Entrée au Noviciat – Madagascar

C’est jeudi 12 septembre,

que Jeannine, Léontine, Félicité et Zita (de gauche à droite) sur la photo,

ont fait leur entrée au noviciat dont la responsable est Maggy.

La cérémonie était simple et priante. Marie-Esther, assistante générale était là pour les accueillir au nom de la congrégation.

Elles avaient choisi un extrait de l Evangile de Jean avec  la Samaritaine : « Seigneur, donne moi à boire ».

Ainsi, elles ont pu exprimé leur soif de notre aide, de notre éducation, et aussi de faire partie de notre congrégation.

C est le début et la route est encore longue : elle sont engagées avec cœur.

Elles comptent sur nos prières et sont désormais en retraite !

Sr Carole et Sr Anne

Rencontre fraternelle et de service !

Ce vendredi après-midi de septembre n’a pas été comme les autres à la Maison Générale.

En effet, ce fut une belle expérience de fraternité vécue dans un service pour la congrégation et il est bon de se redire qu’il n’y a pas de petit service !

Offrir une heure et plus pour plier, agrafer les actes du Chapitre pour qu’ils nous parviennent dans nos pays.

Un temps de partage autour du ‘travail’ dans la bonne humeur et avec les nouvelles des unes et des autres !

Un bon moment de goûter pour prolonger ce moment de fraternité toute simple !

Qu’ils sont bons ces moments où aimer et servir se vivent !

A refaire !

Sr Anne V.

VISITE DU PAPE A MADAGASCAR

Madagascar a accueilli le Pape François, trente ans après la visite du Pape Jean-Paul II. Dans son agenda figurait une rencontre privée avec le président de la République, un discours devant le corps diplomatique, la société civile et les autorités, une grande messe aux abords de la capitale ou encore la visite d’un des « villages de l’Espérance » créé par l’emblématique père Pedro.

Programme détaillé du séjour du Pape François à Madagascar :

Vendredi 6 septembre 
16:30 : Cérémonie de bienvenue à l’Aéroport d’Ivato

Samedi 7 septembre
09:30 : Visite de courtoisie au Président Andry Rajoelina, au palais d’Etat d’Iavoloha
10:15 : Rencontre avec les autorités, la société civile et le corps diplomatiques à Iavoloha
11:15 : Office du milieu du jour au monastère des Carmélites Déchaussées, suivi d’un déjeuner à la Nonciature
16:00 : Rencontre avec les Evêques de Madagascar à la Cathédrale Immaculée Conception Andohalo
17:10 : Visite à la tombe de la Bienheureuse Victoire Rasoamanarivo à Andohalo
18:00 : Une veillée avec les jeunes au Domaine diocésain de Soamandrakizay

Dimanche 8 septembre
10:00 Messe au Domaine diocésain de Soamandrakizay.
15:10 : Le Souverain Pontife a visité le village d’Akamasoa du père Pedro, la “Cité de l’Amitié”.
16:00 : le Saint Père s’est rendu ensuite sur le chantier de Mahatazana pour y réciter une prière pour les travailleurs.
17:10 : La rencontre avec les prêtres, religieux et religieux, consacrés et séminaristes au collège Saint Michel a terminé sa journée.

Mardi 10 Septembre

Le Pape a repris l’avion depuis Antananarivo avec une cérémonie d’adieu à 9h et un envol vers 9h20, direction Rome où il a atterri en principe à 19h.

Le Lundi 9 septembre, le Pape François a fait un aller-retour à Maurice depuis Antananarivo. Son avion est parti à 7h30 heure malgache et devrait arriver à 10h40 heure mauricienne à l’aéroport de Plaisance. Et le Souverain Pontife a repris ensuite l’avion pour Antananarivo à 19h.

LE DÉROULEMENT

Arrivé  le vendredi 6 septembre à Madagascar, le pape François n’a eu de cesse, pendant son séjour sur la grande île, de se placer aux côtés des plus pauvres, dénonçant la corruption et le clientélisme et plaidant pour un développement juste et respectueux de l’environnement.

