Quatre jours en chemin…

Quatre jours en chemin… à Bourgenay.
Quatre jours en chemin… avec les sœurs de Mormaison et Brigitte.
Quatre jours en chemin… avec Abraham, Jean-Baptiste, Marie, et en Eglise.
Que de joies partagées sur ces quatre journées !

L’occasion de prier, de chanter, de danser autour du feu de la Saint Jean, de découvrir la terre, de gestuer la Parole, de se détendre, de méditer, de s’entraider, de rire… Et l’occasion de belles rencontres ! Nous venions de Vendée ou de plus loin, nous venions pour une journée, deux, trois ou quatre, nous venions  marcher.
Il n’y a pas de chemin tout tracé, le chemin se fait en marchant.

Je suis venue marcher.
Marcher en silence…
Marcher et écouter. Ecouter le bruit de mes pas, écouter la nature, écouter aussi ce qui se déplace en moi, à la lumière des textes proposés, écouter ce que le Christ me dit.

Marcher ensemble…
Marcher et ajuster mon pas au tien, parce que tu vas plus vite ou bien parce que tu as besoin d’un rythme plus lent. Marcher ensemble, guidés par le GPS de l’Esprit.

Marcher…
Simplement un pas après l’autre.

Ralentir, pour se donner l’occasion de vivre pleinement chaque pas, chaque instant.

Après avoir pris le temps de vivre amicalement avec moi-même, avoir respiré et repris haleine, je rentre rechargée. Je rentre motivée pour continuer ce chemin, « sereinement présente à chaque réalité, aussi petite soit-elle » (Pape François. Laudato Si).

Je t’invite, à ton tour, à prendre le temps d’une pause… sur ton chemin.

Marie-Emmanuelle

Lorsque nous nous sommes retrouvées en file indienne, en silence, sur le petit sentier qui longeait la mer, j’ai compris ce qui m’était  donné de vivre.

Et en respirant à pleins poumons l’air iodé de cet environnement marin et le parfum des œillets  maritimes qui recouvraient la dune, j’ai accueilli la beauté de la création.

Je fixai les yeux sur la mer regardant sans me lasser le soleil qui dansait sur les vagues. Toute mon enfance m’est revenue, souvenirs de mes parents qui avaient su me faire goûter la beauté de ce lieu.

A la première étape, assise à l’écart, j’ai médité avec les textes qui m’avaient été remis… J’ai remercié le Dieu Créateur pour tant de beauté et de bonheur.

Anita