Tournez les yeux vers le Seigneur, Chantez son Nom de tout votre cœur

« Tournez les yeux vers le Seigneur, Chantez son Nom de tout votre cœur »

C’est le chant d’entrée choisi pour la messe hebdomadaire à la Maison de retraite sainte Anne de Jard sur Mer (Vendée) le 15 septembre 2019. La chapelle est comble. Madame Blanchard, Présidente de l’Association Maison Sainte Anne,  veut exprimer un merci à la congrégation, avant la fermeture de la communauté. En effet, les sœurs, grâce au legs de Madame Milet, ont ouvert la maison Sainte Anne en 1960. En ce jour, plusieurs qui ont  travaillé ou vécu en proximité de Sainte Anne sont heureuses de vivre ce temps de convivialité.

Une sortie vers la mer toute proche et le port de plaisance termine agréablement la journée.

♪♫ Pom, pom, pomme, pommes…. ♫♪

Ce matin, vendredi, si vous aviez ouvert la porte de la salle à manger du 9, rue du Roc: vous auriez découvert un atelier fraternel: des Sœurs affairées manient avec application et cœur , un couteau bien aiguisé.

Eh oui ! c’est la saison des pommes et celle de la compote, à déguster cet hiver avec satisfaction  » miam, miam  »

Sr Jeanne Rochereau

Congrès Mission 2019

    Thérèsine et moi avons eu la grâce de participer au Congrès Mission organisé par Annuncio à Paris du 27 au 29 Septembre 2019. Nous étions 15 de la Nièvre en comptant notre évêque Thierry Brac de la Perrière et notre nouveau curé  P. Sébastien Courault qui ont participé à « la journée prêtres » toute la journée le 27 Septembre.

Ce congrès fut réconfortant. Il nous redonne de l’Espérance. La vitalité de l’Eglise est manifeste. Des milliers de personnes rassemblées pour l’Eucharistie de samedi et de dimanche dans l’église St Sulpice ! Impressionnant ! 10 évêques, 300 prêtres ! Une prière fraternelle a été faite par l’assemblée pour eux tous rassemblés dans la nef à la fin de la messe de samedi.

Impossible de rendre compte de la richesse vécue !

Nous avons participé à deux tables rondes :

Faut-il être au top (performant) pour évangéliser ? 

Avec Florence, Abbé Pierre Amar et Jean Guilhem Xerri et animée par Xavier Accart de la revue Prier

C’est au cœur de notre vulnérabilité, de notre fragilité, de notre péché même quand il est reconnu et avoué, que le Seigneur nous rejoint, que l’Esprit Saint peut agir. Cela rappelle St Paul : « C’est quand je suis faible que le Seigneur est fort ! ». Jésus n’a-t-il pas sauvé le monde quand il avait les pieds et les mains liés sur le bois de la croix ?

Le témoignage du P. Pierre Amar en était l’illustration parfaite. Prêtre travaillant à 200%, il a été réduit à 0 % à cause d’un accident, et c’est dans cette situation désespérée qu’il a vraiment rencontré le Seigneur. Sa mission est devenue autre. Il a découvert la compassion du Christ pour lui-même.

Le service du pauvre doit-il être accompagné d’une parole pour être missionnaire ?

Avec Etienne Villemain (Fratello), Natalia Trouiller (médecin en prison qui fait régulièrement des maraudes la nuit) et Mélanie Duflot (Anuncio, écrivain-journaliste). Les participants ont également été invités à dire leur expérience et les témoignages étaient tous très forts.

Je dis que j’ai vu un saint. Etienne, marié et père de famille, m’a impressionnée. Il va jusqu’à faire entrer chez lui des hommes de la rue mal en point. Un jour, il s’est mis à genoux pour déchausser un homme qui ne pouvait pas le faire lui-même… On peut deviner tout le reste. Il a vraiment eu conscience que le Christ agissait à travers lui. Un autre jour, il dit à un homme qui souffrait de ne pas avoir cuisiné depuis des années : « Ouvre le frigidaire et cuisine ce qui te plaît ! » etc…

Proposition de 150 ateliers de 50 mn chacun concernant les paroisses, l’annonce, la société, l’espace public, la culture, la famille, le travail, la jeunesse en mission, la ruralité.

Nous avons pu participer à 3 d’entre eux.

            Quelles actions missionnaires toutes simples mais efficaces pour commencer ? Avec le P. René Luc qui aime beaucoup les paraboles et 6 jeunes de CapMissio qui ont témoigné de leur année à l’Ecole de mission de Montpellier qui accueille des personnes de 18 à 26 ans.

