RCF Vendée, l’actu du jour : la chapelle de Bourgenay

Partons à la découverte de la chapelle Notre-Dame de l’Espérance à Bourgenay près de Talmont-Saint-Hilaire. Une chapelle atypique à la recherche de fonds permettant sa rénovation…

La chapelle appartient à la Congrégation des sœurs de Mormaison. C’est la famille de Beaumont qui l’a fait construire sur les ruines d’un ancien prieuré bénédictin au XIXe siècle, puis léguée au début du XXe aux sœurs des Sacrés-Coeurs. Avec le temps, l’intérieur de la chapelle s’est détérioré. La Fondation du Patrimoine a alors sélectionné l’édifice et estimé le coût des rénovations à un peu moins de 200 000 euros. Petite visite guidée avec Martine Chaillot, supérieure générale de la congrégation.

Date : 25 janvier 2021

Départ des Sœurs de Vouillé

Sœur Colette et Sœur Marie

C’est une page qui se tourne. Présente depuis près d’un siècle, la communauté des Sœurs de Mormaison quitte définitivement Vouillé les Marais.

Mercredi 13 janvier, à l’heure du goûter, un aurevoir avait lieu à l’EHPAD Saint Denis avant leur départ pour Mormaison, l’occasion de rappeler l’importance de leur présence dans la paroisse et à la Maison de retraite.

« La présence des Sœurs de Mormaison à Vouillé les Marais est une longue histoire.

Créée en 1818 aux Brouzils par le Père Monnereau, la congrégation se voulait dès l’origine au service de la population, lui apportant l’éducation, la santé et la pastorale. Progressivement les Sœurs de Mormaison se sont implantées dans de nombreuses communes de Vendée mais aussi bien au-delà, puisque l’on compte des communautés en Normandie, Poitou, Auvergne mais aussi en Afrique et en Amérique.

Selon les informations récoltées par Sœur Marguerite, les Sœurs seraient arrivées à Vouillé vers 1928. Elles y étaient déjà bien ancrées lorsqu’en 1946 Mme Denis leur fait don de sa maison pour qu’y soit créé un lieu pour accueillir les personnes âgées et isolées de Vouillé et des environs.

Cette maison, modeste au départ, a bien grandi.

En 1969, l’Association Saint Denis est créée pour seconder la congrégation pour la gestion de la maison. En 1995, la Congrégation confie la charge de cette maison à une direction laïque, Mme Guilbaud en devient la 1ère directrice, mais les sœurs restent bien présentes dans la vie quotidienne.

Les dernières sœurs résidant à Vouillé, Sœur Marie et Sœur Colette, se sont inscrites dans la continuité de l’œuvre de leurs aînées en assurant un accompagnement spirituel dans la paroisse et aussi auprès de nos résidents, notamment les plus fragiles et en fin de vie. Mais elles ont fait plus encore en étant fréquemment bénévoles pour des ateliers sur place ou l’accompagnement lors de sorties extérieures. Elles l’on fait avec simplicité et dévouement, ne comptant ni leur temps, ni leur peine.

La préparation des crêpes

Leur départ définitif de Vouillé doit être pour nous l’occasion de repenser l’accompagnement spirituel dans cette maison. Les échanges d’expérience avec les autres établissements d’Alliance Mormaison devraient pouvoir nous y aider.

En ce jour empli d’émotion, les résidents, les salariés, les administrateurs, les bénévoles, tous les membres de l’EHPAD Saint Denis, ont tenu à dire aux Sœurs combien ils ont été heureux de les côtoyer et les remercient très chaleureusement pour tout le bonheur qu’elles ont donné. »

M Gérard Marionneau

(extrait du site : https://stdenisvouille.wordpress.com/2021/01/14/depart-des-soeurs-de-vouille/)

Date : 22 janvier 2021

Nouvelles de Madagascar – Janvier 2021

Echos des fêtes

Nous avons bien fêté Noël à l’école Notre-Dame. Cette année, chaque classe l’a fêté extraordinairement à cause de la Covid 19. Pour le goûter de Noël, les enfants étaient vêtus en rouge et blanc. Des robes de princesse pour les petites filles et des pantalons blancs pour les garçons. Chaque classe de la maternelle et primaire a préparé un numéro. Ils étaient beaux et adorables.