Le pape François avec le père Pedro Opeka, le 8 septembre à Antananarivo, Madagascar.YARA NARDI / REUTERS

« La pauvreté n’est pas une fatalité ! » À la suite du Père Pedro Opeka, les mots du Pape François ont résonné dimanche 8 septembre dans la Cité de l’Amitié fondée dans la banlieue d’ Antananarivo par le lazariste argentin, dans l’ambiance surchauffée de centaines d’enfants qui ont longuement et joyeusement ovationné le pape. Souriant et très à l’aise comme toujours avec les petits et les derniers, il s’est réjoui de visiter cette cité, « construite de vos mains » et témoignage concret qu’un autre monde est possible dès lors qu’il est bâti sur « les fondements du travail commun, le sens de la famille et de la communauté ».

Samedi soir, pour la veillée à Soamandrakizay, il avait déjà insisté sur la dimension communautaire de l’engagement chrétien, invitant les jeunes « à offrir une réponse chrétienne » à leurs problèmes, rappelant que « le Seigneur ne veut pas d’aventuriers solitaires ». Le pape François a dénoncé samedi « la déforestation excessive » de Madagascar. Cela confirme nos orientations fondamentales du chapitre.

 Dimanche, près d’un million de personnes sont attendues à une messe que le souverain pontife  a célébré. Du jamais vu à Madagascar. Il a rencontré  une population impatiente de l’écouter dans un lieu qui est vraiment digne de sa présence. L’organisation est  quasiment parfaite. Les gens ont tout donné. Pour eux, l’essentiel c’est de voir le Pape et  d’avoir sa bénédiction dans une messe.

Devant les autorités politiques, civiles et religieuses malgaches, le pape François a poussé un cri d’alarme face à « la déforestation excessive » du pays, en suggérant aux autorités de créer des emplois respectueux de l’environnement pour sortir la population d’une précarité parfois « inhumaine ».

Arrivé la veille au soir du Mozambique, le Pape  est allé rejoindre au moins 12 000 jeunes scouts catholiques malgaches, samedi soir, pour une veillée de prière dans un champ aménagé pour l’occasion. Tout le monde  espère « un grand changement de la société  ainsi que l’augmentation de la Foi après son passage, surtout une réduction du chômage des jeunes.

Dimanche, 800 000 pèlerins étaient à la messe

La grande messe est la plus attendue de la visite du Pape. 800 000 personnes affluaient le domaine de Soamandrakizay. Ils venaient de toutes les 22 régions de Madagascar. Des fidèles de tout le pays, hébergés sous des tentes dans les cours des paroisses de la capitale ou dans des écoles. Ils ont marché dimanche matin, à pied vers un immense champ de 60 hectares aménagé dans d’anciennes vignes, baptisé « Soamandrakizay » (un bien pour l’éternité). Prospère Ralitason, un agriculteur de 70 ans, a fait le déplacement avec 5 000 pèlerins d’Ambatondrazaka (centre est, à 200 km de la capitale). « Nous sommes fatigués, mais ça vaut la peine de faire tous ces sacrifices pour voir le Pape de nos propres yeux et recevoir sa bénédiction », a-t-il confié à l’AFP. Sous sa tente, le grand-père a attendu  avec impatience l’ultime étape  de deux heures de marche à pied pour aller écouter l’homélie du Pape. La dernière visite du  pape Jean-Paul II remonte à trente,  donc, tout le monde a cette soif.

L’initiative sur trois jours est particulièrement précieuse pour tous ceux qui n’ont pas de famille à Antananarivo. Pour nous sœurs des sacrés-coeurs, nombreuses ont fait l’expérience avec les chrétiens des diocèses d’origine. Quelques sœurs étaient à Manjakaray, dans notre maison d’accueil.

Il a prévu dimanche un dispositif de 700 policiers et gendarmes pour sécuriser le site, muni de 200 caméras de surveillance. Ils étaient aidés par les 12 000 jeunes scouts catholiques participant à la veillée de samedi.

Avec cet impressionnant dispositif de sécurité, les autorités veulent éviter un nouveau drame. En juin, au moins 16 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées devant un stade de la capitale malgache, dans une bousculade survenues lors d’un concert gratuit. L’année précédente, un mouvement de foule lors d’un match de football pour la qualification à la coupe d’Afrique des nations (CAN), a fait un mort et 41 blessés.

