Le confinement au Congo : une grande école !

Avec joie, je viens vous souhaiter de Joyeuses Fêtes de Pâques et vous partager quelques nouvelles de chez nous.

[…]

En cette dure et pénible période de confinement, le Seigneur nous donne une nouvelle mission d’expérimenter d’être confinés avec Lui, pour que sa puissance nous aide à traverser ce désert avec Lui, comme nous l’avons fait durant tout le carême et mette des barrières contre le Covid 19.

[…]

Concernant la pandémie du Covid 19, c’est depuis le 19 mars que la fermeture des écoles a été imposée dans tout le pays. La vie commençait à ralentir et plus de messes dans les églises. Le 27 mars, le Président de la République annonçait le confinement et l’arrêt total de différentes activités. Du 20 au 28 mars, nous allions prier chez les prêtres dans leur chapelle. Il n’y avait pas d’autres fidèles. Vu la gravité de la pandémie, nous avons décidé de rester chez nous et de suivre les messes par KTO.

Sr. Be Thérèse, Sr. Aude et moi, faisons face à cette réalité. Nous étions en communauté avec une jeune aspirante qui, comme c’était les congés de Pâques et que le confinement s’imposait, a demandé d’aller en famille pendant cette période. De temps en temps, nous échangeons des nouvelles. Elle va bien.

Pour nous, la vie fait son chemin. Nous avons fait quelques réserves alimentaires dans la maison. Jeudi dernier, je suis sortie pour quelques achats dans le quartier et aller au commissariat demander une autorisation de sortie en voiture en cas de besoin. J’espère la récupérer mardi prochain. Je me suis fabriqué une bavette (masque) moi-même. Puis, Sr. Be Thérèse en a fabriqué aussi quelques-unes.

Nous fermons notre portail pour éviter que les gens viennent nous voir. Sauf en cas de besoin. Sinon, toutes les communications se font par téléphone ou message.

Dans le pays, selon les informations en lien avec le Coronavirus, on parle de 640 dépistages. Il y a 70 cas positifs, dont 8 personnes guéries et 5 décès.

Le gouvernement a pris certaines mesures concernant le confinement : pas de marchés à l’exception de l’alimentaire. Ils sont ouverts les lundi, mercredi et vendredi, de 6 h à 14 h. Les autres jours, les sorties sont contrôlées par les agents de sécurité. Et il n’y a pas non plus de circulation dans tout le pays pendant ces jours. A cela s’ajoute un couvre-feu toutes les nuits de 20 h à 5 h du matin.

Le confinement est une grande école à faire, à vivre. Le Congolais est une personne qui vit en groupe, en famille élargie, qui est en mouvement, qui sort pour aller chercher la vie. Il y a beaucoup de gens qui font de petits métiers, de petits commerces pour faire vivre la famille. Le confinement va conduire à beaucoup de conséquences : des personnes vont vivre dans l’insécurité alimentaire, la hausse des prix des denrées alimentaire sur le marché, des tensions dans plusieurs ménages à cause de l’absence de revenus pour faire face aux besoins familiaux, l’oisiveté va susciter des violences familiales, la baisse des activités économiques, l’augmentation du chômage sous toutes les formes, … En somme, les unes et les autres conséquences peuvent être semblables dans nos pays.

Maintenant, il fait très chaud. Soit disant, la chaleur empêche la propagation rapide du virus. Si cela est vrai, que Dieu nous protège. Et d’ici mi-mai, la saison sèche va commencer et il fera moins chaud. Nous craignons le pire…

Au cœur de tous ces tourments, grande est notre foi en Jésus-Christ : « Notre Pâques a été immolée : c’est le Christ ! Rassasions-nous dans la joie au festin du Seigneur ! » (Antienne de l’acclamation)

Que la puissance de la Résurrection de notre Seigneur nous sauve de tout mal, de tout danger, de tout fléau, comme cette pandémie du Covid 19.

De tout cœur,

Sr Edith Mavoula

(Communauté de Makélékélé – Brazzaville  au Congo)- Avril 2020

Date : 17 avril 2020