Les sœurs de Mahajanga-ville aussi ont fêté ensemble la nouvelle année 2021, le 08 janvier dernier. Comme de coutume, chaque communauté est invitée à la messe d’action de grâce. Ce jour-là, la célébration a été marquée par l’inauguration des bâtiments  rénovés : celui des sœurs ainées et celui qui est baptisé « Sacrés-Cœurs » : il y a la salle de réunion, la grande chapelle, les chambres,  et le hall. Chaque communauté aussi a préparé des danses et des chants. Tout le monde a mangé dans le hall rénové. Il y a bien sûr eu des échanges de cadeaux. Chaque communauté a acheté des choses qui sont utiles et indispensables. Merci pour le bon moment vécu !

 

Changement climatique aussi à Mada !

L’eau manque partout à Madagascar. La chaleur monte jusqu’à 38° à Mahajanga. Nous vivons vraiment le changement climatique. C’est maintenant que la population parle de cette situation. Des reboisements étaient faits chaque année, mais il n’y a pas de soins et de suivis pour les jeunes pousses. Rien n’a été fait. Il y a aussi le feu de brousse dans la partie ouest de Madagascar. Pour les chrétiens du diocèse de Mahajanga, nous allons faire du reboisement à Berivotra, à 40 kilomètres de la ville mais chaque paroisse va se responsabiliser, chacune à son tour pour les suivis des jeunes plants.

Sensibilisation contre les violences aux enfants et aux femmes : la parole se libère

Nous avons eu une sensibilisation, de la part de la police nationale de Mahajanga, par rapport aux « violences » envers les enfants et les femmes, pendant le mois de décembre dernier. Les classes de 6ème    jusqu’en terminale ont bénéficié de cette formation. Premièrement, ils ont abordé les   « droits fondamentaux » des enfants  : droit de jouer et de se vêtir, droit d’avoir une famille, une éducation  et une alimentation saine. Après le confinement, la vie de famille change pour la plupart.

Les enfants ont beaucoup souffert de la prostitution de leurs mères ou eux-mêmes. Il y en a qui quittent les écoles pour  travailler. Des jeunes filles se marient  précocement. Le  tourisme sexuel s’accentue, surtout avec les étrangers. Des petites filles et des petits garçons ont été violés ou abusés par ces gens là…

Nous avons encouragé ces agents de continuer cela car les femmes et les enfants ont peur de dire la vérité, c’est tabou pour la plupart, de parler de sexe à la maison. Les policiers ont continué  leur sensibilisation dans des boites de nuits, des bars et dans des salles de jeux.  Après cela, nous avons vu quelques arrestations. Ils étaient plus nombreux aussi à oser parler de leur situation. 3 enfants ont subi des violences dans leur maison et dans notre école et ils étaient  écoutés et aidés par ces policiers.

Et la covid 19 ?

Par rapport au confinement et au virus COVID et selon leur compte-rendu, Majunga a 48 cas. Ce sont tous des étudiants de l’université. Ils ont renforcé la barrière sanitaire pour que le virus ne se propage pas vite. Les gens reviennent à mettre leur cache-bouche. Par contre, les églises sont bondées, les gens continuent leur vie normale…

Carole, une sœur des Sacrés-Cœurs à Madagascar.

Date : 21 janvier 2021

Ensemble vers Bethléem, source de notre fraternité.

Nuit noire, dis-tu ?

Ouvre l’œil !

Espère !

Louange se lève à l’Orient.

C’est le chemin que nous avons emprunté ensemble sœurs de l’Epiardière, de Mormaison, des Brouzils. Au cœur de cet Avent, nous avons déposé nos lourdeurs et celles du monde. Nous avons ouvert l’œil pour découvrir l’étoile et  faciliter le chemin de l’autre. Notre espérance s’est avivée en consentant jour après jour, pas après pas à notre réel si inattendu ! Chacune a apporté son petit pain pour le repas.

Nous sommes devenues un peu plus « fratelli tutti »

Sr Eliane M

Date : 21 décembre 2020

Réfection de la chapelle de Bourgenay – Patrimoine

LE PROJET DE RESTAURATION

Pour un meilleur accueil des pèlerins et la valorisation de son unité architecturale, la chapelle nécessite des travaux de réfection des peintures intérieures.

Fin 2020, la Congrégation des Soeurs des Sacrés-Coeurs de Jésus et de Marie (Mormaison) et la Délégation de la Vendée de la Fondation du patrimoine signent une convention d’appel au mécénat populaire afin de récolter des dons pour la restauration de cette chapelle et le préservation de ce patrimoine.

