Fête de l’Action de Grâce

Le 12 octobre prochain, nous célébrerons la fête de l’Action de grâce.  Ce sera l’occasion de remercier le Créateur pour les beautés de sa création et les céréales, plantes, fruits et légumes produits avec le concours des humains durant la belle saison.

Je me suis amusée à chercher l’origine de cette fête et son évolution au cours des années, principalement en Amérique du Nord.  Je n’ai rien inventé, mais puisé dans diverses sources sur internet.

Cette fête trouve son origine dans les fêtes de la moisson célébrées dans les sociétés paysannes européennes.  La première Action de grâce en Amérique du Nord est attribuée à Martin Frobisher, explorateur anglais, qui, durant sa recherche du Passage du Nord-Ouest en 1578, s’est arrêté avec son équipage sur l’île de Baffin pour rendre grâce à Dieu d’être toujours en bonne santé.  Par une cérémonie religieuse, l’aumônier du navire a exhorté l’équipage à remercier Dieu de les avoir épargnés du danger des eaux inconnues où ils naviguaient.

Le premier novembre 1606, dans une tentative pour prévenir l’épidémie du scorbut, qui a décimé les colonies de l’Ile Sainte-Croix à l’hiver 1604-1605, Samuel de Champlain fonde une série de festins à Port-Royal appelée l’Ordre de Bon Temps, à laquelle les familles Micmaques de la région sont invitées.  Ce festin a lieu 17 ans avant ce que l’on décrit souvent comme le premier Thanksgiving américain, soit la célébration par des pèlerins de leur première récolte au Massaschusetts en 1921.

«Historiquement, les peuples autochtones en Amérique du Nord tiennent des festins communaux à l’occasion des récoltes d’automne, bien avant l’arrivée des colons européens.  Ils cherchent à s’assurer de bonnes récoltes avec des danses et des rituels.»

Par la suite la fête est célébrée à différentes dates et pour commémorer des événements heureux : fin de la guerre de sept ans, fin de la première guerre mondiale, jour du souvenir en rappel de l’Armistice.

Le premier jour national de l’Action de grâce est officiellement célébré dans la Province du Canada en 1859.  Organisée par les dirigeants du clergé protestant, la fête cherche à souligner de façon solennelle et publique, la miséricorde de Dieu.  À l’époque, certains citoyens s’opposent à cette exigence gouvernementale, affirmant qu’elle brouille la distinction entre l’Église et l’État.

Après la Confédération (1867), la fête est considérée comme un congé civique, plutôt qu’une fête religieuse.  L’Action de grâce devient une fête annuelle au Canada à partir du 6 novembre 1879.  La date de célébration et son thème sont déterminés par le Parlement.

Finalement, le 31 janvier 1957 le Parlement canadien fixe la fête au deuxième lundi d’octobre.  Depuis, l’Action de grâce est un jour férié dans 7 des 10 provinces du Canada.  Les maritimes font exception.

Au Québec, cette fête est célébrée avec moins d’emphase que dans les provinces anglophones.  La liturgie du jour est centrée sur la reconnaissance au Dieu Créateur pour les fruits de la terre.  Pour les chrétiens, cependant, l’Eucharistie est le rite d’Action de grâce par excellence que l’on peut célébrer chaque jour.  Elle commémore le sacrifice du Christ qui a offert sa vie pour le salut de l’humanité.

Pour beaucoup de gens, c’est plutôt une longue fin de semaine qui permet de faire des activités de plein air : ramasser les feuilles mortes, préparer le gazon pour l’hiver, fermer le chalet ou le camping, participer à divers festivals.  Certains villages organisent des parades, des concours de décoration de citrouilles et autres activités familiales.

La nourriture traditionnellement servie au Canada anglais comprend une dinde farcie, de la purée de pommes de terre, de la sauce aux canneberges, d’autres légumes d’automne et de la tarte à la citrouille.

