd’hui gérées par des laïcs), l’Antenne Éducative du Roc, le foyer d’étudiantes « La Louisisane », le centre de soins de Fontenay le Comte, le camping de Bourgenay, l’association Horizons Nouveaux, les associés, les salariés des différentes communautés… Voici quelques échos de cette belle journée

 

Un bel exemple de collaboration entre laïc et soeur dans la vidéo ci-dessus :

Sr Nadia Brianceau (Provinciale de France) et Jean-Paul Sourisseau (salarié de la Congrégation)

 

La Fête des sœurs c’est aussi la vôtre.

J’ai beaucoup apprécié, cette journée de fête, joie, rires, des chants, qui m’a permis de découvrir l’énorme  travail qui a été fait par les sœurs et qui maintenant  continue grâce aux bénévoles et tous ceux et celles qui sont très actifs aux seins des associations.

Des plus jeunes aux aînés en passant les étudiantes, les personnes en situation  d’apprentissage de notre langue, en France et dans les pays où les sœurs sont présentes,  les bénévoles, administrateurs  et salariés de la congrégation et des associations, accueillent et aident une multitude de personnes d’horizons très différents.

C’est une véritable fourmilière qui est en action.

Une congrégation, entourée et très dynamique depuis 200 ans et la fête n’est pas terminée …

Marie-Bernadette  «Associée»

Un dynamisme porteur de vie

Le cœur en joie ce samedi 10 mars 2018, j’ai pris la route en direction de la salle Pastourelle des Brouzils,  pour me joindre avec beaucoup de plaisir à la rencontre de la « la Famille des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie »

C’est en tant que membre d’un groupe de vie d’Associés, que j’ai  reçu cette invitation inattendue de la congrégation. Je l’ai accueillie comme une chance à saisir et une grâce du bicentenaire à recevoir !

J’ai eu le bonheur en cette matinée, de voir et d’entendre en direct, l’évolution de nos divers services apostoliques au cours de ces dernières décennies. J’ai particulièrement apprécié ce passage de responsabilités confiées aux laïcs, leur intuition et leur audace,  pour ouvrir l’avenir, sans nier les difficultés, tout en cherchant à maintenir le cap du charisme initié par le Père Monnereau. Chaque président/e y allant de sa conviction personnelle m’a permis de peser et mesurer le dynamisme porteur de vie qui les anime. Ce que j’ai continué d’expérimenter dans les groupes de réflexion.

En guise de sieste, musique et « godspel » produits par la province de France ont été les bienvenus ! Mon attention  reposée, n’a pas eu de peine à entreprendre le voyage vers nos autres terres où j’ai contemplé les manifestations de l’Esprit saint toujours à l’œuvre  dans cet héritage commun.

De quoi réjouir le cœur du Père Monnereau, et aussi le Cœur de Dieu !

Les soeurs, une grande famille…

Un grand MERCI aux soeurs de nous avoir invités à partager leur joie de cet anniversaire.

Salariée de la Congrégation depuis un peu plus de 4 ans, j’avais entendu parler des différentes initiatives issues de la Congrégation mais je ne savais pas trop à quoi cela correspondait… Grâce à cette journée, j’ai mieux réalisé la diversité des propositions nées du charisme du Père Monnereau et de l' »audace » des soeurs qui, comme le rappelait une personne de mon groupe de partage, ont souvent été -et sont encore- pionnières dans de nombreux domaines.

Celles-ci en effet, par leur attention au monde ont su répondre au besoin d’éducation en créant de nombreuses écoles avant que l’état ne s’en occupe, puis, se sont souciées des personnes âgées en créant des maisons de retraite etc… Aujourd’hui, les soeurs ont passé le relai à des laïcs pour la gestion de ces structures mais sont toujours présentes pour soutenir et veiller à garder « un bon esprit ».

Emmanuelle, salariée de la Congrégation

>> Retrouvez en cliquant ici le témoignage de Sr Gaby Rézeau sur sa joie d’être soeur des Sacrés Coeurs