UN PEU D’HISTOIRE…

L’histoire de la chapelle la Chapelle Notre-Dame de l’Espérance de Bourgenay suit longuement l’évolution de l’abbaye de Maillezais dont elle dépend… Vers 1872, le Comte de BEAUMONT et sa famille, très attachés au culte marial, font reconstruire le sanctuaire et édifier la chapelle. Depuis 1874, devenue lieu de culte et de piété populaire, elle ne cesse d’accueillir des pèlerinages renommés dans la région.

En 1896, une statue de Marie Immaculée Conception est érigée sur le sommet du clocher telle un phare pour les marins qui rentrent au port. En 1911, à la demande de Melle de BEAUMONT une communauté de soeurs des Sacrés Cœurs arrive à Bourgenay pour ouvrir une école. Quelques années plus tard, en 1926 Melle de BEAUMONT lègue le domaine à la Congrégation avec mission de faire vivre la chapelle et ses pèlerinages.

Aujourd’hui, la chapelle est toujours un lieu de recueillement, de culte paroissial et de pèlerinages très fréquenté. Elle est aussi le lieu de mariages et baptêmes et chaque année, au cours de l’été, des concerts, activités culturelles, visites y sont proposés, ainsi que lors des journées du patrimoine…

>>Pour en savoir plus sur le lieu

>>Pour en savoir plus sur la Congrégation

 SOUTENIR CE PROJET

Vous pouvez faire un don en ligne à la fondation du patrimoine :

https://www.fondation-patrimoine.org/73125

Vous pouvez également faire un don par chèque à envoyer à FONDATION DU PATRIMOINE – Délégation de la Vendée – 110 rue de Frémur – 49000 Angers accompagné du bon de souscription que vous pouvez télécharger en cliquant ici

.

.

.

Votre don est déductible d’impôts à 66%

.

.

.

>>télécharger le tract

>> télécharger le communiqué de presse

Date : 17 décembre 2020

Au revoir Sœur Thérèse

Ce 25 novembre dernier, Sr Thérèse Barreteau nous quittait….

Elle nous laisse d’heureux souvenirs !

En elle, nous reconnaissons une femme ardente, une sœur des Sacrés-Cœurs qui prend au sérieux les responsabilités qui lui sont confiées.

  • Dans l’évolution de l’enseignement catholique en Vendée, au plan des écoles secondaires, tout comme dans la Congrégation, Sr Thérèse se donne profondément ; elle s’informe, elle dialogue, selon les opportunités. Sa visée, c’est le bien des personnes et des institutions, avec une attention toute particulière à l’éducation des jeunes au plan humain, voire spirituel.

Femme de devoir, Sr Thérèse sait porter les difficultés, dans la sérénité, sans en faire peser le poids alentour.

  • Au sein de la Congrégation, au temps où Sr Thérèse était Supérieure générale (1989-2001), les sœurs apprécient sa proximité, son écoute fraternelle et discrète, et elles lui en sont reconnaissantes. Son sens de la mission lui permet d’entrer naturellement dans la réalité ecclésiale et sociale de nos communautés dans les différents pays.

En septembre 1996, lorsque le Pape Jean-Paul II vient prier à la Basilique de Saint-Laurent-sur- Sèvre, devant le tombeau du Père de Montfort, en tant que déléguée des Congrégations religieuses de l’Ouest, sœur Thérèse, en toute simplicité, présente la mission de la Vie religieuse au sein de l’Église dans la région, et son rayonnement sur d’autres continents.

«  Thérèse, ta prière confiante, ton témoignage au quotidien, ton humble service sont

pour nous un appel à une vie donnée au Seigneur et aux autres, par amour….. »

                                                                            Merci à toi, Thérèse…. Et « à Dieu ! »

Date : 14 décembre 2020

Des nouvelles du Congo : la Case Monnereau

Voici la « Case Monnereau » à Makelekele dans un quartier de Brazzaville au Congo.
      .
Des jeunes sont en première année de couture, dont Augustha, une postulante, en marinière rouge. Toutes portent le tablier, la première œuvre de leur apprentissage. Leur encadrante, madame Alice, est fière d’elles. La communauté des soeurs les encourage et les soutient dans leur apprentissage. La formation est de deux années scolaires, environ 18 mois. Il y a aussi la section coiffure qui dure 9 mois.
   .
Chaque fin d’année est clôturée par un défilé de mode, décoration de voiture des mariés et l’habillement de la mariée et de la remise des attestations.
      .
Cette année, le centre a 16 apprenantes, 6 encadrants, dont sœur Aude, qui leur apprend les écrits pour la décoration.
Sr Édith MAVOUALA (Congo)