C’est l’occasion de rencontrer la famille, les amis et de partager un bon souper.  Beaucoup prendront le temps de dire des choses pour lesquelles ils sont reconnaissants envers Dieu, ou leurs proches.

Chez les Sœurs des Sacrés-Cœurs, durant quelques années, alors que nous étions plus jeunes et en meilleure santé, nous avions la joie d’être invitées par nos Sœurs de Gatineau à l’occasion de ce congé.  Plusieurs faisaient le voyage…  On en profitait pour fraterniser et aller contempler la féérie des couleurs dans le Parc de la Gatineau.  En 1988, ce fut l’occasion de souligner le 75ième anniversaire de l’arrivée de nos Fondatrices en terre canadienne.  Les années ont passé et cette coutume a dû être abandonnée pour des raisons évidentes.

Le THANKSGIVING…

Chez nos voisins du sud, la fête se célèbre maintenant le 4ième jeudi de novembre.  Pour eux cette fête a une grande importance.  On la fait remonter à l’arrivée d’une centaine de dissidents anglais qui débarquent du Mayflower dans la baie de Plymouth en 1620 pour y fonder la ville du même nom.

Les débuts de la colonisation sont difficiles et la moitié des arrivants meurent du scorbut.  Les survivants doivent leur chance à des autochtones qui leur offrent de la nourriture, puis leur apprennent à pêcher, à chasser et à cultiver le maïs.

Afin de célébrer la première récolte, à l’automne 1621, le gouverneur William Bradford  décrète trois jours d’Action de grâce.  Les colons invitent les Amérindiens à venir partager leur repas en guise de remerciement pour leur aide.  Durant ce festin, des dindes sauvages et des pigeons sont offerts.

Au cours du siècle suivant les colonies ont observé tous les ans des jours de Thanksgiving.  Ce n’était pas un jour marqué par la nourriture et la boisson abondante comme aujourd’hui, mais plutôt un jour de prière et de jeûne.

Le 3 octobre 1789, le Président américain George Washington fait une proclamation empreinte de foi et de sagesse, et crée le premier Thanksgiving Day décrété par le gouvernement national des États-Unis d’Amérique.  Cette proclamation donne à la nation le devoir de reconnaître la Providence de Dieu, d’obéir à sa volonté, d’être reconnaissant pour ses bienfaits et humblement implorer sa protection et sa faveur.  Depuis 1941, ce jour est férié.

Durant la guerre civile américaine, (1861-1865)  le président Abraham Lincoln proclama un jour national de Thanksgiving qui soit célébré le dernier jeudi de novembre 1863.  Depuis cette date on a célébré annuellement le Thanksgiving aux États-Unis.

Le banquet de Thanksgiving est traditionnellement composé d’une dinde, animal tout juste découvert par les premiers Européens dans le Nouveau Monde.  On y ajoute une farce aux marrons, de la purée de patates douces et des haricots verts en daube.  Le dessert comprend une variété de tartes, dont la tarte à la citrouille garnie de crème fouettée.  Il est célébré en famille et en joyeuses réunions.  La veille de cette fête, des associations charitables distribuent des repas aux personnes sans domicile fixe des grandes villes.

«Toutes unies dans l’Action de grâce.»

Ensemble,  nous célébrerons le deuxième lundi d’octobre : notre reconnaissance montera vers le Créateur bon et généreux qui accorde à ses créatures ce dont elles ont besoin et plus encore.  Que ce jour nous invite à dire Merci pour la Vie et les merveilles dont nous sommes comblées.

Pour ma part, je remercie le site Wikipédia d’où j’ai tiré les dates et renseignements qui ont facilité la rédaction de ce document.  J’espère que vous aurez autant de plaisir à le lire que j’en ai eu à l’écrire en pensant à vous.

Joyeuse Action de grâce !

Sr Marie-Paule Laflamme ( Canada)

 

Date : 05 octobre 2020