J’ai suivi le périple du Pape à la Télévision. Ce que je peux dire, tout le monde était content et en même temps fier d’être catholique. Les  fidèles des autres  religions disaient : nous ne pouvons pas faire une telle organisation, chapeau ! Vous, les catholiques, vous êtes nos références, nos modèles.

Malgré la fatigue, la poussière, l’émerveillement, UNE PAIX surgit. Tout le monde était dans le calme et surtout dans  la prière.

Que cette visite nous encourage pour la suite.

Sr Carole

Près de soixante années d’authenticité

De cette superbe DS 19 de 1960 rénovée avec soin aux objets roulants non identifiés, tels ce vélo hybride aérodynamique, 60 ans les séparent. Mais une seule et même volonté les rassemble : préserver ce lieu d’exception ou la fée électricité n’a pas sa place.

Une nouvelle saison s’achève avec son lot d’anecdotes, de rires d’enfants, de rencontres fortuites, de chants, de repas ou concours de boules organisés, de réunions d’un soir improvisées par des campeurs cosmopolites, fédérés par leur passion commune : la musique acoustique.

Comme la plupart des professionnels  du tourisme, le camping L’Espérance a profité des températures caniculaires du Sud de la France. Beaucoup d’européens du Nord ont préféré s’arrêter à mi-chemin pour profiter d’un climat plus tempéré.

La défection d’un camp de vacances d’adolescents a permis d’accueillir plus de forcenés du vélo engagés dans la Vélodyssée. Les camping-caristes sont ravis de trouver un endroit où ils ne sont pas alignés sur une aire de stationnement impersonnelle.

Enregistrés pour une nuit, il n’est pas rare qu’ils décident de rester plus longtemps. C’est sans oublier le noyau des habitués qui se retrouvent chaque année – certains pour toute la saison – et les saisonniers – pas toujours très disciplinés – heureux de trouver un hébergement  économique.

Au bilan, une bonne saison qui permet d’envisager sereinement l’avenir avec quelques nouveautés.

Rentrée au Foyer de La Louisiane

Une vingtaine d’étudiantes sont arrivées au Foyer de la Louisiane et ont pris possession des lieux dans une joyeuse ambiance !! D’ailleurs, elles ont déjà fêté les 18 ans de l’une d’elles… ça promet de bonnes conditions pour vivre une belle année d’études et se soutenir grâce à la vie fraternelle au foyer. Quelques chambres sont disponibles… faites passer le message !

Contact : 02.51.37.04.42 / 07.66.22.86.20

https://www.foyer-lalouisiane.fr/contact-larochesuryon/

Quatre ans de Vie à Paris

Quatre belles années passées à la communauté du 40 avenue Michel Bizot à Paris 12e s’achèvent. J’ai eu la joie d’y vivre la fraternité intergénérationnelle avec Sr Solange, Sr Andrée et la fraternité interculturelle avec des sœurs malgaches, congolaises, dominicaine. Occasion de découvrir d’autres cultures et de faire l’expérience du « corps congrégation ». Quelle chance !!

Les études de théologie à l’IER (Institut d’Etudes Religieuses à l’Institut Catholique de Paris) ont été très riches, me permettant de comprendre et d’approfondir notre foi chrétienne afin de mieux servir l’Eglise et de dialoguer avec le monde. En plus d’être un parcours universitaire, c’est une expérience ecclésiale et fraternelle puisque nous sommes des étudiants laïcs et religieux, de plusieurs nationalités, de différents diocèses, engagés dans diverses missions d’Eglise. La théologie et la pastorale sont inséparables.

De mon côté, j’ai plutôt investi la pastorale des jeunes en accompagnant l’aumônerie des lycéens de notre paroisse du Saint Esprit. Chaque vendredi soir, une douzaine d’adolescents du quartier se retrouvent pour jouer, réfléchir et prier. Des temps forts festifs ponctuent l’année comme le FRAT à Lourdes, un séjour à Taizé, la soirée crêpes ou barbecue ! Cette mission qui consiste à accompagner les jeunes dans leur chemin de vie et de foi m’a donné beaucoup de joie.

J’ai aussi participé à l’action Hiver Solidaire de la paroisse qui accueille chaque hiver cinq personnes sans domicile, leur propose le dîner et le coucher dans un lieu adapté. Ainsi, tout en partageant le repas, nous faisons connaissance avec ces personnes dont la vie est difficile mais qui sont heureuses de bénéficier d’un lieu de repos, d’écoute et d’amitié. Ils apprécient aussi les soirées « détente » comme celle de la galette des rois (voir photo !). Et pour les bénévoles, c’est une aussi bonne école d’ouverture aux autres !