                Comment être missionnaire toute ma vie quel que soit mon état de vie ? Avec deux

femmes consacrées, l’une dans la communauté Shalom de Lyon et l’autre dans celle de Alleluia du Brésil.

             Pour le 3e atelier nous avons choisi  la veillée de prière à N.D des Champs.

Un témoignage a eu beaucoup de succès : celui de frère Abiel habillé en vrai moine, « encapuchonné » qui fait le tour des Eglises au Moyen Orient : Jérusalem, Antioche, Turquie, Egypte… beaucoup d’histoires vécues drôles pour illustrer ses propos ! Et il a terminé par une prière : « Eglise de France, tu es noire mais belle … »

La louange et l’adoration du St Sacrement ont soutenu tout le Congrès. Un peu partout, des prêtres étaient disponibles pour le Sacrement de Pénitence.

 Allez annoncer le Christ à tous ceux qui sont en attente, souvent sans le savoir !

Que l’Esprit Saint nous donne les mots qui puissent les toucher

et leur redonner Espérance !

 Sœur Chantal Lebouteiller

Rencontre avec une « amoureuse » du Père Monnereau »

Thérèse (de Vertou en Loire Atlantique) fêtera ses 100 ans en mai 2020. Née à Beaufou, scolarisée aux Lucs sur Boulogne, elle a découvert la vie du Père Monnereau à son adolescence avec une de ses premières biographies existant alors. Un déménagement de la famille dans les années 1930… le livre n’a pas suivi… Mais Thérèse n’a  jamais oublié le Père Monnereau devenu un compagnon dans toute sa vie d’épouse, de mère, de service (entre autre à l’hospitalité de Lourdes pendant 50 ans).  Le désir de retrouver le livre de sa jeunesse la pousse à téléphoner à la Maison Mère il y a 4 ou 5 ans.  Un exemplaire lui est envoyé. Joie ! Et on apprend comment le Père Monnereau lui est présent en permanence, la confiance qu’elle lui témoigne, la familiarité touchante qu’elle évoque : « Il est toujours à côté de moi dans mon fauteuil, je lui parle de tout, il me dépanne quand j’ai perdu ou oublié quelque chose…  C’est pas des grands miracles… » .  Mais c’est égal !…

Nous avons fait connaissance mercredi 18 septembre dernier à Mormaison où des amis l’avaient conduite.  Pétillante, toujours amoureuse !  et  100 ans le 9 mai 2020 !  Quelle grâce le Père Monnereau va-t-il  lui obtenir ? On pourrait peut-être passer par elle pour demander quelque chose ?…

Entrée au Noviciat – Madagascar

C’est jeudi 12 septembre,

que Jeannine, Léontine, Félicité et Zita (de gauche à droite) sur la photo,

ont fait leur entrée au noviciat dont la responsable est Maggy.

La cérémonie était simple et priante. Marie-Esther, assistante générale était là pour les accueillir au nom de la congrégation.

Elles avaient choisi un extrait de l Evangile de Jean avec  la Samaritaine : « Seigneur, donne moi à boire ».

Ainsi, elles ont pu exprimé leur soif de notre aide, de notre éducation, et aussi de faire partie de notre congrégation.

C est le début et la route est encore longue : elle sont engagées avec cœur.

Elles comptent sur nos prières et sont désormais en retraite !

Sr Carole et Sr Anne

Rencontre fraternelle et de service !

Ce vendredi après-midi de septembre n’a pas été comme les autres à la Maison Générale.

En effet, ce fut une belle expérience de fraternité vécue dans un service pour la congrégation et il est bon de se redire qu’il n’y a pas de petit service !

Offrir une heure et plus pour plier, agrafer les actes du Chapitre pour qu’ils nous parviennent dans nos pays.

Un temps de partage autour du ‘travail’ dans la bonne humeur et avec les nouvelles des unes et des autres !

Un bon moment de goûter pour prolonger ce moment de fraternité toute simple !

Qu’ils sont bons ces moments où aimer et servir se vivent !

A refaire !

Sr Anne V.

VISITE DU PAPE A MADAGASCAR

Madagascar a accueilli le Pape François, trente ans après la visite du Pape Jean-Paul II. Dans son agenda figurait une rencontre privée avec le président de la République, un discours devant le corps diplomatique, la société civile et les autorités, une grande messe aux abords de la capitale ou encore la visite d’un des « villages de l’Espérance » créé par l’emblématique père Pedro.