Date : 09 décembre 2020

J’ai vécu la 94ème rencontre des Semaines Sociales de France

Du vendredi 27 novembre 15 h au dimanche 29 novembre 16 h 30, sans bouger de chez moi, devant mon ordinateur, j’ai participé à la 94ème rencontre des Semaines Sociales de France, avec quelques 2500 personnes, (contre environ 800 habituellement), Covid19 oblige !

« Une société à reconstruire, engageons-nous ! » Les lectrices et lecteurs du Journal La Croix pourront utilement en lire un écho dans l’édition du mardi 1er décembre 2020 (p 19).

La réussite de cette rencontre totalement numérique, tient au grand nombre de personnes mobilisées tant pour la technique que pour des apports venant éclairer les multiples facettes de notre société de plus en plus fragmentée, où le dialogue est devenu de plus en plus difficile entre les personnes, les groupes, avec les institutions… ; cependant, « il ne faut pas que la diversité et le pluralisme soient un problème. Il nous faut plutôt aider ce pluralisme à se vivre avec davantage de fraternité, de dialogue social »**

C’est donc un vibrant appel à l’engagement personnel, collectif, et/ou politique ; chacune, chacun de nous, selon ses capacités, sa sensibilité, sa confiance en l’avenir, sa foi personnelle… peut choisir d’agir et apporter sa part avec d’autres à la reconstruction d’une société plus juste, plus fraternelle. De nombreux chemins sont déjà ouverts par la réflexion menée les années précédentes dans ces rencontres des Semaines Sociales et par des engagements citoyens vécus au jour le jour. Huit ateliers de réflexion nous ont été proposés lors de l’inscription, en vue de valider ou modifier des propositions concrètes d’engagement : Travail, Éducation, Santé, Écologie intégrale, Logement, Solidarité au-delà des frontières, Numérique et réseaux sociaux, Territoires et démocratie locale. Personnellement, j’ai rejoint l’atelier « écologie intégrale » où le réchauffement climatique a été à la base de nos échanges.

Déjà, là où nous vivons, certaines de nos réflexions, de nos pratiques, de nos engagements participent à cette reconstruction de la société et à la régénération de la planète, grâce à Laudato’Si, aux actes du Chapitre 2019… et nous n’avons pas fini !  Un autre outil peut nous y aider : « Laudato’si en actes ». Petit guide de conversion écologique » ***

                                                                                              Sœur Marie-Ange GRATON

**Dominique Quinio, Présidente des Semaines Sociales de France

*** de Marie-Hélène Lafage 14 € aux Editions « Première Partie »

Date : 08 décembre 2020

A vos toques !

En ces jours de confinement éprouvant qui empêche de sortir, la préparation de plats typiques du Canada, réjouit toujours Sr Christiane à Gatineau au Québec.

——————

« Je m’apprête à faire mon Gâteau aux fruits pour les fêtes, gâteau que je fais toujours de bonne heure car plus il est vieux , meilleur il est…

L’idée m’est venue alors de vous parler des coutumes canadiennes culinaires  pour Noël.

Quelques plats chauds : particularités  canadiennes pour Noel.

  • La dinde : farcie ou non et servie avec des patates pilées et des légumes.
  • La tourtière : tarte à la viande ,faite  surtout de lard haché mais on peut y a ajouter du veau et du bœuf. (photo ci-contre à gauche)
  • Le ragoût de boulettes , dans lequel on trouve des jarrets de porc et des boulettes de viande hachée dans une sauce brune (photo ci-contre à droite)

 

 

Au niveau des desserts :

Les beignes : pas les beignes style français, mais les beignes en grande friture .

Le gâteau aux fruits  dans lequel on trouve des fruits confits , raisin, dattes , ananas, etc , gâteau que l’on peut garder au moins 1 an dans le frigidaire .

On peut aussi trouver des tartes sucrées , au sucre, aux noix et aux fruits …

Plus une variété de biscuits.

 

 

Bon appétit !

Sr Christiane, Gatineau (Qc) – Canada

Date : 20 novembre 2020