Vous le voyez, ces quatre années ont été riches de rencontres et de projets. Je rends grâce au Seigneur pour toutes les merveilles dont il a comblé mon cœur ! Magnificat ! Et maintenant, ça va continuer en Vendée…

Sr Anne-Lise

Conseil Provincial de France

Nous sommes heureuses de vous faire part et de vous présenter chacune des sœurs nommées pour le Conseil provincial de France afin de rendre service à la Congrégation pour leur pays.  Nous les assurons de nos prières et soutien pour cette mission

Provinciale :   Sœur Nadia BRIANCEAU (au centre)

Assistante :    Sœur Marie-Paule PLANCHIN (à la gauche de Sr Nadia – à droite sur la photo)

conseillère : Sœur Emmanuelle BERTHO (à la droite de Sr Nadia – à gauche sur la photo)

Au service des jeunes et des vocations, à Lourdes

Quelle joie de rencontrer des jeunes adolescents venus en pèlerinage à Lourdes avec leur diocèse et de vivre avec eux un échange autour du thème des vocations !

Originaires d’Arras, d’Albi, de Besançon, de Poitiers ou d’ailleurs, ils ont fait halte au Pavillon des Vocations de Lourdes pour répondre au Quizz « Christus vivit » sur le thème de l’engagement, jouer aux cartes Voc’action, échanger à partir des cartes-Bible ou écouter le témoignage d’une religieuse. Les questions portent sur l’appel au bonheur que Dieu adresse à chacun. Comment l’entendre et comment y répondre ? Quels sont les talents que le Seigneur a mis en nous et qui demandent à s’épanouir ? Comment conjuguer engagement et liberté ? Pour qui et pour quoi suis-je fait(e) ? Ai-je déjà pensé devenir prêtre ou consacré(e) ?

Entre débat et fous-rires, le partage est animé !! C’est vrai que toutes ces questions les rejoignent concrètement. Quand on est au collège ou au lycée, on pense à son avenir, au métier qu’on souhaite réaliser, à la famille qu’on aimerait fonder… « Moi, je sais ce que je veux faire. Je veux aider les autres ! » lance une jeune fille. Certains sont déjà habitués au service car ils sont servants de messe dans leur paroisse (et parfois le seul servant de la paroisse !!). Une autre est venue en fauteuil roulant et s’est entrainée toute l’année pour tenir le coup physiquement. Leurs accompagnateurs se réjouissent de ces partages animés et les poursuivront après le pèlerinage.

Le Pavillon des Vocations accueille ainsi les jeunes pèlerins aux vacances d’avril, de juillet et d’août. 2 700 jeunes y sont passés l’an dernier ! Des équipes bénévoles de consacrés et laïcs sont constituées pour assurer l’accueil et l’animation. Début août, nous étions quatre sœurs de quatre congrégations et de quatre nationalités différentes. C’est une belle expérience de fraternité, de prière et d’accueil puisque nous recevons également des jeunes adultes – étudiants ou professionnels – qui cherchent leur voie et demandent une écoute et des conseils.

Enfin, être à Lourdes, c’est faire l’expérience de l’Eglise universelle car nous rencontrons des personnes de tous les pays et toutes les vocations : séminaristes diocésains ou des MEP, consacrés de toutes les familles, hospitaliers de tous les âges, prêtres, familles en service avec leurs enfants… Elle est belle l’Eglise !

Et pour conclure : « continuez à prier pour toutes les vocations ! » afin que chaque chrétien porte du fruit, selon son appel.

Sr Anne-Lise

Conseil provincial de Madagascar

Nous sommes heureuses de vous faire part et de vous présenter chacune des sœurs nommées pour le Conseil provincial de Madagascar afin de rendre service à la Congrégation pour leur pays.  Nous les assurons de nos prières et soutien pour cette mission

Provinciale :   Sœur Emilienne RANIVONILENINA

Assistante :    Sœur Caroline SOLOFONIRINA

et les  conseillères : Sœur Francine RAVAO, Sœur Goline GOGO et Sœur Justine JORO