Programme détaillé du séjour du Pape François à Madagascar :

Vendredi 6 septembre 
16:30 : Cérémonie de bienvenue à l’Aéroport d’Ivato

Samedi 7 septembre
09:30 : Visite de courtoisie au Président Andry Rajoelina, au palais d’Etat d’Iavoloha
10:15 : Rencontre avec les autorités, la société civile et le corps diplomatiques à Iavoloha
11:15 : Office du milieu du jour au monastère des Carmélites Déchaussées, suivi d’un déjeuner à la Nonciature
16:00 : Rencontre avec les Evêques de Madagascar à la Cathédrale Immaculée Conception Andohalo
17:10 : Visite à la tombe de la Bienheureuse Victoire Rasoamanarivo à Andohalo
18:00 : Une veillée avec les jeunes au Domaine diocésain de Soamandrakizay

Dimanche 8 septembre
10:00 Messe au Domaine diocésain de Soamandrakizay.
15:10 : Le Souverain Pontife a visité le village d’Akamasoa du père Pedro, la “Cité de l’Amitié”.
16:00 : le Saint Père s’est rendu ensuite sur le chantier de Mahatazana pour y réciter une prière pour les travailleurs.
17:10 : La rencontre avec les prêtres, religieux et religieux, consacrés et séminaristes au collège Saint Michel a terminé sa journée.

Mardi 10 Septembre

Le Pape a repris l’avion depuis Antananarivo avec une cérémonie d’adieu à 9h et un envol vers 9h20, direction Rome où il a atterri en principe à 19h.

Le Lundi 9 septembre, le Pape François a fait un aller-retour à Maurice depuis Antananarivo. Son avion est parti à 7h30 heure malgache et devrait arriver à 10h40 heure mauricienne à l’aéroport de Plaisance. Et le Souverain Pontife a repris ensuite l’avion pour Antananarivo à 19h.

LE DÉROULEMENT

Arrivé  le vendredi 6 septembre à Madagascar, le pape François n’a eu de cesse, pendant son séjour sur la grande île, de se placer aux côtés des plus pauvres, dénonçant la corruption et le clientélisme et plaidant pour un développement juste et respectueux de l’environnement.

Le pape François avec le père Pedro Opeka, le 8 septembre à Antananarivo, Madagascar.YARA NARDI / REUTERS

« La pauvreté n’est pas une fatalité ! » À la suite du Père Pedro Opeka, les mots du Pape François ont résonné dimanche 8 septembre dans la Cité de l’Amitié fondée dans la banlieue d’ Antananarivo par le lazariste argentin, dans l’ambiance surchauffée de centaines d’enfants qui ont longuement et joyeusement ovationné le pape. Souriant et très à l’aise comme toujours avec les petits et les derniers, il s’est réjoui de visiter cette cité, « construite de vos mains » et témoignage concret qu’un autre monde est possible dès lors qu’il est bâti sur « les fondements du travail commun, le sens de la famille et de la communauté ».

Samedi soir, pour la veillée à Soamandrakizay, il avait déjà insisté sur la dimension communautaire de l’engagement chrétien, invitant les jeunes « à offrir une réponse chrétienne » à leurs problèmes, rappelant que « le Seigneur ne veut pas d’aventuriers solitaires ». Le pape François a dénoncé samedi « la déforestation excessive » de Madagascar. Cela confirme nos orientations fondamentales du chapitre.

 Dimanche, près d’un million de personnes sont attendues à une messe que le souverain pontife  a célébré. Du jamais vu à Madagascar. Il a rencontré  une population impatiente de l’écouter dans un lieu qui est vraiment digne de sa présence. L’organisation est  quasiment parfaite. Les gens ont tout donné. Pour eux, l’essentiel c’est de voir le Pape et  d’avoir sa bénédiction dans une messe.

Devant les autorités politiques, civiles et religieuses malgaches, le pape François a poussé un cri d’alarme face à « la déforestation excessive » du pays, en suggérant aux autorités de créer des emplois respectueux de l’environnement pour sortir la population d’une précarité parfois « inhumaine ».

Arrivé la veille au soir du Mozambique, le Pape  est allé rejoindre au moins 12 000 jeunes scouts catholiques malgaches, samedi soir, pour une veillée de prière dans un champ aménagé pour l’occasion. Tout le monde  espère « un grand changement de la société  ainsi que l’augmentation de la Foi après son passage, surtout une réduction du chômage des jeunes.

Dimanche, 800 000 pèlerins étaient à la messe

La grande messe est la plus attendue de la visite du Pape. 800 000 personnes affluaient le domaine de Soamandrakizay. Ils venaient de toutes les 22 régions de Madagascar. Des fidèles de tout le pays, hébergés sous des tentes dans les cours des paroisses de la capitale ou dans des écoles. Ils ont marché dimanche matin, à pied vers un immense champ de 60 hectares aménagé dans d’anciennes vignes, baptisé « Soamandrakizay » (un bien pour l’éternité). Prospère Ralitason, un agriculteur de 70 ans, a fait le déplacement avec 5 000 pèlerins d’Ambatondrazaka (centre est, à 200 km de la capitale). « Nous sommes fatigués, mais ça vaut la peine de faire tous ces sacrifices pour voir le Pape de nos propres yeux et recevoir sa bénédiction », a-t-il confié à l’AFP. Sous sa tente, le grand-père a attendu  avec impatience l’ultime étape  de deux heures de marche à pied pour aller écouter l’homélie du Pape. La dernière visite du  pape Jean-Paul II remonte à trente,  donc, tout le monde a cette soif.

L’initiative sur trois jours est particulièrement précieuse pour tous ceux qui n’ont pas de famille à Antananarivo. Pour nous sœurs des sacrés-coeurs, nombreuses ont fait l’expérience avec les chrétiens des diocèses d’origine. Quelques sœurs étaient à Manjakaray, dans notre maison d’accueil.

Il a prévu dimanche un dispositif de 700 policiers et gendarmes pour sécuriser le site, muni de 200 caméras de surveillance. Ils étaient aidés par les 12 000 jeunes scouts catholiques participant à la veillée de samedi.

Avec cet impressionnant dispositif de sécurité, les autorités veulent éviter un nouveau drame. En juin, au moins 16 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées devant un stade de la capitale malgache, dans une bousculade survenues lors d’un concert gratuit. L’année précédente, un mouvement de foule lors d’un match de football pour la qualification à la coupe d’Afrique des nations (CAN), a fait un mort et 41 blessés.

J’ai suivi le périple du Pape à la Télévision. Ce que je peux dire, tout le monde était content et en même temps fier d’être catholique. Les  fidèles des autres  religions disaient : nous ne pouvons pas faire une telle organisation, chapeau ! Vous, les catholiques, vous êtes nos références, nos modèles.

Malgré la fatigue, la poussière, l’émerveillement, UNE PAIX surgit. Tout le monde était dans le calme et surtout dans  la prière.

Que cette visite nous encourage pour la suite.

Sr Carole

Près de soixante années d’authenticité

De cette superbe DS 19 de 1960 rénovée avec soin aux objets roulants non identifiés, tels ce vélo hybride aérodynamique, 60 ans les séparent. Mais une seule et même volonté les rassemble : préserver ce lieu d’exception ou la fée électricité n’a pas sa place.

Une nouvelle saison s’achève avec son lot d’anecdotes, de rires d’enfants, de rencontres fortuites, de chants, de repas ou concours de boules organisés, de réunions d’un soir improvisées par des campeurs cosmopolites, fédérés par leur passion commune : la musique acoustique.

Comme la plupart des professionnels  du tourisme, le camping L’Espérance a profité des températures caniculaires du Sud de la France. Beaucoup d’européens du Nord ont préféré s’arrêter à mi-chemin pour profiter d’un climat plus tempéré.

La défection d’un camp de vacances d’adolescents a permis d’accueillir plus de forcenés du vélo engagés dans la Vélodyssée. Les camping-caristes sont ravis de trouver un endroit où ils ne sont pas alignés sur une aire de stationnement impersonnelle.

Enregistrés pour une nuit, il n’est pas rare qu’ils décident de rester plus longtemps. C’est sans oublier le noyau des habitués qui se retrouvent chaque année – certains pour toute la saison – et les saisonniers – pas toujours très disciplinés – heureux de trouver un hébergement  économique.

Au bilan, une bonne saison qui permet d’envisager sereinement l’avenir avec quelques nouveautés.

Rentrée au Foyer de La Louisiane

Une vingtaine d’étudiantes sont arrivées au Foyer de la Louisiane et ont pris possession des lieux dans une joyeuse ambiance !! D’ailleurs, elles ont déjà fêté les 18 ans de l’une d’elles… ça promet de bonnes conditions pour vivre une belle année d’études et se soutenir grâce à la vie fraternelle au foyer. Quelques chambres sont disponibles… faites passer le message !

Contact : 02.51.37.04.42 / 07.66.22.86.20

https://www.foyer-lalouisiane.fr/contact-larochesuryon/